Tom Heinemann a inscrit deux buts en demi-finale du Soccer Bowl de la NASL contre le FC Minnesota en 2015 avant d’en ajouter un autre contre le Cosmos de New York dans la finale qui a suivi. Il affrontera le Fury lundi soir en Pennsylvanie.

Le Fury face à trois de ses ex-champions

Après trois matches consécutifs à domicile où il a amassé ses deux premiers points de la saison, le Fury d’Ottawa aura fort à faire à Harrisburg lundi soir pour effacer son zéro dans la colonne des victoires du classement de la USL.

Face au Penn FC, les Ottaviens seront confrontés à trois membres importants de leur édition championne de la saison d’automne de la NASL en 2015.

Détenteur du record de la plus longue séquence de minutes sans accorder de but (648) de l’histoire du Fury, Romald Peiser est débarqué en Pennsylvanie cette saison après avoir gagné le championnat 2018 de la NASL avec les Deltas de San Francisco. Le Français n’a jamais cédé plus d’un but par match cette saison.

Tom Heinemann, auteur de tous les buts du Fury pendant les séries de 2015, est aussi rendu avec le Penn FC après avoir gagné le Soccer Bowl avec Peiser l’an dernier. L’attaquant américain vient d’ailleurs d’inscrire deux buts dans une victoire de 3-0 vendredi dernier contre les puissants Rowdies de Tampa Bay.

Le meilleur marqueur de l’histoire du Fury (18 buts) a d’ailleurs marqué ses deux buts aux 57e et 60e minutes du match. Les mauvaises langues diront que Heinemann n’a mis que trois minutes pour marquer autant de buts que le Fury depuis le début de la saison...

Enfin, le milieu de terrain canadien Maura Eustaquio est le troisième ancien membre de l’édition 2015 du Fury, la seule à avoir gagné un trophée depuis les débuts professionnels du club en 2014.

N’empêche, le Penn FC (1-2-4) n’est pas invincible. Sa victoire contre Tampa Bay était sa première de la saison après quatre matches nuls et deux défaites.

Quant à lui, le Fury (0-4-2) vient d’enregistrer son premier jeu blanc de la saison mercredi dernier contre le Red Bull de New York II.

Un début
« Un jeu blanc est toujours important. C’est un début, a dit l’entraîneur-chef Nikola Popovic. Ce blanchissage est une excellente réponse à notre prestation contre le FC Cincinnati (revers de 3-0). Ce match avait été un deux en un et nous avons apporté la première partie de ce match dans celui contre New York. C’est comme ça que nous devons répondre quand nous perdons ou quand nous commettons des erreurs. »

Après deux matches contre deux des meilleures équipes de sa conférence, le Fury voudra aussi revenir à son système de jeu axé sur la possession à Harrisburg, ce qu’il n’a pas pu faire contre Cincinnati et New York.

« Il faut se concentrer sur nous et tâcher d’être constants. Il faut que ce soit la recette. Si nous pouvons faire les deux, nous allons être corrects. Je sais que certains voudraient avoir des résultats demain, mais nous ne pouvons pas changer le système que nous pratiquons depuis le début de l’année. C’est un système exigeant. Nous n’allons pas pouvoir aller de l’avant si on efface tout pour des résultats à court terme. »

Whitecaps
Inséré dans la formation pour la première fois depuis son prêt d’un mois par les Whitecaps de Vancouver, Doneil Henry a été un membre important de la défensive mercredi dernier.

Il sera à nouveau à son poste lundi.

« C’était excitant de revenir au jeu. Je n’ai pas joué beaucoup depuis quelques années en raison des blessures. Chaque fois que vous embarquez sur le terrain, c’est une bénédiction. Il y a un bon groupe de joueurs ici. Je veux définitivement montrer ce dont je suis capable de faire pour aider l’équipe le plus possible. »