Le Fury d'Ottawa a dû se contenter d'un match nul - un cinquième de suite - contre le Louiseville City FC.

Le Fury sous respirateur artificiel

Julian de Guzman tenait à deux mains sa tête. Il n'en revenait pas  de la malchance de son équipe.
L'entraîneur-chef du Fury d'Ottawa venait de voir le tir foudroyant de Sito Seoane aboutir contre la barre transversale adverse à la 89e minute. Ses joueurs avaient besoin de ce but. Surtout, ils avaient besoin d'une victoire.
Le Fury (7-9-12) a toutefois dû se contenter d'un autre verdict nul, dimanche après-midi, devant 6015 spectateurs à la Place TD. Un cinquième de suite. Cette fois-ci par le pointage de 1-1 contre les meneurs de la conférence Est, le Louisville City FC (16-5-7). « C'est bien beau que ça fasse un bout de temps que nous n'avons pas perdu. Mais ça fait aussi un bout que nous n'avons pas gagné», a rappelé de Guzman.
«Et il faut des victoires à tout prix si nous voulons trouver une façon d'accéder aux éliminatoires.»
Il ne reste que quatre parties au Fury, qui se retrouve maintenant sous respirateur artificiel dans la United Soccer League (USL).
Seules les huit premières formations de la conférence accéderont au tournoi automnal. Ottawa arrive en 12e position.
«Je ne sais pas ce que nous avons fait pour nous mettre à dos les dieux du foot», a lancé le vétéran Eddie Edward.
«Nous jouons bien, mais nous frappons poteau après poteau. C'est incroyable. Nous n'obtenons aucun bond favorable», a ajouté pour sa part de Guzman.
L'ancien joueur devenu coach avait un sourire en coin en lançant ce commentaire. Mais il sait que le moral des siens est mis à rude épreuve.
«C'est difficile sur les gars. Nous aurions pu gagner quelques-uns de ces derniers matches», a-t-il ajouté.
Julian de Guzman était en sueurs en se présentant devant les médias. Edward aussi. «C'était tellement chaud sur le terrain. Ce n'était pas facile», a avoué le défenseur du Fury.
Le mercure indiquait 32 °C au début du match. La température ressentie sur la surface de jeu ? Elle dépassait les 40 °C.
Ce qui peut expliquer que l'action semblait se dérouler au ralenti en première demie. Les deux clubs ont obtenu un total combiné de seulement trois tirs cadrés.
Le jeu était nettement plus relevé après la mi-temps.
George Davis a profité d'une collision évitée de justesse entre le gardien Callum Irving et le défenseur Andrae Campbell pour donner l'avance au Louisville City FC à la 56e minute.
Le Fury a créé l'égalité 12 minutes plus tard grâce à Nick DePuy, qui a sauté sur un retour de Carl Haworth. Une attaque qui avait été initiée par le milieu Jonathan Barden.
Plus tôt dans la journée, l'Impact de Montréal avait annoncé le retour de DePuy à Ottawa sur un prêt pour le reste du calendrier régulier. L'ajout de l'attaquant fera du bien à l'équipe de la capitale.
Surtout que le Fury disputait dimanche le premier de trois parties en huit jours. Il sera à Harrisburg mercredi pour ensuite accueillir le Battery de Charleston, le week-end prochain, à la Place TD.