Jérémy Gagnon-Laparé s’est montré très polyvalent jusqu’ici cette saison.

Le succès du Fury passe par l’esprit d’équipe

« C’est le fun quand les choses n’arrivent pas par accident », dit Jérémy Gagnon-Laparé, quand vient le temps de parler des récents succès de son équipe.

Le Fury d’Ottawa a subi un seul revers à ses cinq derniers matches. Un revers subi sur la route, contre les Champions en titre de la United Soccer League.

Sinon, tout baigne. L’équipe s’apprête à retourner en voyage en affichant une belle confiance.

Tous les espoirs sont permis pour le duel qui est prévu pour dimanche, contre le Bethlehem Steel FC.

« En ce moment, les choses n’arrivent pas par hasard. Le travail que nous avons fait depuis le début de la pré-saison, ça nous a vraiment bien structurés. »

Gagnon-Laparé fait déjà figure de vétéran à Ottawa, même s’il porte le maillot du Fury depuis à peine 10 mois.

« Le point qui nous a permis de vraiment progresser... Nous avons vraiment appris à connaître les nouveaux joueurs. Plusieurs liens forts se sont créés entre des joueurs qui occupent des positions importantes. Des liens entre un défenseur et un ailier. Entre un milieu de terrain et un attaquant. Entre un défenseur central et un milieu de terrain défensif. »

« Le fait que nous avons connu des succès, dès le départ, fait en sorte que l’équipe s’est stabilisée. On joue régulièrement avec les mêmes joueurs. Plus tu joues avec les mêmes joueurs, plus tu apprends à les connaître. Comment ils veulent recevoir le ballon, c’est quoi leurs forces, où tu peux les aider, défensivement comme offensivement... »

Jérémy Gagnon-Laparé

Il y a un petit quelque chose d’ironique dans ce que vient d’affirmer Gagnon-Laparé.

Le Québécois de Sherbrooke se promène d’une position à l’autre, depuis le début de la saison. Il s’est retrouvé dans le XI Partant à sept occasions dans les huit derniers matches. Mais il ne patrouille pas toujours le même secteur du terrain.

« Mon jeu me permet de m’adapter à différentes positions », concède celui qui a commencé la saison dans un rôle de milieu de terrain offensif. Récemment, on l’a vu jouer comme défenseur latéral, du côté gauche.

« Ce n’est pas une punition, assure celui qui a complété 81,8 % de ses passes. Quand tu te retrouves sur le terrain, pour jouer un match, c’est toujours un cadeau. »

Il espère quand même que l’entraineur-chef Nikola Popovic finira par lui trouver une position où il pourra se mettre à l’aise prochainement.

« Il est vrai que c’est plus intéressant quand tu réussis à trouver un peu de stabilité... »

Jérémy Gagnon-Laparé

Heureux pour Crépeau

Les joueurs québécois du Fury gardent un œil sur ce qui se passe en MLS, à Vancouver, ces temps-ci. Leur ancien coéquipier, le gardien Maxime Crépeau, connaît un super début de saison devant le filet des Whitecaps.

« Je ne suis vraiment pas surpris, commente Jérémy Gagnon-Laparé. J’ai joué avec lui à Montréal, puis à Ottawa. J’ai toujours vu Max faire les choses que Max fait bien. Il est très solide dans ses buts. Il est bon communicateur. Il est bon avec ses pieds lorsque c’est nécessaire. Il est toujours compliqué de trouver sa place comme gardien de but numéro un. »

Le Fury a trouvé un moyen de survivre sans lui. Il a encaissé seulement trois buts à ses cinq derniers matches.

« C’est un gros morceau à remplacer. Il avait une belle énergie dans le groupe, dans le vestiaire, sur le terrain. Max est quelqu’un de très compétitif. Les joueurs qui sont arrivés cette année ont pris le lead. Je reviens à ce que je disais tout à l’heure. Il y a vraiment une belle complémentarité. »