Les joueurs du Fury effectueront un voyage à Toronto l’esprit tranquille, mardi, afin d’affronter un club de la MLS, pour ensuite s’envoler vers Washington.

Match contre le Toronto FC: pas de pression sur le Fury

Le Fury FC d’Ottawa va prendre l’autobus en direction de la Ville-Reine mardi pour aller jouer le match retour de sa demi-finale du Championnat canadien de soccer professionnel contre le Toronto FC.

À bord du véhicule nolisé, il y aura un passager de moins : la pression de l’emporter ne sera pas là pour le club de la USL face à un club de la MLS, la première division nord-américaine, qui a pris les devants 2-0 avec sa victoire de mercredi dernier à la Place TD.

« On n’a rien à perdre. Je ne pense pas qu’il y avait beaucoup de gens qui nous calculaient pour gagner cette série-là, a avoué le défenseur gatinois Maxim Tissot après l’entraînement des siens lundi. C’est certain que le deuxième but encaissé en fin de match nous fait extrêmement mal. Ça va être difficile, mais ce n’est pas impossible... Ça va être de créer des occasions de marquer et au moins d’aller chercher deux buts. Je crois qu’on va attaquer beaucoup tout en étant responsable défensivement. »

Auteur du but gagnant lors du premier match de la quart de finale contre Halifax à son retour d’une blessure au genou, Tissot est utilisé parcimonieusement par son entraîneur Nikola Popovic depuis et il ne pouvait pas dire combien de temps il jouera à Toronto. 

Il avait joué une trentaine de minutes contre eux la semaine dernière.

« On va voir », a-t-il laissé tomber en riant, sans en dire plus.

Le Fury a un calendrier chargé cette semaine alors qu’après sa visite dans le sud de l’Ontario, il rentrera dans la capitale en autobus immédiatement après le match, pour ensuite prendre un vol commercial vers Washington vendredi pour sa prochaine partie de saison régulière, le lendemain contre le Loudoun United FC.

« Comme toujours, nous allons utiliser notre meilleur alignement possible. Nous avons des joueurs qui sont en récupération, on va voir aussi qui est “en danger” vu que deux jours plus tard, nous avons un autre match dans notre ligue. Il faut donc faire attention et bien gérer tout ça », a souligné Popovic.

Celui-ci a confiance que son équipe peut combler son recul face à la formation torontoise afin de se qualifier pour une première finale canadienne.

« Nous avons une culture d’équipe qui veut que l’on donne le meilleur de soit à tout moment. Nos joueurs croient en eux et en notre façon de jouer, il n’y a rien à changer et on n’a rien à leur dire. Ils vont y croire jusqu’à la fin qu’il est possible de renverser la vapeur et compter deux buts (de plus que Toronto), jusqu’à ce que l’arbitre siffle la fin du match », a lancé Popovic.

Ancien de l’Impact de Montréal, Tissot mentionnait à quel point il est motivant pour des joueurs d’un niveau inférieur de se mesurer à un club de la MLS.

« Tout le monde est prêt pour le défi, c’est toujours le “fun” de jouer contre une opposition de la MLS. Il y a beaucoup de joueurs qui ont joué en MLS ou qui ont passé proche, on a tous une histoire différente. C’est de prouver à tout le monde qu’on est capable de “compétitionner” avec le plus haut niveau en Amérique du Nord », a-t-il noté.

Dans les circonstances, le gardien Callum Irving est celui qui peut ressentir un peu de pression, vu que chaque but des Torontois pourrait rapprocher les siens de l’élimination. 

« Je pense qu’on doit d’abord et avant tout ne pas allouer de but. Plus de buts (contre) rend notre travail encore plus difficile. Il faut qu’on garde les choses “propres” dans notre territoire et profiter de nos chances quand elles vont venir, a-t-il souligné. Naturellement, on s’est creusés un trou. On a bien joué (lors du premier match), mais on a n’a pas capitalisé sur nos chances et on a fait des erreurs coûteuses. On s’est placé dans cette situation, à nous de s’en sortir. »