Tsubasa Endoh du Toronto FC passe devant Andrae Campbell du Fury avant d'aller compter le deuxième but des siens.

Le FC Toronto défait le Fury 4-0

Le débat est plutôt unanime sur la planète football. Le FC Toronto forme la puissance du soccer nord-américain cette saison.
Contre un club de la United Soccer League, il pensait sûrement tailler le Fury d'Ottawa en pièces en demi-finale du championnat canadien des clubs de soccer, mais la troupe de Paul Dalglish a offert une forte résistance. Elle a remporté le premier match de la série aller/retour 2-1 à la Place TD. Dans le match retour à Toronto mercredi soir, l'entraîneur-chef Greg Vanney n'a rien laissé au hasard.
Il était privé de deux joueurs vedettes partis rejoindre l'équipe nationale américaine, mais ses autres meneurs ont pu jouer la deuxième manche contre Ottawa. Malgré son alignement bien plus étoffé, le « TFC » a vu le Fury s'accrocher pendant de longues minutes en première demie. Les visiteurs du BMO Field ont même eu les meilleures occasions de marquer dans les 35 premières minutes du match, mais ils n'ont pas su en profiter et le FC Toronto leur a fait payer la note.
Les locaux ont inscrit deux buts dans la même minute à la fin de la première demie pour prendre les devants 2-0 dans le match et 3-2 dans la série. Le Fury n'a jamais abandonné. Il s'est tenu à un but d'écart (2-3) jusqu'à neuf minutes de la fin quand Marky Delgado a porté la marque à 3-0 (4-2). De retour d'une blessure qui lui a fait rater deux matches, le striker Sebastian Giovinco a fait sa rentrée au début de la deuxième demie et c'est lui qui a cloué le cercueil du Fury en marquant le quatrième but des siens à la 86e minute. C'était déjà un septième but en 10 matches pour lui.
Avec un gain de 4-0 dans le match et de 5-2 au total des deux duels, la logique aura donc été respectée par le FC Toronto. Les champions canadiens en titre passeront en finale contre l'Impact de Montréal.
À la fin du match, l'entraîneur du FC Toronto s'est incliné devant ses coriaces adversaires. « Ils ont eu leurs chances en début de match. Il a fallu faire des ajustements. Ottawa a un bon club. Ils sont difficiles à affronter. Ils sont imposants physiquement. Ils sont durs. Ils sont directs. Ça nous a pris du temps à mettre nos affaires en place pour pouvoir les vaincre », a lancé Greg Vanney.
Chez le Fury, l'entraîneur-chef Paul Dalglish n'avait pas à rougir de l'effort de sa troupe. Son club a survécu longuement contre un club qui n'avait jamais perdu devant ses partisans cette saison. « Nous avons fait plus que survivre. Nous avons eu les meilleures chances de compter en première demie. Nous aurions dû compter. Nous n'étions pas intimidés, mais nous nous sommes mal défendus en fin de première demie. »
En arrière 0-2 dans le match et 2-3 au total de la série, le Fury a dû se montrer plus agressif en deuxième demie et cette agressivité a mené aux deux buts tardifs du FC Toronto qui ont porté la marque à 4-0, mais le score final ne reflète pas vraiment l'allure de la rencontre. Sito Seoane aura d'ailleurs été le plus dangereux des attaquants du Fury en première demie, lui qui a eu de bonnes occasions d'ouvrir la marque aux 4e, 19e et 30e minutes.
Après toutes ces occasions ratées, le FC Toronto a profité d'une passe de Tsubasa Endoh qui a dévié sur le défenseur ottavien Eddie Edward pour ouvrir la marque à la 41e minute de jeu. Dans la même minute, Endoh a placé une tête sur un ballon devant Callum Irving pour faire 2-0.
Pour la 10e fois de son histoire de 10 ans, le championnat canadien sera donc disputé entre deux clubs de la MLS.