Thomas Meilleur-Giguère est de retour avec le Fury Ottawa pour une troisième saison consécutive. Le défenseur prêté par l’Impact de Montréal est devenu un membre important de la brigade défensive en 2018 en participant à 31 des 34 matches du club en saison régulière.

Saison tremplin pour «TMG» avec le Fury

Sans contredit, Maxim Crépeau a été le joueur le plus utile au Fury d’Ottawa en 2018. Le jeune gardien prêté par l’Impact de Montréal a raflé presque tous les honneurs individuels au gala de fin de saison. Ses succès dans la capitale nationale lui auront servi de tremplin vers la MLS alors qu’il a été rapatrié par les Whitecaps de Vancouver.

Le club de la USL n’a cependant pas tout perdu. Gagnant du trophée remis au meilleur jeune joueur du club l’an dernier, Thomas Meilleur-Giguère a été prêté par l’Impact pour une troisième saison consécutive afin qu’il accumule de précieuses minutes de jeu.

Après une première saison où il n’a pratiquement pas joué sous les ordres de Paul Dalglish en 2017, « TMG » est rapidement devenu un des préférés du nouvel entraîneur-chef Nikola Popovic l’an dernier. Cette saison, il voudra plus que surprendre. Il voudra consolider son statut de joueur solide et fiable afin de faire le saut vers le niveau supérieur.

« Thomas été la révélation de notre club la saison dernière. Il a surpris tout le monde quand nous l’avons envoyé dans la mêlée. Il a été, de loin, notre joueur le plus amélioré. Il a l’esprit du guerrier. Chaque session d’entraînement, chaque match, il offre le meilleur de lui-même. Il communique très bien sur le terrain. Il est devenu le coordonnateur vocal de notre club. C’est fantastique de le revoir avec nous », a dit Popovic à l’ouverture du camp d’entraînement du Fury cette semaine.

Le Repentigngois de 21 ans demeure un bon espoir de l’Impact. Bien qu’il aurait aimé amorcer la saison 2019 dans la MLS, il lui est apparu évident qu’un retour à Ottawa était la meilleure chose pour poursuivre sa progression.

Nuits blanches

« Après ma conversation avec Rémi Garde (l’entraîneur-chef de l’Impact), il était clair que ma meilleure option était de revenir ici. Il ne prévoyait vraiment pas beaucoup de minutes de jeu pour moi. Il avait été question de jouer dans les matches du championnat canadien et des choses comme ça. C’était bien peu. J’ai besoin de jouer au moins 20-25 matches et c’est ce que je vais venir chercher en revenant avec le Fury. »

Ce retour anticipé a toutefois été une source de stress pour le jeune joueur quand la CONCACAF a menacé de ne pas sanctionner la saison du Fury dans la USL juste avant Noël.

« Je n’arrivais plus à dormir quand cette saga est sortie ! J’avais déjà eu des discussions préliminaires avec Ottawa. Ils voulaient de moi ici. Les entraîneurs m’aiment bien. Si l’Impact veut me rappeler, je peux être là en deux heures. C’était important pour moi de revenir ici. L’idée d’être prêté ailleurs devenait stressante et la nouvelle CPL n’était pas une option pour moi. »

À Ottawa, « TMG » voudra aider l’équipe à atteindre son objectif de participer aux séries de la USL.

« Nous voulons prouver qu’une équipe à majorité canadienne est capable de faire les séries d’une ligue comme la USL et que nous avons notre place dans cette ligue. »

S’il a surpris tout le monde en devenant un incontournable du bloc défensif du Fury l’an dernier, Meilleur-Giguère veut passer à la prochaine étape cette saison.

« J’ai toujours eu confiance en moi, même quand je ne jouais pas. Alors, ce n’est pas une question de jouer avec plus de confiance cette année. L’aspect mental n’a jamais été un problème. Pour passer au prochain niveau, j’ai besoin d’expérience et de travailler les petits détails qui font qu’un joueur devient meilleur qu’un autre. Je suis rendu là. J’aurai aussi plus de responsabilités envers l’équipe. L’an dernier, les gens étaient surpris de me voir sur le terrain. Cette année, je veux que ma présence soit vue comme étant sécurisante. » Le jeune défenseur passera aussi du temps à des camps de l’équipe canadienne des moins de 23 ans en 2019 en prévision des Jeux olympiques de 2020.

Un camp plus court à Ottawa, plus long en Floride pour le Fury

Seize joueurs sous contrat. Une dizaine à l’essai. Au beau milieu de l’hiver, le camp d’entraînement du Fury d’Ottawa a pris son envol cette semaine sur le terrain intérieur du Complexe Branchaud-Brière (CBB), qui lui servira de quartier général pendant deux semaines et demie.

D’ici au 20 février, le directeur général Julian De Guzman voudra ajouter neuf autres agents libres à sa formation, dont quelques-uns qui tentent de se faire valoir au CBB. À ce moment, l’escouade s’envolera vers la Floride pour compléter sa préparation en vue de la saison 2019 de la USL. Au lieu de passer une semaine au chaud, puis revenir en ville comme ils l’ont fait à leurs cinq premières saisons, les membres du Fury profiteront d’un séjour prolongé de deux semaines et demie sur la côte est américaine.

Le club ne reviendra même pas dans la capitale nationale avant d’aller disputer son premier match de la saison régulière à Charleston, en Caroline du Sud, le 9 mars.

«Nous avons opté pour un camp plus court cette saison. Il a fallu couper quelque part pour prolonger notre camp en Floride. Là-bas, nous aurons l’occasion de terminer notre préparation en plein air dans un environnement semblable à ce que nous retrouverons quand nous commencerons notre saison. Ici, nous sommes confinés à l’intérieur sur des terrains aux dimensions non conventionnelles», a indiqué l’entraîneur-chef Nikola Popovic.

Quatre matches hors-concours sont aussi à l’horaire du Fury avant le lancement de sa saison. Ça va commencer avec un duel contre les Ravens de l’université Carleton au stade intérieur des Gee Gees de l’Université d’Ottawa samedi matin. Un deuxième match sera disputé au CBB le samedi soir suivant contre le Mistral de Sherbrooke. Puis, le Fury va se mesurer à l’Union de Philadelphie, un club de la MLS, à St Petersburg en Floride avant de terminer ses préparatifs à Bradenton avec un duel contre le Fimleikafélag Hafnarfjarðar, un club islandais.

Les partisans du Fury devront attendre au 6 avril pour voir leur équipe à la Place TD. Les Ottaviens recevront la visite du Nashville FC à leur troisième match de la saison régulière.