L’entraîneur Nikola Popovic et le directeur général Julian De Guzman se questionnent à savoir qui marquera les buts pour le Fury cette saison.

Le Fury en Floride sans véritable marqueur

Depuis ses débuts au soccer professionnel en 2014, le Fury d’Ottawa n’a jamais été capable de signer plus qu’une victoire à ses cinq premiers matches d’une saison.

Comme la majorité des clubs professionnels canadiens, le Fury est désavantagé dans sa préparation parce qu’une bonne partie de son camp d’entraînement se déroule à l’intérieur, souvent sur des terrains aux grandeurs non conventionnelles. À la fin de la saison, il lui a souvent manqué deux ou trois points pour accéder aux séries éliminatoires.

Dans le but d’aller chercher ces points supplémentaires, l’équipe ottavienne a mis le cap sur la Floride jeudi où elle aura l’occasion de s’entraîner dans un environnement naturel extérieur pendant les 16 derniers jours de son camp d’entraînement. Par le passé, le Fury partait une seule semaine au chaud avant de rentrer à la maison. Cette fois, il se dirigera directement à Charleston pour lancer sa saison le 9 mars.

« Le modèle que nous avons essayé depuis quatre ans nous empêchait de connaître du succès tôt dans la saison. Nous essayons une nouvelle formule. Je ne sais pas si ça va marcher, mais au moins, nous mettons les chances de notre côté. Les joueurs seront mieux adaptés pour affronter la saison », a dit l’entraîneur-chef Nikola Popovic avant son départ.

Ce dernier a également apprécié le déménagement du camp au Complexe Branchaud-Brière, qui offre « une bien meilleure surface et un meilleur éclairage que le centre R.A. » à Ottawa où le club avait l’habitude de s’entraîner par le passé.

Ce qu’il a vu pendant les deux semaines d’entraînement à Gatineau ?

« Une équipe mieux adaptée au style de jeu que je veux préconiser. L’an dernier, nous n’avions pas de mauvais joueurs, mais certains n’avaient pas le type recherché. Notre 11 partant sera très solide. »

C’est après ce 11 partant que Popovic se questionne à ce moment-ci du camp où le Fury attend encore des nouvelles du FC Toronto et de l’Impact de Montréal pour obtenir des joueurs en prêt.

Où sont les attaquants ?

Le Fury a 20 joueurs sous contrat, mais un seul véritable attaquant qui a fait ses preuves et Maxime Crépeau sera assurément difficile à remplacer devant le filet.

« Notre ligne défensive et notre milieu du terrain sont nettement améliorés. C’est en attaque et devant le filet où nous avons des interrogations », dit Popovic.

Qui va compter les buts du Fury cette saison ? Le club n’a marqué que 31 buts en 32 matches la saison dernière. C’était parmi les pires attaques de la USL.

« C’est la grande question. Christiano François est un joueur établi. Nos joueurs au milieu du terrain vont nous permettre de créer plus de chances, mais il nous faut trouver des attaquants », a dit le directeur général Julian De Guzman à ce sujet.

Ce manque criant est au sommet de sa liste de priorités.

« Je parle avec les clubs canadiens de la MLS tous les jours, mais ils vont attendre la fin de leurs camps d’entraînements avant de nous envoyer des joueurs. L’imbroglio avec la CONCACAF en décembre nous a coûté au moins deux attaquants de premier plan. Le meilleur compteur de l’histoire de la USL était à un cheveu de signer avec nous. Il nous a échappé dans cette semaine. »

Au CBB, De Guzman s’est au moins dit rassuré d’une chose.

« Les joueurs que nous avons choisi de garder et les nouveaux venus ont mis 10 jours à comprendre ce qu’une partie de l’équipe n’a jamais su faire pendant toute la dernière saison. »

Le Fury aura un gros test dès samedi alors qu’il affrontera l’Union de Philadelphie à son dernier match préparatoire avant le début de la saison de la MLS.