Callum Irving a mené les Wildcats du Kentucky au championnat de conférence dans la NCAA à son année senior. À sa deuxième année chez les pros, il aura la tâche de remplacer un gardien populaire à Ottawa.

Mouvement jeunesse devant le filet du Fury

Dans une ville, voire un pays où le hockey est maître, les joueurs de soccer du Fury d'Ottawa peuvent se promener allègrement dans les rues de la capitale sans trop se faire reconnaître.
Bien sûr, l'équipe arrive à attirer les foules. Le Fury affichait la quatrième meilleure assistance de la NASL en 2016 avec une moyenne de 5500 spectateurs à ses matches, un chiffre en constante progression depuis son entrée au soccer professionnel en 2014. S'il y avait un joueur que les partisans avaient adopté, un joueur qui représentait le visage de la franchise, c'était bien celui du gardien Romuald Peiser. Débarqué à Ottawa durant la première saison du Fury, il a joué dans presque tous les matches du club.
Ici, le Français a amorcé 78 matches, gagnant au passage le titre du gardien de l'année en 2015 après avoir établi un record d'invincibilité de la NASL de 648 minutes sans accorder de but. En quête d'un nouveau défi, Peiser avait lui-même décidé de quitter son équipe portugaise en incitant l'entraîneur-chef Marc Dos Santos à le prendre à Ottawa. Âgé de 37 ans, Peiser est allé rejoindre Dos Santos à San Francisco cette année. Ce faisant, il laisse un grand vide devant le filet ottavien.
Pour remplir les « gants dorés » de Peiser, le Fury s'est tourné vers la jeunesse. Il n'a que 23 ans, mais Callum Irving arrive dans la capitale avec une belle feuille de route.
Il a tout gagné
Natif de la Colombie-Britannique, il a grandi dans l'académie des Whitecaps de Vancouver avant de passer quatre ans avec les Wildcats de l'Université du Kentucky dans la NCAA.
Là-bas, il a gagné tous les trophées : les fameux « gants dorés » attribués au meilleur gardien de sa conférence, joueur le plus utile à son équipe, première équipe d'étoiles, champion de conférence à son année senior où il a établi un record d'équipe avec 27 blanchissages. Alouette !
Callum Irving a tout fait au Kentucky. Tellement qu'il a retenu l'attention de l'équipe nationale senior du Canada où il a fait son entrée dans le « 11 partant » en janvier 2017 dans une victoire aux Bermudes.
C'est donc en pleine confiance qu'il s'est pointé au camp d'entraînement du Fury la semaine dernière où il s'est dit prêt à assurer un changement de garde tout en douceur.
« Je sais que j'ai de gros souliers à remplir, mais comme gardien, peu importe où tu joues, tu veux toujours avoir un impact sur ton équipe. Romuald (Peiser) a établi des standards élevés. Ça ne fait que me motiver à travailler plus fort. »
Après sa carrière universitaire en 2015, Irving s'est aligné avec les Toros de Rio Grande dans la USL où il a obtenu 14 départs avant de signer une entente avec le Dynamo de Houston dans la MLS en 2016. La proposition de l'entraîneur-chef Paul Dalglish n'est toutefois pas rentrée dans l'oreille d'un sourd.
« Ça faisait cinq ans que je n'avais pas joué au Canada. J'étais très fébrile à l'idée de pouvoir rentrer chez nous. Il n'y a pas beaucoup d'équipes professionnelles au pays et j'ai vu ça comme une occasion d'obtenir de bonnes minutes de jeu. Ce que Paul m'a vendu comme style de jeu me plaisait. J'ai aussi eu de bons échos sur Ottawa des autres joueurs. La décision de venir ici s'imposait d'elle-même. »
Changement nécessaire
On le sent dans ses réponses. Le départ de Romuald Peiser a simplifié la vie de Paul Dalglish. « La bonne chose avec un jeune joueur, c'est qu'il embrasse les nouvelles idées plus facilement qu'un vétéran qui a fait la même chose pendant 20 ans. Callum arrive ici où il pourra apprendre de Julian De Guzman et Bruce Grobelaar, deux icônes du soccer mondial. Il n'a pas encore toutes les réponses alors Callum va continuer d'améliorer son art ici parce qu'il a un potentiel énorme qui doit être exploité. »
Ce qu'il aime d'Irving ?
« C'est un gardien moderne qui aime utiliser ses pieds pour relancer le jeu. Romuald était un gardien fantastique, mais il n'était pas à l'aise avec ça. Nous avons besoin d'un gardien comme Irving pour contre attaquer comme nous voulons le faire. Nous pourrons construire notre attaque à partir de l'arrière. »
Irving sera appuyé par Andrew MacRae (26 ans), un autre Canadien qui était le troisième gardien l'an dernier, ainsi que par le Québécois David Paulmin. Âgé de 21 ans, il a été prêté par l'Impact de Montréal la semaine dernière.