Le gardien de but du Fury d'Ottawa, Maxime Crépeau , a signé 14 blanchissages en 29 départs cette saison.

Maxime Crépeau veut gonfler son record

Prêté par l’Impact de Montréal pour se faire valoir à Ottawa, Maxime Crépeau a gagné son pari en 2018.

En gravant son nom dans le livre des records de la USL avec son 14e jeu blanc de la saison mercredi à Toronto, il vient de s’offrir un autre tremplin pour la suite de sa carrière.

Il reste deux matches à la saison du Fury, tous les deux à la Place TD, et les partisans qui veulent voir le gardien québécois à l’œuvre devraient le faire bientôt parce que Crépeau risque de ne pas revenir dans la capitale nationale en 2019.

« Je ne connais pas l’avenir, mais je ne prendrais pas de risque à leur place. Je viendrais voir un des deux prochains matches ! Il me reste une année d’option à mon contrat avec l’Impact. Je ne sais pas s’ils vont exercer cette option où s’ils vont me soumettre au ballottage. C’est sûr que ma dernière saison vient de m’offrir des options supplémentaires. Des portes vont s’ouvrir, mais avant, j’ai une grosse porte de garage à ouvrir pour savoir ce qu’il y a derrière », a dit Crépeau vendredi après l’entraînement du Fury.

Quatorze blanchissages en 29 départs, c’est une moyenne impressionnante pour le gardien de 24 ans. C’est un chiffre qui va marquer l’imaginaire, mais Crépeau ne tient rien pour acquis. Son record pourrait même être éphémère.

« Ça fait du bien. C’est plaisant. C’est un effort d’équipe avant tout. Le gardien obtient tout le mérite, mais la défensive, c’est un effort collectif. Et puis, il reste deux matches à notre saison. Mon objectif est d’ajouter au record et de le porter à 16. Matt Pickens, de Nashville, n’est pas loin derrière moi avec 13. Il lui reste quatre matches à jouer. Il pourrait donc me surpasser et effacer mon record rapidement », a ajouté celui qui vient au cinquième rang de la USL avec ses 79 arrêts cette saison.

Bethlehem dimanche

Le Fury (13-14-5) reviendra à la maison dimanche après cinq matches consécutifs sur la route où il a gagné trois fois. À nouveau, le match sera crucial. Le Steel de Bethlehem (13-12-6) le devance par seulement un point au sixième rang. Les visiteurs auront toujours un match en mains.

Le calcul est simple. Installé au septième rang, le Fury va accéder aux séries en gagnant ses deux derniers matches. Selon le site Sports Club Stats, Ottawa aura 84 % de chances d’accéder aux séries en amassant quatre points (une victoire, une nulle) contre Bethlehem et Charleston. Ces probabilités tombent à 51 % avec une victoire sur deux.

Bref, le Fury tient son sort entre ses mains. « Notre saison se joue là. Nous n’avons pas de marge de manœuvre. Nous avons bien commencé en récoltant trois points à Toronto. La manière de l’emporter importe peu. C’est le résultat qui prime. Gagner nos derniers matches nous permettrait d’entrer dans les séries avec du momentum. Quand les séries débutent, on efface tout. C’est une nouvelle saison et le momentum devient important », raconte le gardien.

Depuis des semaines Crépeau jette un regard attentif sur le classement de la USL. Ce qui lui saute aux yeux, c’est que la majorité des clubs ont plus de matches à jouer que le Fury.

« Il nous reste deux matches. Il reste trois à quatre matches aux autres clubs. Ils ont plus de marge de manœuvre. Il faut donc profiter de l’avantage du terrain. Nous retrouvons nos partisans après une longue absence. Il va faire beau. La table est mise. Nous ne devrions pas manquer de motivation. »