Callum Irving n'a pas pris une seule minute de repos, jusqu'ici, dans les matches de ligue.

Irving, le gardien utile avec ses pieds

Callum Irving est prêt à tout pour aider son équipe. Vraiment.
Tard, dans le match de samedi, le Fury d'Ottawa venait d'obtenir un coup de pied de coin. C'était un peu le jeu de la dernière chance. Il devait profiter de cette action pour marquer, dans les arrêts de jeu, afin de soutirer un verdict nul aux Red Bulls de New York.
Irving, le gardien, s'est dit qu'il n'avait rien à perdre. Il a quitté sa surface de réparation au pas de course pour devenir le 12e attaquant.
« Ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait. J'ai emprunté ce chemin à quelques occasions, depuis le début de ma carrière. Je n'ai cependant jamais encore eu l'occasion de frapper le ballon », confiait-il, trois jours plus tard.
Samedi, Irving a cru pendant un bref moment que ça y était.
« J'ai vu où le ballon se dirigeait. J'ai pensé à courir dans cette direction. Puis, j'ai aperçu Jamar Dixon qui arrivait dans mon angle mort. J'ai préféré lui laisser le champ libre. Après tout, c'est lui, le pro. »
D'une tête, Dixon a réussi à marquer le but qui a permis au Fury d'obtenir un résultat.
« Moi, je me suis retourné et j'ai sprinté jusqu'à mon filet. Je suis plus à l'aise quand je suis à ma place », complète Irving.
Le jeune espoir du soccer canadien, qui est âgé de 24 ans, a concédé 17 buts jusqu'à maintenant cette saison. Il présente un taux d'efficacité légèrement inférieur à 70 %.
Le Fury occupe présentement le cinquième rang de l'Association Est de la United Soccer League.
Une victoire dans le prochain match, la fin de semaine à Louisville, lui permettrait de se rapprocher du top-3.
Tout cela ne serait évidemment pas possible sans lui.
Son entraîneur, Paul Dalglish a quand même l'impression que le meilleur pour lui est à venir.
« Il a été très bon dans notre dernier match. Il a effectué quelques très bons arrêts dans la deuxième moitié de la partie. Sinon, dans l'ensemble, je n'ai pas l'impression qu'il a eu tant de travail à faire dans nos dernières parties », déclare-t-il avec une honnêteté un brin désarmante.
« Les gars qui jouent devant lui ont fait du bon travail. »
Dalglish veut quand même se montrer bon envers le jeune homme qui n'a pas pris une seule minute de repos, jusqu'ici, dans les matches de ligue.
« Il a réussi à se démarquer en distribuant les ballons. Nous lui avons imposé beaucoup de pression. Nous voulons qu'il utilise ses pieds. Nos jeux directs commencent souvent de son côté. Il est souvent impliqué dans les jeux qui débutent dans notre moitié du terrain. D'ailleurs, nous l'avons recruté, en partie, parce que nous le savions très habile dans cette facette du jeu. »
« J'espère que ça ne changera pas. Les gardiens qui s'impliquent davantage avec leurs pieds qu'avec leurs mains sont généralement ceux qui évoluent au sein de très bonnes équipes. »
Pas de regrets
Irving n'en voudra pas trop à son patron d'avoir offert cette analyse.
Ils partagent d'ailleurs la même philosophie.
« Je l'ai déjà dit dans le passé. Le match idéal, pour moi, c'est un match dans lequel je n'ai presque rien à faire. »
D'ailleurs, le jeune homme qui a grandi dans la région de Vancouver ne regrette pas une miette sa décision de se joindre au club canadien de la USL.
« Je suis extrêmement heureux. J'ai savouré chaque minute passée ici. La ville, l'équipe, les fans, tout a été fantastique. »