Ben Fisk portera le brassard de capitaine quand l’Atlético d’Ottawa surgira sur le terrain pour son premier match dans la Première ligue canadienne samedi à Charlottetown.
Ben Fisk portera le brassard de capitaine quand l’Atlético d’Ottawa surgira sur le terrain pour son premier match dans la Première ligue canadienne samedi à Charlottetown.

Le nouveau capitaine Fisk est fébrile

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Les plus fervents partisans du Fury d’Ottawa auront de la difficulté à identifier les joueurs de l’Atlético d’Ottawa quand ils sauteront sur le terrain pour leur premier match la Première ligue canadienne (CPL) samedi mdi.

Une nouvelle ère va débuter pour le soccer professionnel à Ottawa samedi.

Club d’expansion dans la Première ligue canadienne (CPL), l’Atlético d’Ottawa va disputer le premier match de son histoire contre un rival ontarien, le York 9, à Charlottetown.

À LIRE AUSSI : Un départ pour l’Atlético

Premier joueur à signer un contrat avec l’Atlético, Ben Fisk portera le brassard de capitaine. Le milieu de terrain Francisco Acuna, le défenseur Milovan Kapor et le gardien Nacho Zabal seront ses adjoints.

Ces nominations annoncées vendredi donnent des indices quant à la formation partante du premier match des Island Games contre le York 9, surtout devant le filet.

Alors, excité Ben Fisk? Le mot est faible.

«Nous attendons ce moment depuis longtemps. Il y a une belle fébrilité qui règne dans notre bulle de Charlottetown. Ça se voit dans les yeux des gars. Nous nous sommes entraînés pendant des semaines sans savoir pourquoi nous nous entraînions. Maintenant, nous avons une saison et nous avons hâte de jouer des matches dans un championnat», a indiqué le milieu de terrain britanno-colombien.


« Nous sommes les seuls à savoir ce que nous pouvons faire parce que personne ne nous a vus à l’entraînement. Il y a une confiance tranquille qui règne dans notre groupe. »
Ben Fisk

Le match de l’Atlético sera présenté à la télévision nationale samedi matin. Ce n’est pas une préoccupation pour Fisk, mais il aura quand même les nerfs à fleur de peau.

«La télévision, ce n’est pas énervant. Nous sommes habitués que nos matches soient filmés. Par contre, depuis que je joue au soccer, j’ai toujours une nervosité avant un match. La pression monte, surtout que ce sera le premier match de la franchise. Sauf que j’aime cette pression. Elle m’aide à me concentrer et à donner le meilleur de moi-même.»

Parce que l’équipe a été assemblée à la dernière minute, les preneurs aux livres ne donnent pas cher de la peau de l’Atlético à Charlottetown, mais Ben Fisk entend créer quelques surprises.

«Nous sommes les seuls à savoir ce que nous pouvons faire parce que personne ne nous a vus à l’entraînement. Il y a une confiance tranquille qui règne dans notre groupe.»

Le premier match ne sera pas de tout repos. Ben Fisk a vu le York 9 prendre du mieux à mesure que la saison 2019 progressait. Ils n’ont pas eu à effectuer trop de changements depuis l’an dernier non plus.

«Ils ont plusieurs joueurs qui me sont familiers. Nous avons une bonne idée de leur style de jeu et de leur 11 de départ. À mes yeux, ils étaient une des meilleures équipes de la ligue à la fin de la dernière saison.»

Ce match sera le premier d’une série de sept en seulement 23 jours. L’Atlético sera de retour en action mercredi contre Winnipeg et dimanche contre Edmonton la semaine prochaine. Avec la plus petite formation de toute la CPL (20 joueurs), il faudra que les joueurs se comportent de façon exemplaire à l’extérieur du terrain.

«Il n’y a pas juste une clé pendant le prochain tournoi. Il y en a plusieurs. Tout le monde devra faire attention à son corps. C’est cliché, mais il faudra bien manger, bien s’hydrater, bien dormir pour récupérer le plus rapidement possible. Les substituts seront importants, plus que jamais. Je ne pense pas que des joueurs vont jouer 80 minutes match après match. Nous aurons besoin de l’effort de tous. Ceux qui ne sont pas dans le 11 de départ devront se tenir prêts en tout temps. Enfin, il faudra jouer selon notre identité, peu importe le score, que nous soyons en avance, à égalité ou en arrière.»