Le Fury profitera d'une séquence de trois matches à domicile pour tenter de remonter le classement de la USL. Actuellement 12e, l'équipe de Paul Dalglish doit gagner quatre rangs pour être des séries.

Le Fury a remis le compteur à zéro

Le capitaine Lance Rozeboom était de bonne humeur. L'entraîneur-chef Paul Dalglish aussi. Le long congé aura fait beaucoup de bien au Fury, qui disputera un premier match en deux semaines, samedi soir, à la Place TD.
L'équipe de la United Soccer League (USL) recevra la visite du Toronto FC II. Il s'agira de la première de trois parties de suite à domicile en l'espace de 15 jours.
« Ça fait beaucoup de bien d'avoir pu remettre le compteur à zéro. Surtout que nous avons connu des séquences ardues en première moitié de saison, particulièrement avec les parties du championnat canadien », a rappelé Rozeboom, qui montre un teint plus basané que l'habitude.
« J'ai passé quelques journées de notre congé au parc provincial Sandbanks. J'ai pu montrer mon corps de plage et mon bronzage de fermier », a lancé le milieu de terrain en riant.
Dalglish, lui, a remarqué une différence chez ses joueurs à leur retour à l'entraînement ces derniers jours. La fatigue physique et surtout mentale avait disparu.
« Même moi j'avais besoin de cette pause. J'étais devenu irritable. Ça faisait longtemps que nous étions au travail sans un réel congé », a souligné le sélectionneur du Fury, dont l'équipe occupe le 12e rang de la conférence Est avec une fiche de 5-6-6 après 17 parties.
Les huit premiers clubs participent aux éliminatoires dans la USL.
« Je sens nos joueurs affamés depuis leur retour. J'ai hâte de les voir sur le terrain pour ce premier match. Ils seront non seulement affamés, mais aussi bien reposés. »
Le Fury montre un bilan de santé intéressant.
Carl Haworth, qui a manqué une bonne partie de la première moitié de saison, est guéri. Seuls Onua Obasi et Ryan Williams pourraient rater l'affrontement contre le Toronto FC II.
« Mais ils pourraient tout aussi bien être dispos », a averti Paul Dalglish.
Ce dernier a parlé longuement de l'importance de miser sur Haworth en santé. L'attaquant canadien a été le meilleur buteur des siens l'an dernier dans la NASL.
« C'est le type de joueur qui peut te donner une séquence de qualité sur le jeu qui va changer l'allure d'un match, qui permet de transformer une défaite en une nulle ou une nulle en une victoire », a affirmé l'entraîneur.
Le Fury aime rappeler que 19 de ses 21 joutes se sont décidées par un but ou moins. « La présence de Carl aurait pu changer beaucoup de choses », a précisé Dalglish.
La bonne nouvelle ?
Ottawa n'a perdu qu'une seule fois à la maison.
« Nous sommes difficiles à vaincre sur notre terrain. Mais il faut maintenant devenir dominant et gagner des parties par deux ou trois buts. Avec trois matches de suite ici, c'est le moment de s'y mettre », a conclu Paul Dalglish.