À son premier match dans la USL cette saison, Michael Salazar (à gauche) n'a pas remarqué une grande différence avec le calibre de jeu de la MLS.

Le Fury arrache un point aux Rowdies

Justice a été rendue au Fury d'Ottawa dans son dernier duel contre les Rowdies de Tampa Bay au stade de la Place TD samedi.
Une semaine plus tôt, la troupe de Paul Dalglish avait eu le sentiment d'avoir perdu des points au classement dans un match nul de 0-0 qu'il avait dominé sur toute la ligne contre le FC Toronto. Sept jours plus tard, il a vécu le sentiment inverse dans un autre verdict nul de 0-0 contre les puissants Rowdies (4-2-2).
Cette fois, ce sont les visiteurs qui ont dicté le ton du match. Cette fois, ce sont les Ottaviens (1-2-3) qui ont eu l'impression d'avoir volé un point.
« En considérant que nous avions joué mercredi et qu'il a fallu remanier notre alignement en prévision de notre prochain match mercredi à Edmonton, ce point obtenu contre un très bon club est un très bon point. Évidemment, tu veux toujours gagner tes matches à domicile, mais l'important, c'est de ne pas les perdre », a lancé l'entraîneur-chef Dalglish après avoir vu son équipe blanchir l'adversaire pour la quatrième fois à ses cinq derniers matches.
Le jeu blanc est encore allé à la fiche du gardien Callum Irving, qui a dû se surpasser à quelques reprises, surtout en début de match. Même s'il pleuvait à boire debout sur le terrain de la Place TD, les Rowdies sont sortis en grande force. Pendant 10 minutes, le Fury n'y a vu que du feu. Il n'arrivait pas à sortir de son territoire. Justin Chavez croyait même avoir ouvert la marque dès la quatrième minute, mais l'arbitre a signalé un hors-jeu sur la séquence qui a mené au but.
Privés de leur joueur vedette Joe Cole, malade, les Rowdies ont quand même dominé le Fury, qui a finalement commencé à respirer après trois cartons jaunes décernés aux visiteurs dans les 34 premières minutes de jeu. Steevan Dos Santos a été le seul joueur du Fury à vraiment menacer le gardien Matt Pickens, qui n'a fait face qu'à deux tirs pour réaliser son blanchissage.
Le match a marqué l'entrée en scène de Michael Salazar, un attaquant prometteur prêté par l'Impact de Montréal jusqu'à nouvel ordre. Il a porté le dossard numéro 77, il a joué 73 minutes et il a tenté un tir au filet.
Il a été « correct » selon Paul Dalglish. « Il pourra se détendre un peu après ce premier match. Il vient juste d'arriver. Nous sommes excités de voir ce qu'il pourra nous amener. »
Quant à lui, Salazar était content de mettre ce premier match de côté. « Ça fait un bout de temps que je cherche à obtenir des minutes de jeu. Les joueurs m'ont aidé à m'intégrer rapidement à l'équipe. Je suis ici pour les aider à gagner. Comme je suis un attaquant, il faut que je crée des chances et que je marque des buts. Ça n'a pas été facile aujourd'hui (samedi) avec le terrain détrempé. Le ballon effectuait des bons imprévisibles. J'essayais de retrouver mes jambes. Avec le temps, je vais prendre mes aises. »
À son premier match dans la USL cette saison, Salazar n'a pas remarqué une grande différence avec le calibre de jeu de la MLS. C'était un peu en raison de la force de ses adversaires. « Les Rowdies jouent à un rythme rapide. Ils ont des joueurs d'expérience. Leur niveau de jeu ressemble à certaines équipes de la MLS. »
Pour le gardien Callum Irving, le match nul de 0-0 représentait un bon résultat compte tenu des conditions de jeu et du début de match endiablé des Rowdies.
« Comme gardien, je vais prendre un score de 0-0 n'importe quand. C'est peut-être différent pour les attaquants. Quand tu n'accordes pas de but, tu amasses des points. »
Le Fury n'aura pas beaucoup de temps pour se reposer. Mercredi, il sera à Edmonton pour y disputer sa deuxième manche du Championnat canadien des clubs professionnels. Après 90 minutes, il mène 1-0.