Les joueurs du Fury n’ont pu profiter de l’avantage du terrain dimanche, s’inclinant 1-0 devant les Riverhounds de Pittsburgh à la Place TD.

Le Fury se bute à Pittsburgh

Le retour à la Place TD après une longue séquence de matches sur la route devait aider le Fury d’Ottawa à grimper le classement de la USL, mais la troupe de Nikola Popovic ne l’a pas eu facile dimanche avec la visite des Riverhounds de Pittsburgh.

Le défi était plutôt grand. Les Riverhounds n’ont perdu qu’un seul de leurs 17 premiers matches de la saison en incluant leur victoire de 1-0 sur le Fury par une splendide journée d’été dimanche. Les visiteurs ont profité d’un jeu arrêté pour inscrire le seul but dont ils avaient besoin pour quitter la capitale nationale avec trois autres points au classement.

« Ce n’est pas un accident si Pittsburgh est le club qui a perdu le moins de matches dans la ligue cette année, concédait l’entraîneur-chef Popovic après le revers des siens. Ils prennent peu de chances, profitent d’un jeu pour prendre l’avance, puis ils ferment les lignes de passes. C’est dur de jouer contre eux, surtout par un temps chaud pareil dans notre séquence de huit matches en 26 jours. Nos joueurs se sont battus comme des héros aujourd’hui. Ils n’affichent pas leur meilleure forme. Notre horaire a été difficile et quelqu’un a eu la “bonne” idée de nous mettre un match à 13 heures aujourd’hui. C’est complètement dingue. »

Le Fury (6-8-3) se retrouve maintenant à quatre points d’une place dans les séries éliminatoires et son prochain match sera d’importance capitale, car il affrontera le Penn FC qui détient justement le dernier rang qui donne accès aux séries.

Excellent comme toujours devant son filet, Maxim Crépeau a bloqué trois des quatre tirs cadrés des Riverhounds (9-1-7), mais il n’y pouvait rien sur le but de Hugh Roberts à la 23e minute.

Le gardien québécois avait effectué un vol sur un coup de tête 15 secondes plus tôt, mais le Fury n’a pas pu dégager son territoire et les visiteurs ont pu relancer un jeu arrêté pour marquer le seul but du match. « Il y avait un joueur libre sur un corner. J’ai pu réagir et faire l’arrêt, mais on se doit de mieux dégager le ballon par la suite. Pittsburgh excelle en deuxième vague offensive et nous avons perdu une deuxième bataille de suite. C’est leur style de jeu. C’est un club qui marque un ou deux buts et qui s’assoit sur son avance. »

Les locaux n’ont pas eu à rougir de leur prestation face aux redoutables Riverhounds (9-1-7), surtout après le but. Le Fury a même été le club le plus agressif en deuxième demie. Dans les arrêts de jeu, Steeven Dos Santos a d’ailleurs bien failli niveler la marque à 1-1, mais les 4826 spectateurs de la Place TD n’ont pas pu savourer ce but tant attendu.

Séquence à domicile
Pour le gardien Crépeau, la défaite fait mal, mais les prochains jours de repos seront salutaires à l’approche d’une séquence importante de matches à domicile.

« Cinq de nos six prochains matches sont à la maison avec un petit voyage à Toronto (pour le championnat canadien) dans le lot. C’est le temps d’empiler les points. Il faut que la Place TD devienne notre forteresse. Nous ne sommes pas loin de la ligne rouge qui divise les équipes qui font les séries. Il faut remonter au-dessus de cette ligne le plus rapidement possible. »

Contrairement à son entraîneur, Crépeau ne voulait pas se servir du calendrier difficile de son club pour expliquer la défaite de dimanche. « C’est compliqué et ce n’est pas évident, mais à un moment donné, toutes les équipes sont rendues à 17 ou 18 parties de jouées. Il faut juste être un peu plus décisif et tirer profit de nos chances de marquer et nous allons rapidement retrouver notre place dans les séries. »

SAISON TERMINÉE POUR TISSOT

La saison 2018 du Gatinois Maxim Tissot aura été un cauchemar sur toute la ligne.

Blessé à la jambe gauche pendant le camp d’entraînement du Fury, il avait passé les quatre mois suivants sur les lignes de côté. De retour au jeu depuis à peine quatre matches, il a vu sa saison prendre fin le 27 juin dans le deuxième match du championnat canadien contre l’A.S. Blainville.

Sur le coup, il a tout de suite pensé que cette seconde blessure à la jambe gauche allait mettre fin à sa saison. Se déplaçant en béquilles à la Place TD dimanche, le défenseur de 26 ans a confirmé que sa crainte s’était concrétisée. Sous peu, il devra être opéré à un genou pour réparer un ligament croisé antérieur.

« Ce n’est pas facile. C’est la vie. C’est vraiment décevant. Je revenais à peine au jeu. Je devais amorcer mon premier match à Indy mercredi dernier. »

Maxim Tissot préparait son retour dans le 11 partant depuis des semaines. Il a fait des entrées tardives dans deux matches de la USL et dans deux matches du championnat canadien. Il n’aura joué que 48 minutes en saison régulière de la USL. Son dernier match, dans le championnat canadien n’aura duré que cinq minutes.

« C’était ma première course du match. J’ai étendu la jambe gauche pour garder un ballon en jeu. Mon pied a mal atterri. J’ai senti une grosse pression dans mon genou, mais je n’avais pas mal. Je me suis relevé. J’ai couru un peu et je suis revenu au jeu. Sauf que cette fois, ma rotule a été disloquée. »

La perte de Tissot est significative pour le Fury. En plus d’être le seul joueur local gatinois, il devait être un des joueurs clés de la défensive. L’entraîneur-chef Nikola Popovic n’aura jamais vraiment pu compter sur ses services et il s’en désolait.

« Maxim pouvait nous apporter de l’énergie et une vitesse explosive. Cette autre blessure est frustrante. Il faudra lui trouver un remplaçant. La fenêtre des transferts internationaux va s’ouvrir d’ici peu. J’espère qu’il pourra revenir au jeu le plus rapidement possible. »

Le plus rapidement possible, pour Tissot, c’est le début de la saison 2019.

« Au début, j’étais vraiment découragé. Je connais des joueurs qui n’ont jamais été capables de se remettre de ce genre de blessure, mais mon coéquipier Christian Portilla a subi le même genre de blessure à pareille date l’an dernier et il a pu revenir au jeu pendant le camp d’entraînement. C’est ce qui va me motiver dans les prochains mois. Je voudrai être prêt à temps pour le prochain camp. J’ai adopté un rôle de leader à l’extérieur du terrain cette année. Ça va continuer ainsi. »