Ottawa a perdu 3-0 contre le Toronto FC, subissant l’élimination du championnat canadien.

Le Fury tourne la page

C’était son premier match dans l’uniforme du Fury depuis le Soccer Bowl à l’automne 2015. C’était aussi une partie importante pour l’équipe.

À l’image de ses coéquipiers, Jérémy Gagnon-Laparé aurait aimé un dénouement bien différent, mercredi, lors de la demi-finale du championnat canadien. Ottawa a perdu 3-0 contre le Toronto FC, subissant l’élimination de ce tournoi vers la Ligue des champions.

«Une défaite difficile à avaler, surtout avec un score comme ça. Mais il faut vite tourner la page. Une compétition vient de prendre fin, mais il reste la compétition en USL, surtout que nous sommes sur une bonne séquence», a rappelé le milieu de terrain québécois.

Le Fury tentera de signer une cinquième victoire à ses sept dernières parties de ligue, samedi après-midi, à la Place TD. Le Louisville City débarque dans la capitale. Il devance Ottawa au classement de la conférence Est.

«J’estime que Louisville est une équipe forte... très forte. Nous nous rappelons qu’il était un des meilleurs clubs l’an dernier, qu’il a quand même gagné la USL Cup», a soutenu l’entraîneur-chef Nikola Popovic.

Reste à voir à quoi ressemblera son XI partant.

Le Fury a jonglé avec son personnel afin de garder ses joueurs frais et dispos au fil des trois dernières semaines.

Gagnon-Laparé, 23 ans, aura bien paru à son premier match à Ottawa en 2018 après un séjour en France. Il a eu le feu vert à la dernière minute afin d’affronter le Toronto FC.

«Je n’étais pas sûr d’être éligible à temps. Des documents restaient à être finalisés. J’étais content de pouvoir de jouer contre une bonne équipe sur un beau terrain avec un gros enjeu.»

Surtout, c’était un vote de confiance de Popovic à son endroit.

Gagnon-Laparé l’avoue. Le Fury ne ressemble en rien à l’équipe qu’il a connue lors de son premier passage.

«Les visages ont beaucoup changé. Il reste deux joueurs.»

Une période d’adaptation s’impose pour lui. «Ça ne se fait pas dans une ou deux semaines. Il faut apprendre à se connaître, à savoir les forces et faiblesses des autres.»

Le natif de Sherbrooke dit aimer la dynamique de l’édition 2018. Il se plaît aussi au sein de sa famille d’accueil.

Gagnon-Laparé habite à Gatineau chez les parents d’un ancien de ses coéquipiers à l’Académie de l’Impact, Jonathan Vallée.

Parlant de maison, le Fury se débrouille bien chez lui à la Place TD. Il s’est avéré invaincu lors de sept de ses 10 matches à domicile en joutes de la United Soccer League (USL).

Ajoutez à cela que ce sera un match spécial samedi.

L’organisation tiendra sa journée annuelle des chiens au stade. Les partisans pourront assister à la partie en compagnie de leur ami à quatre pattes, souligne le Fury dans un communiqué de presse.

Reste à voir si les joueurs auront autant de mordant sur le terrain contre les champions en titre.