La crise a nui au travail de recrutement du directeur général du Fury, Julian de Guzman, qui doit mettre sous contrat une douzaine de joueurs ,au moins, pour compléter sa formation.

Le Fury jouera dans la USL en 2019

Comme par magie, l’imbroglio a été dénoué. La CONCACAF a fait marche arrière. Elle permettra au Fury d’Ottawa de poursuivre ses activités dans la United Soccer League, en 2019.

Le club de soccer professionnel de la capitale se préparait pour une bataille juridique. Ses dirigeants s’étaient tournés vers le Tribunal arbitral du sport (TAS), plus tôt cette semaine, afin de régler un imbroglio embêtant.

En fin de compte, il n’y aura pas de longue bagarre.

Le TAS n’aura plus besoin de se mêler de cette histoire, selon toute vraisemblance.

La CONCACAF, l’organisme qui supervise tout le soccer professionnel en Amérique du nord, en Amérique centrale ainsi que dans les Caraïbes, accepte désormais que le Fury poursuive ses activités dans une ligue qui concentre principalement ses activités aux États-Unis.

« Si je suis content ? Je ne crois pas que ce soit le mot juste. J’ai l’impression que nous avons gaspillé beaucoup d’énergie négative à travailler dans ce dossier, récemment. Nous aurions facilement pu nous passer de tout cela »,  a fait savoir le directeur général d’OSEG, Mark Goudie, dans une courte vidéo diffusée sur le site du Fury.

La crise, de courte durée, aura néanmoins nui au travail de recrutement du directeur général du Fury, Julian de Guzman. Ce dernier se trouve en plein blitz de recrutement. Il doit embaucher une bonne douzaine de joueurs, au moins, afin de compléter sa formation en prévision du camp d’entraînement.

« Il a déjà eu des conversations avec plusieurs joueurs. Il pourra reprendre ces conversations, maintenant que cette histoire appartient au passé. »

La saison régulière de la USL débutera dans 11 semaines.