L'entraîneur-chef du Fury d'Ottawa, Nikola Popovic, doit trouver des façons de stimuler l'attaque de son club.

L’attaque du Fury au cœur des préoccupations

La météo capricieuse du printemps ne figure pas au sommet de la liste de préoccupations de Nikola Popovic.

L’entraîneur-chef du Fury d’Ottawa a fait travailler ses joueurs sous la pluie battante, vendredi matin.

Il n’a pas le choix. Un autre match important approche. L’Atlanta United 2 visitera la Place TD, dimanche.

On ne retrouve presque plus de clubs de réserve de la MLS dans la section « Championship » de la United Soccer League.

Dans le passé, ces formations étaient considérées comme les enfants pauvres. Or, cette année, les représentants d’Atlanta ont subi seulement trois échecs en sept rencontres. Ils ont aussi marqué neuf buts.

Le Fury, pendant ce temps, occupe le 32e rang de la ligue à 35 clubs, avec seulement quatre buts marqués en cinq parties.

Popovic doit trouver des façons de stimuler l’attaque.

Il demeure optimiste. « La semaine dernière, nous avons tenu tête aux champions en titre de notre ligue. Ils ont obtenu davantage de chances de marquer que nous. Mais nous en avons créé suffisamment. Nous aurions facilement pu nous en tirer avec un match nul. »

« Nous avons réussi à générer 10 tirs vers le filet adverse. Nous avons frappé un poteau. Nous avons obtenu deux ou trois autres très belles opportunités de marquer. Les chances sont au rendez-vous », plaide-t-il.

« Cela dit, nous devons trouver des moyens de faire mieux. »

Kévin Oliveira, Carl Haworth et Mour Samb sont les trois seuls joueurs qui ont réussi à marquer, cette saison, pour le Fury.

Le milieu de terrain anglais Charlie Ward, une des principales acquisitions de l’hiver dernier, s’affiche comme le meilleur passeur du groupe. Sa moyenne de passes complétées frise les 80 % depuis le début des activités.

Il est entièrement d’accord avec l’idée de générer plus de lancers.

« Il faut jouer au football de la bonne façon. Il faut se porter à l’attaque », affirme-t-il.

« Le coach nous montre souvent des vidéos des meilleurs clubs au monde, comme Ajax et Manchester City... Pour eux, tout se construit autour de la distribution du ballon. »

« Marquer des buts, c’est bien. C’est précisément ce que les partisans veulent voir. Il faut que ça survienne au bon moment. Il ne suffit pas de tirer vers le filet adverse pour le plaisir de gonfler nos statistiques. Il faut tirer quand le moment est bien choisi. »

« Essentiellement, je dis qu’il faut jouer de façon intelligente. Notre équipe a besoin de joueurs intelligents. »

Le deuxième passeur le plus efficace du Fury, le milieu de terrain torontois Chris Manella, pourrait rater le match de ce week-end. Il se relève lentement d’une commotion cérébrale.

« C’est une blessure bien capricieuse, souligne Nikola Popovic. Il doit passer les derniers tests du protocole avant d’effectuer un retour au jeu. Sa présence est donc douteuse. »

Renfort montréalais

Le Fury a reçu un petit coup de pouce de l’Impact de Montréal, vendredi.

Le milieu de terrain américain Amar Sejdic a été prêté au club de la capitale.

Le 34e joueur sélectionné lors du dernier SuperDraft de la MLS vient de conclure un beau stage universitaire dans la NCAA. En 82 matches dans l’uniforme des Terrapins du Maryland, il a marqué 22 buts et fourni 16 passes décisives.

L’Impact, en contrepartie, a rappelé à Montréal l’attaquant canadien Daniel Kinumbe.