Le Fury n'a pas été en mesure de marquer malgré le fait que les Islanders ont évolué à 10 joueurs dès la 40e minute de jeu.

Le Fury se tire dans le pied

Le dernier espoir du Fury d'Ottawa de participer aux séries éliminatoires de la USL s'est envolé en fumée mercredi soir au FNB Field de Harrisburg.
L'équipe ottavienne n'a qu'elle même à blâmer pour son revers fatidique de 1-0 contre une équipe qui a dû se défendre en infériorité numérique après un carton rouge dès la 40e minute de jeu.
Pire, les Islanders ont inscrit le seul but du match alors qu'ils évoluaient déjà à 10 joueurs au tout début de la deuxième demie. Malgré ce net avantage, le Fury a été blanchi pour la première fois en huit matches. Avec trois parties à jouer à la saison régulière, il a chuté au 13e rang de sa conférence. Il a maintenant six points de retard sur l'équipe de huitième place, la dernière qui obtiendra son laissez-passer pour les séries.
Mathématiquement, c'est encore possible avec trois victoires consécutives, mais pour y arriver, il faudrait que plusieurs clubs devant le Fury se mettent à perdre. Deuxièmement, il faudrait qu'Ottawa gagne un premier match sous les ordres de Julian De Guzman, qui n'a pas encore une victoire à sa fiche après neuf matches (0-3-6).
Mercredi soir, un but de Ropapa Mensah a justement permis aux Islanders (9-14-7) de devancer le Fury (7-10-12) par un point au classement. À leurs trois derniers matches, Ottawa affrontera trois clubs qualifiés pour les séries. Le défi s'annonce titanesque.
La défaite du Fury met fin à une série de cinq matches nuls. Encore une fois, ce revers sera difficile à avaler parce que les hommes de Julian De Guzman ont dominé toutes les phases du jeu sans en être récompensés. Ils ont eu le ballon pendant 61 % du match. Ils ont doublé les Islanders 6-3 au chapitre des tirs au but. Ils ont gagné plus de duels à un contre un, ont obtenu plus de corners et ont complété beaucoup plus de passes.
L'entraîneur-chef ne s'est pas défilé et a fait son mea culpa après le match.
« Je tiens à m'excuser auprès de l'organisation et de nos partisans pour ce résultat. Je me sens responsable à cause de mes décisions sur notre alignement et notre système de jeu. Ç'a causé notre perte. L'équipe s'est laissée tomber elle-même. Nous devons tous nous regarder dans le miroir pour nous demander ce que nous voulons. C'est une question de grandir pour devenir de meilleurs professionnels. »