«C'était vraiment surréel comme scène, relate le gardien français Romuald Peiser. On se serait cru dans un film d'action américain.»

Incident Minatel: le gardien du Fury a déjà vu pire

Une semaine plus tard, les incidents du vol AC 8623 demeurent bien imprégnés dans la mémoire des joueurs du Fury.
Un de leurs coéquipiers avait été attaqué, il y a huit jours, par un passager dans un avion amenant l'équipe vers Atlanta en vue d'un match contre les Silverbacks. Le présumé agresseur s'est servi du câble de ses écouteurs pour tenter d'étrangler l'attaquant brésilien Oliver Minatel.
«C'était vraiment surréel comme scène, relate le gardien français Romuald Peiser. On se serait cru dans un film d'action américain.»
Un homme assis à côté Minatel de même que quelques joueurs du Fury sont rapidement intervenus pour secourir la victime. L'individu a été arrêté, la police d'Atlanta et le FBI prenant charge de l'enquête.
«Une chance qu'il (Minatel) n'a pas été blessé. Ce fut une grosse frayeur, a poursuivi Peiser. On ne savait pas trop ce que la personne allait faire ensuite.
«Dans la vie, on ne sait jamais ce qui t'attend du jour au lendemain. Tout peut changer rapidement. On essaie donc de profiter au maximum de la vie.»
Peiser, qui est père d'un jeune enfant, sait de quoi il parle.
«J'en ai vu pas mal de trucs bizarres durant ma carrière», a soutenu ce joueur qui a évolué en Roumanie, Suisse, Allemagne et au Portugal. «Un de mes coéquipiers est décédé sur le terrain lors d'un entraînement. Tu ne peux pas avoir pire que ça...»
Beaucoup de remous
De son côté, Minatel se montre peu loquace au sujet de l'agression dont il a été victime.
L'incident a fait les manchettes non seulement à Ottawa, mais ailleurs au pays et sur la scène internationale.
Une journaliste de CNN se trouvait par hasard sur le vol d'avion en question. Le Fury a été inondé de demandes d'entrevue de divers médias européens, dont la BBC.