N’ayant pas joué beaucoup de matches pendant l’été, Hadji Barry n’a pas encore atteint son plein potentiel avec le Fury. « Je ne suis franchement pas encore là où je veux être », avoue-t-il.

Le nouveau buteur du Fury se met en marche

Il a été embauché pour son flair offensif. Il s’exprime dans un excellent français et il parle à sa maman avant chaque partie depuis le début de sa carrière dans les rangs pros en 2016.

Hadji Barry disputera déjà son sixième match dans l’uniforme du Fury, vendredi soir, face aux Riverhounds de Pittsburgh à la Place TD. Il a inscrit un premier but avec sa nouvelle équipe, samedi dernier, dans le gain de 2-1 contre le Saint Louis FC.

Visiblement soulagé, l’attaquant guinéen a célébré en glissant sur ses genoux tout en pointant deux doigts vers le ciel. « Tu veux toujours marquer, mais ce n’est pas facile. Mais je savais que ça allait venir, ce premier but. J’avais eu des occasions auparavant », a-t-il relaté plus tôt cette semaine après un entraînement dans la pluie.

Barry s’est amené à Ottawa au début du mois. L’équipe l’a présenté comme un « buteur prolifique ».

L’athlète de 26 ans a récolté 19 buts et cinq aides en 35 parties en 2018 dans la USL chez les Rangers de Swope Park. En carrière dans ce circuit, il a amassé 31 buts en 60 parties.

Chez le Fury, on n’était pas inquiet. L’entraîneur-chef Nikola Popovic a rappelé que Barry n’avait pas joué depuis deux mois.

Le principal intéressé avait passé le début de l’année 2019 en première division en Israël dans l’uniforme du Kiryat Shmona, participant à 14 parties.

« C’est un joueur qui tente de retrouver la forme physique. C’est un peu comme un camp d’entraînement pour lui. Son dernier match remontait en mai », a fait valoir Popovic.

« Je dirais qu’il faut lui donner encore deux autres semaines avant de le voir fonctionner à plein régime et nous donner plus de buts. Mais nous le voyons déjà s’améliorer d’une partie à l’autre. »

Barry, lui, tenait un discours similaire.

« Je ne suis franchement pas encore là où je veux être, mais ça fait deux mois que je n’ai pas joué », a-t-il rappelé.

« Maintenant que j’ai marqué un premier but, j’espère que les autres buts viendront plus rapidement. »

Né en Afrique, Hadji Barry est déménagé aux États-Unis à l’âge de 13 ans afin de poursuivre son développement sur un terrain de soccer tout en étudiant. Il a évolué dans les rangs universitaires à Monroe Community College puis à Central Florida.

Ce dernier est considéré comme un joueur domestique dans la USL puisqu’il possède le statut de résident américain.

Deux de ses frères et une sœur demeurent en France. Son autre frangin et ses deux autres sœurs se trouvent encore en Guinée, tout comme sa maman.

« Un truc que je fais avant chaque match, c’est d’appeler ma mère. J’ai besoin d’entendre sa voix. Elle me soutient beaucoup. C’est mon idole », a-t-il relaté.

Même le décalage horaire n’empêche pas Barry de respecter ce rituel.

« Il y a quatre heures de différence entre ici et la Guinée. Ma mère sait que je vais l’appeler avant chaque match. Elle attend donc avant d’aller prendre son sommeil. »

Ce sera encore le cas vendredi quand fiston et ses coéquipiers recevront la visite des Riverhounds.

Cinq points séparent les deux clubs au classement de l’association Est, Pittsburgh (12-8-4) occupant le sixième rang devant le Fury (10-9-4) qui est assis en huitième position. Les visiteurs ont toutefois disputé une partie supplémentaire.

« Chaque match est crucial pour nous, du début de la saison jusqu’à la fin, a rappelé Popovic. Mais celui-ci est encore plus crucial, car les deux équipes veulent terminer dans le top 4 au classement. Pour y arriver, nous devons gagner ce match-ci. »

Deuxième buteur du Fury, l’attaquant Christiano François a récemment été nommé au sein de l’équipe nationale d’Haïti en vue des matches de qualifications de la CONCACAF. Il partira la semaine prochaine en vue des affrontements contre le Curaçao les 7 et 10 septembre.