Le défenseur Carl Haworth célèbre un de ses deux buts avec ses coéquipiers Kevin Oliveira et Jérémy Gagnon-Laparé à la Place TD mercredi soir. En 15 matches, le défenseur a déjà surpassé son total de la saison dernière en 30 matches comme attaquant.

Le Fury invaincu en 10 matches

Qui a dit qu’il était difficile de marquer des buts au soccer quand on est défenseur ?

Transféré sur la dernière ligne de défense cette saison, Carl Haworth a marqué deux fois mercredi soir dans une spectaculaire victoire de 3-2 contre le Battery de Charleston. Du même coup, le 11 Ottavien a étiré sa séquence de matches sans défaite à 10.

Avec ses troisième et quatrième buts de la saison, le capitaine a mis seulement 15 matches pour surpasser son total de buts (3) en 30 matches l’année dernière alors qu’il était... un attaquant !

« Dans un rôle défensif, je peux voir le jeu se développer devant moi et je suis surtout bien placé pour anticiper les bonds favorables pour appuyer l’attaque. Dernièrement, je suis un peu chanceux. La balle tombe à mes pieds quand je choisis mes moments de foncer au filet. Dans le style de jeu que nous pratiquons, les arrières éloignés ont la chance d’obtenir de bonnes chances de marquer », a dit le héros du match.

Haworth a d’abord marqué sur un coup franc parfaitement exécuté à la 20e minute. C’était son deuxième but en deux matches en pareilles circonstances. Puis, à la 74e minute, il a procuré une avance de 2-1 aux locaux en s’avançant dans la surface de réparation pour saisir une passe de Christiano François et botter le ballon avec conviction derrière le gardien Joe Kuzminsky.

À LIRE AUSSI :

Le Fury atteint son rythme de croisière

Cette avance a toutefois été de courte durée puisque Zeiko Lewis est venu créer l’égalité à la 84e minute, mais le capitaine Haworth n’avait pas dit son dernier mot.

À partir d’un corner, il a expédié un ballon devant le gardien adverse. Mour Samb a été en mesure de s’en emparer pour inscrire son septième but de la campagne à la 86e minute. Le Fury (7-2-6) a pu garder son avance pour gagner un rang au classement de la USL (6e place) au grand plaisir des 3094 spectateurs à la Place TD.

Soudainement, les parallèles avec la saison 2015 commencent à revenir sur le sujet. Cette année-là, l’équipe de Marc Dos Santos avait obtenu des points dans 12 matches de suite. Elle avait ensuite atteint la finale du Soccer Bowl. Pour Carl Haworth, il existe tout de même une différence entre les deux clubs.

« En 2015, nous étions plus défensifs et nous gagnions souvent des matches 1-0 en profitant de nos contre-attaques pour marquer. Cette année, les buts viennent plus facilement. Ce soir, nous avions l’avance, mais nous l’avons perdu avec cinq minutes à jouer. Personne n’a été pris de panique. Nous savions que nous pouvions marquer à nouveau comme nous l’avons fait à Nashville pour obtenir un match nul de 3-3 », a ajouté Haworth.

Pour appuyer ses dires, Vincenzo Candela avait ouvert le pointage à la 19e minute mercredi soir, mais encore une fois, le Fury a été capable de revenir de l’arrière pour amasser trois précieux points au classement.

Un plateau pour Irving

À son 50e match en carrière avec le Fury, le gardien Callum Irving a repoussé trois des cinq tirs cadrés du Battery (5-4-7) pour aider son club à vaincre Charleston pour la première en six matches depuis ses débuts dans la USL.

Pour l’entraîneur-chef Nikola Popovic, cette victoire in extremis contre un bon club de la ligue a été savoureuse.

« La culture du club est bien installée. Elle était inexistante à mon arrivée. Chaque jour, nous avons travaillé à changer notre approche et nous le voyons dans les résultats maintenant. Cette équipe ne va jamais cesser de se battre parce qu’elle croit en elle. »

Le Fury devra rapidement retomber sur ses pattes. Dès vendredi, il s’envolera vers la Floride pour rendre visite aux puissants Rowdies de Tampa Bay (9-1-6), qui n’ont subi qu’un seul échec en 16 matches. Ils ont aussi le luxe de ne pas avoir joué de la semaine.