Premier entraîneur-chef de l’histoire du Fury d’Ottawa, Marc Dos Santos a remporté le championnat de la conférence de l’ouest de la USL avec les Rangers de Swope Park en 2016. Son entraîneur-adjoint de l’époque, Nikola Popovic, est maintenant l’entraîneur-chef du Fury.

Partenariat accru à prévoir avec le Fury et Dos Santos

Julian De Guzman se souvient encore du moment où il a pris Marc Dos Santos par surprise en l’appelant directement afin de lui offrir ses services pour venir terminer sa carrière de joueur à Ottawa avec le Fury.

C’était en 2015. Marc Dos Santos était encore à trois ans de devenir le nouvel entraîneur-chef des Whitecaps de Vancouver. Même s’il était armé du meilleur curriculum vitae de l’histoire du soccer canadien, De Guzman était venu jouer à Ottawa pour des peanuts.

« Le contrat le plus facile à négocier de ma carrière. Là où j’étais rendu, le projet de jeter les bases d’une équipe canadienne m’allumait. Mon arrivée à Ottawa avait plein de bon sens », dit JDG, maintenant directeur général du Fury.

Marc Dos Santos se pinçait encore lorsqu’il avait présenté son nouveau joueur vedette. « Le Fury ne peut pas se payer un gars comme De Guzman, mais il vient ici à rabais parce qu’il tient à redonner au soccer canadien. Nous sommes choyés », avait-il fièrement raconté au Droit.

En direct du Maroc où il a été invité par le roi Mohammed VI à participer à un Match des étoiles mondiales (son équipe) contre les étoiles africaines dans le cadre de la Marche Verte cette semaine, De Guzman a pris plaisir à parler des avantages de l’arrivée de Marc Dos Santos à la tête d’une des trois équipes canadiennes de la MLS.

« C’est fantastique d’avoir un entraîneur canadien pour diriger les Whitecaps. Marc est un ancien de l’Impact de Montréal et du Fury et cette fois, il s’en va dans la MLS. C’est une nouvelle excitante pour le soccer canadien, point à la ligne. Sa nomination sera un match parfait pour un paquet de clubs canadiens incluant l’équipe nationale. Il pourra contribuer à l’essor d’une culture du soccer au Canada en plus d’améliorer la croissance de notre sport au pays. Il a été un mentor pour moi. Il y a un lien de confiance qui a été établi. »

L’arrivée de Dos Santos est sans aucun doute une bonne nouvelle pour le Fury. Le club ottavien a souvent partagé des joueurs avec l’Impact de Montréal, mais les transferts avec les Whitecaps pourraient être accentués maintenant.

« Premièrement, il a monté notre organisation à partir de rien. Deuxièmement, notre entraîneur-chef, Nikola Popovic, a été son adjoint à Swope Park il y a deux ans. Notre lien est très fort. Je suis sûr que nous aurons l’occasion de travailler avec les Whitecaps dans un avenir rapproché. Pour l’instant, Marc a d’autres chats à fouetter. Il voudra se concentrer sur son nouveau club, mais éventuellement nous allons sûrement travailler sur des dossiers qui feront le bonheur des deux parties. J’anticipe plusieurs autres appels entre nous », a expliqué De Guzman.

Après avoir conduit le Fury en finale de la NASL en 2015, Marc Dos Santos est allé diriger le club-école du Sporting de Kansas City à Swope Park où il a été finaliste de la USL en 2016 pour ensuite gagner le championnat de la NASL avec les Deltas de San Francisco en 2017. Cette saison, il était entraîneur-adjoint avec la nouvelle équipe du Los Angeles FC dans la MLS.

Pendant la seule saison où il a joué sous ses ordres en 2015, De Guzman a remarqué les talents de motivateur hors pair de Dos Santos. « C’est un entraîneur-ami. Il peut souder un club comme pas un. Le lien de confiance entre lui et ses joueurs est inébranlable. »

+

Maxime Crépeau

UN AUTRE APPEL DU CANADA POUR CRÉPEAU

Joueur par excellence du Fury d’Ottawa en 2018, le gardien Maxime Crépeau a reçu un autre appel du Canada pour participer à un match de la Ligue des nations de la CONCACAF à Saint-Kitts-et-Nevis le 18 novembre prochain.

L’équipe canadienne senior masculine a gagné les deux premiers de ses quatre matches de qualification du tournoi regroupant 34 pays.

Crépeau avait reçu l’appel pour le premier match contre les Îles-Vierges américaines, mais il n’avait pas joué dans une victoire facile de 8-0. Milan Borjan avait plutôt gardé les buts alors que le jeune Alessandro Busti avait été le gardien dans la victoire de 5-0 contre la Dominique en octobre.

Saint-Kitts-et-Nevis a aussi gagné ses deux premiers matches de ce tournoi qui sert de première étape vers la Coupe du monde de 2022 au Qatar.

Défenseur du Fury, David Edgar, sera aussi membre de l’équipe qui se rendra dans les Caraïbes la semaine prochaine tout comme l’attaquant ottavien Jonathan David, auteur de trois buts à ses deux premiers matches internationaux.