Nikola Popovic ne s’est pas emballé à la suite de la victoire de son équipe face au Toronto FC II mercredi soir. « Plus que jamais, la prudence est de mise », a déclaré l’entraîneur-chef du Fury.

Le Fury encore loin du but

Une séquence de six matches sans défaites. Six matches sans encaisser un seul but, surtout.

Dire que le Fury d’Ottawa occupait le 15e et avant-dernier rang de l’Association Est, dans la United Soccer League, au début du mois.

Après le match de mercredi soir, une victoire facilement acquise de 3-0 contre le club de réserve du Toronto FC, le club de la capitale s’est hissé en neuvième position. Il ne lui manque plus qu’un petit point pour percer le top-8, et se retrouver dans la position de participer aux séries éliminatoires.

La confiance règne. Elle semble tellement haute que l’entraîneur-chef Nikola Popovic ressent le besoin de calmer le jeu.

Les partisans, les médias et –particulièrement – les joueurs ne doivent surtout pas s’imaginer qu’ils appartiennent à l’élite.

«Nous sommes encore très loin du but», s’est-il exclamé durant sa conférence de presse d’après-match.

«Il y a cinq ou six clubs, selon ce que je vois, qui sont très, très forts. Ce sont des clubs qui possèdent des budgets d’opération bien plus importants que le nôtre. Vous savez, c’est peut-être le plus grand danger qui guette les clubs de football. Il ne faut surtout pas s’emballer. Plus que jamais, la prudence est de mise.»

Il cite notamment le FC Cincinnati, qui lutte pour le haut du tableau et qui vient de recevoir une grande nouvelle. Il fera le saut en MLS la saison prochaine.

«Nous avons dit en début de saison que nous allons nous battre pour nous tailler une place en séries, enchaîne Popovic. Ça ne change pas. Nous n’allons pas commencer à croire que les choses ont changé et que nous sommes du même niveau que Cincinnati.»

«Tout ce que je peux vous dire, c’est que nos joueurs vont se battre jusqu’au bout, chaque soir.»

Gardien blessé
Le Fury ne peut certainement pas s’emporter à la suite de sa plus récente victoire. Toronto aligne possiblement la pire formation de toute la USL.


« Tout ce que je peux vous dire, c’est que nos joueurs vont se battre jusqu’au bout, chaque soir. »
Nikola Popovic

La formation qui avait fait le voyage sur l’autoroute 401 a encaissé un dur coup dès le départ. Drew Shepherd, gardien américain qui a été choisi en deuxième ronde lors du dernier repêchage de la MLS, a quitté sur une civière, à la suite d’un accident qui est survenu dans la sixième minute de la partie.

En fonçant pour prendre le contrôle d’un ballon, il est entré en collision avec le milieu de terrain du Fury, Kévin Oliveira.

«Le genre de jeu qui fait peur. Personne ne veut voir un gardien se blesser, comme ça. J’espère qu’il va s’en remettre rapidement», a commenté l’auteur du jeu blanc, Maxime Crépeau.

Pour remplacer Shepherd, les Reds ont fait appel à un gamin de 18 ans, Gianluca Catalano.

Le pauvre n’a rien pu faire. Il venait à peine de s’installer devant le filet qu’il devait affronter un penalty.

Steevan Dos Santos en a profité pour marquer le premier de ses deux buts du match.

Le troisième but des vainqueurs a été réussi par Nana Attakora, sur une tête.

Le Fury a également perdu un joueur sur la séquence. Au moment d’aller sous presse, on ne savait toujours pas à quel point Oliveira est blessé.

Popovic l’a retiré de manière préventive. «Je dois être prudent. Nous avons trois matches à jouer cette semaine», rappelle Popovic.

La blessure a permis à un jeune joueur québécois, Gabriel Balbinotti, d’obtenir quelques minutes de jeu. L’attaquant d’origine brésilienne, qui a grandi en Mauricie, a éventuellement cédé sa place à la recrue ougandaise Azake Luboyera, en fin de partie.