Le Fury en demi-finale, Tissot sur une civière

L’ambiance n’était pas à la fête, en fin de soirée mercredi, dans l’entourage du Fury d’Ottawa.

Le club de soccer de la capitale venait pourtant de battre l’AS Blainville 1-0, sur son terrain, à la Place TD. Cette victoire lui a permis d’éliminer le club amateur de la Première ligue de soccer du Québec (PLSQ). Elle lui permet surtout d’accéder à la demi-finale du Championnat canadien de soccer.

Le Fury affrontera encore une fois cette année un club de la MLS. La série aller-retour contre le Toronto FC sera disputée en juillet.

La soirée a cependant été assombrie par le départ prématuré de Maxim Tissot. Le milieu de terrain gatinois, membre important du Fury, est entré dans le match à la 65e minute. Il est ressorti sur une civière, une dizaine de minutes plus tard.

Au terme de sa première course, Tissot s’est retrouvé au sol, se tordant de douleur. Il a essayé de se relever pour continuer, sans succès.

Le pauvre essayait justement de reprendre sa place dans la formation, après avoir manqué plusieurs parties en début de saison.

« C’est une situation très frustrante pour nous. On espère que ce n’est pas trop sérieux. Vous l’avez tous vu quitter le terrain. Ce n’était pas joli. C’est vraiment malheureux. Je n’ai pas vraiment d’informations à communiquer pour l’instant. On verra comment les choses vont progresser dans les prochaines heures », a lancé l’entraîneur-chef Nikola Popovic durant sa conférence de presse d’après-match.

Malgré la victoire, le coach était d’humeur massacrante. Avant même de répondre à la première question, il a d’abord critiqué le choix de l’homme du match. Le joueur en question, le milieu de terrain Jamar Dixon, se trouvait pourtant à ses côtés, au podium.

Popovic a ensuite critiqué sévèrement la couverture médiatique de la série Blainville-Ottawa.

Il s’en est enfin pris à la qualité de la surface de jeu de la Place TD.

« Cette surface ne nous aide pas, a-t-il craché. Sur une surface comme celle-là, il est vraiment difficile de jouer au football. En Europe, on ne tolérerait pas que des matches importants soient joués sur des terrains synthétiques. D’abord, c’est dangereux. Ça nuit aussi à la qualité du spectacle. Les deux équipes ont été punies, ce soir, par cette surface de jeu. Elle était très mouillée. Le ballon rebondissait dans toutes les directions. »

Le ton était plus léger durant la conférence de presse de l’entraîneur perdant.

« Vous savez ce que j’ai dit aux garçons à la mi-temps ? Tout se passait bien dans la construction basse. Ça se passait bien en milieu de terrain. On manquait un peu de lucidité, on se précipitait dans les 25 derniers mètres », a expliqué Emmanuel Macagno, malgré tout fier de sa troupe.

Le capitaine du Fury, Carl Haworth, a été le seul joueur à marquer dans ce match.

« Si on a montré qu’on méritait d’être là, tant mieux. Au départ, nous étions dans l’inconnu. Maintenant, nous avons des points de repère. On espère avoir ouvert la voie à d’autres clubs amateurs qui aimeraient bousculer des équipes pro et mettre à mal des complexes qu’elles pourraient avoir », a-t-il conclu.