L'Atlético d'Ottawa affrontera une fois chacun des sept autres clubs de la ligue lors de la première ronde du tournoi.
L'Atlético d'Ottawa affrontera une fois chacun des sept autres clubs de la ligue lors de la première ronde du tournoi.

L’Atlético jouera bien loin d’Ottawa

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
L’Atlético d’Ottawa disputera enfin les premiers matches de sa jeune histoire. Mais ce sera sur un terrain bien loin de son domicile de la Place TD.

La Première ligue canadienne (CPL) a confirmé mercredi qu’elle allait de l’avant avec son idée de tournoi estival afin de remplacer ce qui devait être sa deuxième saison. Elle réunira ses huit équipes de soccer à Charlottetown, sur l’Île-du-Prince-Édouard, pour des parties à huis clos dès le 13 août.

«Nous ne connaissons pas encore notre horaire, mais ça ne devrait pas tarder. Nous savons que notre vol d’avion vers les Maritimes sera le 8 août», a soutenu le partenaire stratégique de l’Atlético à Ottawa, Jeff Hunt.

Chaque formation sera assurée de disputer un minimum de sept joutes, affrontant tous les autres clubs du circuit. Les quatre meilleures équipes de la première ronde accéderont au second tour qui servira à octroyer les deux places en finale.

Tous les affrontements seront présentés à l’Alumni Field de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard.

La plateforme OneSoccer assurera la diffusion sur le web. «Nous sommes aussi en discussions avec deux diffuseurs traditionnels», a indiqué le commissaire David Clanachan au Droit.


« C’était important pour nous de disputer des parties cette saison, même si ça ne sera pas à Ottawa. Ça nous permet de construire notre image de marque, de nous faire connaître. »
Jeff Hunt

La confirmation de matches a été bien accueillie chez l’Atlético qui s’entraîne déjà depuis sept semaines.

«C’est excitant pour nos joueurs, mais aussi pour nos partisans qui attendaient des nouvelles», note Jeff Hunt.

L’équipe d’expansion mise déjà sur un bon groupe d’amateurs. Elle avait vendu plus de 1000 abonnements saisonniers en vue de l’an Un avant que l’éclosion de la COVID-19 change tous les plans.

«C’était important pour nous de disputer des parties cette saison, même si ça ne sera pas à Ottawa. Ça nous permet de construire notre image de marque, de nous faire connaître», fait valoir Hunt.

Il reste encore beaucoup de travail sur la planche du directeur général Fernando Lopez. L’Atlético pourra amener 20 joueurs à Charlottetown dans une dizaine de jours. Il lui reste quatre places à remplir sur son alignement.

Ce chiffre pourrait augmenter puisque certains joueurs déjà sous contrat sont toujours coincés dans leur pays natal. «Nous ne savons pas si nous pourrons compter sur eux ou non. Fernando travaille sans relâche là-dessus», assure Hunt.

La CPL a tenu des discussions avec deux autres villes avant d’arrêter son choix sur Charlottetown. Elle assure que les règles sanitaires seront strictes puisque leur province d’adoption a réussi à dompter la COVID-19 jusqu’ici.

«Les joueurs et entraîneurs auront passé quatre tests de dépistage avant même de commencer à jouer. Ils en ont déjà subi un le week-end dernier et tous les résultats reçus lundi étaient négatifs. Ils ont aussi déjà commencé à se mettre en quarantaine dans leur ville respective, indique le commissaire David Clanachan.

«Ils en passeront un second avant de prendre un vol nolisé. Ils devront en passer deux autres lors des quatre premiers jours à Charlottetown où ils seront en quarantaine pendant cinq jours. Nous serons en vase clos par la suite. Nous serons tous logés au même hôtel. Il n’y aura pas de contact avec les gens de l’extérieur. Les mesures sont strictes. C’est pourquoi la mise en place du tournoi a pris beaucoup de temps. Nous voulions bien faire les choses.»