Le Fury craque en finale

Le conte de fées du Fury d'Ottawa est terminé.
Le dernier chapitre d'une saison exceptionnelle a pris fin avec un rêve brisé dans une défaite de 3-2 contre le Cosmos de New York en finale du «Soccer Bowl» de la NASL dimanche soir.
Assurément, il y aura une suite à cette histoire parce que les hommes de Marc Dos Santos sont passés si près du but dans une saison qui a surpassé toutes leurs attentes. Invaincus à leurs 14 derniers matches, ils ont trouvé chaussure à leur pied dans le match décisif du championnat disputé au stade James M. Shuart à Hempstead, New York.
Pour la première fois depuis des lunes, les Ottaviens n'ont pas formé la meilleure équipe sur le terrain. Homme des grandes occasions, Tom Heinemann a bien marqué deux buts dans un deuxième match de suite, mais ses efforts ont été surpassés par ceux de Gaston Cellerino qui a inscrit les trois buts du Cosmos devant une foule de 10 166 spectateurs.
Le Fury avait pourtant si bien amorcé le match en dominant le jeu, mais dès sa première occasion, le Cosmos a ouvert la marque à la neuvième minute de jeu. Ce but a secoué les visiteurs qui se sont mis à jouer sur les talons.
Les visiteurs commençaient à peine à reprendre du rythme en deuxième demie quand Mason Trafford a été expulsé du match en raison d'un carton rouge à la 69e minute de jeu. Le défenseur canadien a été chassé après avoir accidentellement sauté sur un adversaire au sol. Trafford cherchait un endroit pour atterrir quand le joueur adverse a roulé sous ses pieds. Ce dernier a reçu ses crampons sur le ventre. Le carton rouge dévastateur est sorti.
Le match venait soudainement de prendre une autre tournure. Le Fury a dû se défendre à 10 contre 11 pendant les 31 dernières minutes de jeu, mais comme il s'agit d'un club qui n'abandonne jamais, il a été capable de marquer deux buts à la grande fierté de l'entraîneur-chef Marc Dos Santos.
«Nous avons marqué deux buts avec 10 joueurs à New York. Nous avons montré du caractère. Ça démontre la personnalité de cette équipe. Il n'y avait pas de carton rouge sur ce jeu. Mason est un joueur sans méchanceté. On ne peut rien changer maintenant. Je demeure très fier de ce groupe de joueurs. Nous avons joué comme des champions toute l'année. Nous avons perdu comme des champions. Nos joueurs peuvent sortir avec la tête haute.»
Le départ de Mason Trafford a forcé le Fury à se porter vers l'attaque et c'est avec un joueur en moins qu'il a été le plus menaçant. Deux minutes après la sortie de Trafford, Heinemann a égalé la marque. Le Cosmos a cependant repris les devants deux minutes plus tard (73e), puis Gaston Cellerino a complété son tour du chapeau contre Romuald Peiser à la 85e minute.
Le Fury semblait au tapis quand Heinemann a inscrit son deuxième but dans les arrêts de jeu pour réduire l'écart à un but. Cette fois, le club ottavien était à court de miracles.
Le Cosmos a résisté aux derniers assauts et il a pu mettre la main sur le septième titre de son histoire, son deuxième en trois ans. La victoire a pavé la voie à une sortie parfaite pour deux légendes espagnoles du soccer.
Dans les livres d'histoire, il sera inscrit que Raúl et Marcos Senna ont joué leur dernier match en carrière contre le Fury d'Ottawa et qu'ils ont terminé ce duel dans la peau des champions.