Âgé de 20 ans, le défenseur québécois Thomas Meilleur-Giguère a obtenu son premier départ avec le Fury d’Ottawa dans la victoire de 1-0 à Harrisburg lundi.

Meilleur-Giguère a enfin sa chance

L’attente a été plus longue que prévu, mais Thomas Meilleur-Giguère a enfin obtenu son premier départ depuis qu’il a été prêté au Fury d’Ottawa par l’Impact de Montréal il y a deux ans.

Le défenseur de 20 ans a broyé du noir en 2017 alors qu’il a été limité à 59 maigres minutes de jeu réparties sur quatre matches dans un calendrier qui en compte 32. L’année précédente, à seulement 18 ans, il avait obtenu 21 départs et même marqué deux buts avec le club-école de l’Impact dans la USL. Une blessure à un défenseur du Fury lui a toutefois ouvert la porte la semaine dernière contre le Red Bull de New York II.

Thomas Meilleur-Giguère est venu remplacer Onua Obasi pendant 60 minutes à une position qui ne lui était pas familière (défenseur latéral gauche), mais l’athlète de Repentigny s’est bien débrouillé en contribuant au premier blanchissage de la saison du Fury.

Cinq jours plus tard, l’entraîneur-chef Nikola Popovic l’insérait dans le « onze partant » et le club ottavien a répondu en remportant son premier match de la saison. Un blanchissage de 1-0 sur la route.

« Ça m’a fait du bien de participer à ces deux blanchissages. J’ai l’habitude de jouer au centre de la ligne défensive. J’ai dû ajuster ma façon de défendre et mon positionnement, mais le vétéran Doneil Henry était à mes côtés pour m’aider. Je suis vraiment content de pouvoir jouer à nouveau. »

Meilleur-Giguère a retrouvé le sourire. Il était temps parce qu’il ne s’est pas vraiment amusé sur les lignes de côté l’an dernier. « Qu’est-ce que je fais ici » ? C’est une question qui lui revenait en tête pendant toute la saison 2017.

« J’étais frustré. J’avais été prêté par l’Impact pour jouer davantage dans la USL, mais je ne jouais pas. Tant qu’à pratiquer ici, je me demandais pourquoi ne pas pratiquer à Montréal avec le grand club. J’ai été chanceux. À cause des Jeux de la Francophonie, j’ai pu jouer une dizaine de matches complets avec l’équipe canadienne. »

À force de s’entraîner sans pouvoir jouer à Ottawa l’an dernier, il dit avoir grandi sur le plan mental. « J’ai appris beaucoup à l’extérieur du terrain. J’ai appris comment me comporter en attendant d’avoir une chance de jouer. »

Malgré les embûches, le jeune espoir de l’Impact n’a jamais songé à abandonner son rêve de jouer dans la MLS.

« Jamais ! J’étais trop jeune pour penser à ça. J’évolue chez les professionnels. Je vois plein de mes amis qui doivent travailler dans des dépanneurs ou des trucs du genre pendant que je suis payé pour jouer au soccer. Ma vie est incroyable. Jamais je ne vais me plaindre de mon sort ! »

Au lieu de se laisser abattre, Meilleur-Giguère a continué de travailler fort dans les entraînements. « Le travail finit toujours par payer. C’est pour ça que j’ai continué. Je viens d’avoir une ouverture. Je remplace un joueur blessé. Il va revenir un jour, mais Doneil Henry doit remonter dans la MLS bientôt. Je veux montrer que je pourrai le remplacer quand il retournera avec les Whitecaps. »

Pour le moment, Meilleur-Giguère va continuer à faire du mieux qu’il peut à une position qu’il n’a jamais jouée de sa vie.

« Je pense avoir donné de solides minutes à l’équipe. J’étais entouré de joueurs intelligents pour m’aider. Nous avons gagné en plus. »

Contre Atlanta samedi
Le Fury (1-4-2) va affronter l’Atlanta United II (1-3-3) samedi après-midi à la Place TD et Meilleur-Giguère pense que tout est en place pour que son équipe amorce sa première série victorieuse de la saison. Une victoire lui permettrait justement de devancer Atlanta.

« Avec l’équipe que nous aurons sur le terrain, nous avons une occasion d’avoir un autre résultat. De mon côté, je vais rester au poste de latéral gauche jusqu’à ce qu’on me permette de jouer au centre. »