Nana Attakora n’a pas encore enfilé son numéro 4.

Nana devra encore attendre

Il s’avère un des deux grands blessés du Fury aux côtés de la vedette locale Maxim Tissot.

Un de ces joueurs que l’organisation a hâte de voir enfin sur le terrain. Une de ces embauches majeures effectuées durant l’hiver.

Son nom ? Nana Attakora.

Un défenseur central ontarien qui a joué 70 parties dans la MLS. C’est sans compter une dizaine de présences sein de l’équipe canadienne senior. L’an dernier, il était même le capitaine des Deltas de San Francisco lors de leur victoire au Soccer Bowl, cette finale de la NASL.

Sauf que le joueur âgé de 29 ans n’a pas encore enfilé son numéro 4 chez le Fury. Il ratera le neuvième match du calendrier régulier, samedi en Caroline du Sud, lorsque ses coéquipiers affronteront le Battery de Charleston.

« Les cinq à six derniers mois ont été difficiles », avoue Attakora, qui a subi une fracture à une cheville lors du Soccer Bowl. Des ligaments ont aussi été déchirés.

Le hic ?

Le vétéran joueur ignorait l’ampleur des dégâts sur le coup.

« Ce n’est que lors de la deuxième semaine du camp d’entraînement, lors de notre retour de la Floride, que j’ai réalisé que quelque chose n’allait vraiment pas », relate-t-il.

Un test de résonance magnétique a révélé la nature du problème.

« Je dois dire que le club a été très bon avec moi. On s’est assuré que je reçoive tous les traitements nécessaires afin de retrouver la santé. On n’essaie pas d’accélérer mon retour au jeu. »

Sauf qu’il se rapproche plus que jamais de l’alignement du Fury.

« Je termine ma deuxième semaine à l’entraînement avec les gars, souligne Attakora en souriant.

«Je rattrape le temps perdu. Je reprends la forme. Autant que je veuille jouer dès que possible, je sais trop bien que la prudence est de mise. J’ai appris que si on tente de forcer la note, que je reviens trop tôt, d’autres problèmes risquent de survenir.»

Né à North York, Nana Attakora a joué trois saisons aux côtés de Julian de Guzman chez le Toronto FC. Il a aussi vu de l’action chez les Earthquakes de San Jose et le DC United, toujours dans la MLS.

À travers tout ça, il y a eu un séjour d’une saison au sein du FC Haka en Finlande.

S’il a abouti à Ottawa, c’est en raison de deux hommes, Marc Dos Santos et de... Julian de Guzman.

«Marc m’a dirigé à San Francisco. Il m’a vanté l’organisation du Fury. Il m’a aussi parlé en bien de l’entraîneur-chef Nikola (Popovic) qui avait déjà travaillé avec lui.

«Puis il y a ma relation avec Julian. Je lui ai toujours voué un grand respect. Et il est un peu comme moi. Il s’avère un grand compétiteur qui n’aime pas perdre.»

De Guzman est devenu directeur général du Fury pendant la saison morte. Une de ses premières mises sous contrat a été celle de Nana Attakora.

«Julian m’a vendu sa vision du club, comment il comptait construire une équipe gagnante. C’était facile de lui dire oui.»

Parlant de vision, Attakora sait déjà la voie qu’il empruntera une fois ses crampons accrochés. Il veut travailler dans le domaine de l’immobilier.

«Comme mon père. Il est un gros joueur en ce moment au Ghana en Afrique de l’Ouest. Il m’a déjà enseigné beaucoup de choses.»

Par ailleurs, un de ses jeunes coéquipiers, Jimmy-Shammar Sanon, a appris dans les dernières heures qu’il affrontera l’Argentine et Lionel Messi le 29 mai prochain. L’attaquant a été sélectionné par l’équipe haïtienne en vue de ce match amical international qui aura lieu à Buenos Aires.

Les Argentins se serviront de cette joute dans leur préparation finale avant le début de la Coupe du monde FIFA 2018.

Sanon rejoindra la formation nationale de Haïti dès mardi prochain. Il avait effectué ses débuts avec elle en octobre dernier, jouant 59 minutes dans un match nul de 3-3 contre le Japon.