Le Fury d’Ottawa a tiré son épingle du jeu contre un club d’une ligue supérieure, mais il a eu de la difficulté à percer la défensive du Toronto FC. Le club de la MLS a remporté la première manche 2-0 même s’il avait laissé trois de ses meilleurs joueurs à Toronto.

Le FC Toronto mène par deux contre le Fury

Qualifié pour la quatrième année de suite pour les demi-finales du Championnat canadien de soccer, le Fury d’Ottawa aura du pain sur la planche pour accéder à la première finale de son histoire.

Vaincu 2-0 par le FC Toronto avec un but dans les arrêts de jeu mercredi soir à la Place TD, le « 11 » ottavien aura une pente abrupte à remonter dans la deuxième manche de ce duel mercredi prochain au stade BMO.

Avec la victoire de 2-1 de l’Impact de Montréal contre le Cavalry de Calgary au stade Saputo, les deux clubs de la MLS ont pris des avances dans le carré d’as de la « Bataille du Nord ». 

Pour accéder à la finale, le Fury devra trouver une façon de compter au moins deux buts à Toronto et ça risque d’être une tâche plus ardue puisque l’entraîneur-chef Greg Vanney pourrait être tenté de déployer un alignement plus puissant devant ses partisans pour le match retour.

Mercredi, les joueurs vedettes Michael Bradley, Jozy Altidore et Alejandro Pozuelo n’avaient même pas fait le voyage à Ottawa. Jonathan Osorio a amorcé le match sur le banc, mais il a été inséré dans le match à la 69e minute et c’est lui qui a préparé le but d’assurance de Tsubasa Endoh à la 91e minute.

Le capitaine Drew Moor avait ouvert la marque à la 30e minute avec un superbe coup de pied « ciseau » dans les airs. Trois minutes plus tôt, Christiano François aurait pu inscrire les locaux au tableau, mais son tir en semi-échappée a été arrêté par le gardien Alex Bono.

Ce dernier a toutefois effectué son meilleur arrêt aux dépens de Chris Manella à la 65e minute au moment où les Ottaviens tentaient d’égaler la marque 1-1. 

Bono a plongé à sa droite pour empêcher le milieu de terrain canadien d’animer une foule très vocale et bien impliquée. 

Malgré les fortes averses d’avant match, 5809 personnes ont assisté à ce duel entre l’équipe de la USL et celle de la MLS, championne en titre de la coupe des Voyageurs.

« Nos joueurs peuvent être fiers. Ils ont fait de leur mieux. Ce fut un match difficile. Nous avons obtenu nos chances de compter, mais nous n’avons pas pu en profiter. Le FC Toronto a marqué son premier but sur un jeu arrêté et même si nous avons possédé le ballon plus que nos adversaires, ils ont ajouté le deuxième but en fin de match », a expliqué l’entraîneur-chef Nikola Popovic.

Ce but a effectivement fait très mal parce que le Fury a su rivaliser avec le club de première division nord-américaine dans un match au rythme très élevé. 

Il a toutefois été moins opportuniste. Un retard de 1-0 pour le deuxième match à Toronto n’aurait pas été catastrophique, mais il faudra un peu plus que de la chance pour renverser les multiples champions canadiens par deux buts pour espérer pousser le match en prolongation.

« Tout est possible »

« Il faut croire que nous pouvons compter deux buts. Nous avons créé suffisamment d’occasions pour en marquer deux ce soir. Si nous répétons ce que nous avons fait la semaine prochaine, tout est possible », a ajouté Popovic.

Étonnamment, le Fury a pu continuer à pratiquer son style de jeu contre le « TFC ». Il a possédé le ballon pendant 59 % du match. 

Il a eu l’avantage 482-333 dans les passes et celles-ci étaient plus précises (81 %) que ceux des visiteurs (73 %). 

Ceux-ci ont quand même été les plus dangereux avec un avantage de 11-6 dans les tirs, dont 4-2 dans les tirs cadrés.

L’autre meilleure chance du Fury ne s’est jamais concrétisée quand Hadji Barry s’est fait faucher les pieds par Drew Moor dans la surface de réparation sur un jeu qui semblait mériter une pénalité à la 74e minute.

« De ma position sur le terrain, ça me semblait une infraction. Il faudra regarder la reprise », a dit Popovic.

Cette défaite est la première du Fury en 12 matches à la Place TD. Le club aura sept bonnes journées pour se préparer au second duel.

+
TOUT N'EST PAS PERDU POUR LE FURY

Le Fury n’a pas eu à rougir de sa prestation devant un club de la MLS mercredi soir à la Place TD.

Il a pu se battre pratiquement à forces égales contre le FC Toronto, mais ce dernier a démontré plus de qualité pour compléter des jeux clés pour prendre une avance confortable de 2-0 dans sa demi-finale contre le club d’Ottawa.

Tout n’est pas perdu pour la troupe de Nikola Popovic. Elle profite d’une semaine de relâche dans son calendrier de la USL et elle n’aura pas à jouer de match en fin de semaine, ce qui ne sera pas le cas du FC Toronto, qui va se mesurer à Orlando City samedi.

L’entraîneur-chef du club de la MLS a affirmé qu’il ne prendrait pas le second match contre le Fury à la légère, mais s’est montré ouvert à l’idée de reposer certains de ces canons dans un deuxième match de suite à la coupe des Voyageurs.

« Il faut savoir que nous sommes au milieu d’une séquence de cinq matches en 15 jours. Le deuxième but nous a donné un bon coussin. Nous avons eu le résultat que nous souhaitions même si nous avons laissé des buts sur le terrain tôt dans le match. Il faudra évaluer nos options après le match contre Orlando, mais chose certaine, certains de nos réservistes auront une autre occasion de se faire valoir comme notre gardien Alex Bono, qui a été excellent ce soir », a dit Greg Vanney après la victoire des siens.

Vanney a aussi avoué qu’il était difficile de jouer contre le style du Fury.

« Ils n’ont rien à perdre et ils n’hésitent pas à placer des ballons derrière nos défenseurs dans le but d’aller les chercher. Ça nous empêche de pousser vers l’avant. »

Quant à Popovic, il a esquissé  un sourire quand on lui a parlé de l’avantage que va lui conférer sa semaine de repos par rapport au FC Toronto.

« Ils ont réellement deux clubs et c’est un des clubs les plus puissants en Amérique du Nord. Ce n’est pas un problème pour eux d’avoir un match à jouer avant de nous affronter à nouveau. Nos joueurs doivent tout simplement croire qu’ils peuvent compter deux buts à Toronto. »