Avec cette défaite, le Fury se retrouvera dans la cave de la conférence de l'Est de la USL. Sa fiche est maintenant de 1-3-3. Pittsburgh a accédé au troisième rang avec un dossier de 4-3-2.

Le Fury n'arrive pas à marquer

Si les Sénateurs ont ouvert leur série demi-finale de la coupe Stanley en savourant une victoire contre les Penguins samedi, le club de soccer d'Ottawa n'a pas eu le même succès contre l'équipe de Pittsburgh à la Place TD quelques heures plus tôt.
Malgré une domination du Fury sur le terrain, ce sont les Riverhounds qui ont quitté la capitale nationale avec une victoire de 1-0 devant une foule annoncée à 3024 spectateurs par un temps pluvieux.
La défaite a mis fin à une séquence de six matches sans revers de l'équipe ottavienne. Le Fury a gagné trois matches en plus de faire match nul à trois autres reprises pendant cette série. Malheureusement, deux de ses gains sont survenus contre le FC Edmonton dans le Championnat canadien. Ces victoires ne comptent pas au classement de la USL.
Après trois matches locaux en saison régulière, le Fury (1-3-3) n'a toujours pas trouvé le moyen de compter un seul but devant ses partisans. Ça fait en sorte que l'équipe de Paul Dalglish ferme la marche dans la conférence de l'Est de la USL.
L'entraîneur n'entendait pas à rire après la défaite. « Pittsburgh a compté sur sa seule vraie chance de marquer. L'autre chance avait été créée par notre propre défenseur (Martin Del Campo) qui a failli compter contre nous en tentant une passe vers notre gardien. Je n'ai pas assez de doigts et d'orteils pour compter toutes nos occasions de marquer. Nous aurions dû mettre ce match au lit dès la première demie », s'est-il lamenté.
Dalglish a vu les siens dominer la rencontre 15-6 au chapitre des tirs tentés, dont 9-4 dans les tirs à l'intérieur de la boîte du gardien, mais les Riverhounds ont été plus précis avec une légère avance de 4-3 dans les tirs cadrés. Corey Hertzog aura trouvé l'unique brèche chez le Fury pour placer une tête derrière le gardien Callum Irving à la 52e minute même s'il était seul dans la surface de réparation contre trois défenseurs du Fury.
« Ce fût notre seule gaffe et ils nous en ont fait payer la note », a analysé Dalglish, qui avait choisi de reposer certains joueurs épuisés en raison de leur participation au Championnat canadien. Ryan Williams et Steevan Dos Santos n'étaient même pas disponibles sur le banc des joueurs. Le deuxième soignait toutefois une légère blessure à une cheville.
« Nos joueurs ont eu peu de temps pour récupérer de leurs matches de ligue et du championnat canadien. Nous n'avons pas pratiqué de la semaine. Ce n'est pas évident. Cette défaite est navrante parce que dans le fond, ç'a été une bonne semaine pour le Fury d'Ottawa. Nous avons manqué d'instinct du tueur ce soir. C'était notre match de trop », a ajouté Dalglish au sujet de son club qui venait de mettre fin à une séquence de quatre matches en 11 jours.
Sentant qu'il était supérieur à son adversaire, le Fury a fait dans la dentelle pendant tout le match, préférant faire une touche de plus au lieu de tirer au filet lorsqu'il avait le champ libre.
Nick DePuy, le dernier joueur prêté par l'Impact, a sans doute obtenu la meilleure chance de marquer du Fury samedi.
« J'avais de l'espace. J'ai pris un bon tir. Le gardien a fait un bel arrêt. Si nous avions pu capitaliser là-dessus, l'issue du match aurait été différente. C'était le genre de match que nous aurions pu gagner 5-1. Il faut garder la tête haute. J'étais quand même content de jouer un match. Ça faisait un bout que je n'avais pas joué », a dit le grand américain de 22 ans.