Carl Haworth disputera sa 100e rencontre dans l'uniforme du Fury, samedi, à Rochester.

Haworth surpasse Peiser

Le scénario est tout écrit. Ne reste qu'à appliquer sa mise en oeuvre.
Seul membre actif du Fury d'Ottawa depuis ses débuts au soccer professionnel en 2014, Carl Haworth va atteindre le plateau des 7000 minutes de jeu samedi à Rochester là où le Fury (7-9-9) aura cruellement besoin d'une victoire face aux coriaces Rhinos (11-5-8) pour se rapprocher du tableau des séries.
La semaine dernière, l'Ontarien de 28 ans est devenu «Monsieur Fury» en surpassant une marque établie par le gardien Romuald Peiser. Le gardien avait passé 6964 minutes à défendre le filet de l'équipe ottavienne. Haworth a maintenant joué 6989 minutes comme attaquant du Fury.
Samedi, à Rochester, il disputera également sa 100e rencontre dans l'uniforme rouge, noir et blanc. Même s'il a été le meilleur compteur du club la saison dernière avec sept buts, Haworth n'a pas encore touché le fond du filet après 14 matches cette année. Assurément, le moment serait bien choisi pour qu'il brise la glace à Rochester.
«Tout le monde serait content si je comptais mon premier but de l'année à mon 100e match en carrière dans lequel je vais franchir le cap des 7000 minutes de jeu. Surtout si ça vient dans une victoire. À ce moment-ci, c'est le scénario qu'il nous faut», dit-il.
Haworth a été surpris d'apprendre qu'il s'approchait de deux records d'équipe la semaine dernière, mais il réalise que ce qu'il a accompli avec le Fury sort de l'ordinaire. «Ce sont les responsables des médias de l'équipe qui m'ont approché avec les informations sur mon 100e match et mes 7000 minutes. Je suis fier d'avoir pu le faire avec la même équipe. En Amérique du Nord, c'est rare que les joueurs passent plus que deux saisons avec la même équipe. Je suis à Ottawa depuis ses débuts dans la PDL. Je suis attaché à cette organisation et à cette ville. J'aime ça ici.»
Les joueurs qui ont atteint le plateau des 100 matches avec une équipe canadienne sont rares. Patrice Bernier l'a fait avec l'Impact de Montréal. Martin Nash, ancien entraîneur-adjoint avec le Fury, l'a fait avec les Whitecaps de Vancouver.
Pour être exact, Haworth a disputé 89 matches de saison régulière avec le Fury, huit matches dans le championnat canadien et deux autres matches des séries de la NASL. À ses 99 premiers matches, il a marqué 12 buts et ajouté 12 passes, mais il cherche toujours un premier but après avoir disputé 1070 minutes de jeu cette année. Pendant cette séquence, il a effectué 23 tirs au but. Cette panne offensive n'aurait pas encore atteint sa confiance.
«Je ne suis pas plus nerveux ou plus anxieux sur le terrain. Je suis aussi relaxe que si je venais de compter trois buts dans un match. J'ai des occasions de compter à tous les matches. J'ai été malchanceux aussi. J'ai frappé quatre ou cinq barres horizontales et mon coup de tête de la semaine dernière s'est retrouvé dans les arrêts de la semaine. Je serais inquiet si je n'avais pas d'occasions de marquer. À un moment donné, la loi de la moyenne va jouer en ma faveur.»
Son entraîneur, Julian De Guzman, prendrait bien un but de celui qui a porté le brassard de capitaine en l'absence de Lance Rozeboom, blessé. Le Fury est menacé d'une exclusion des séries s'il ne signe pas quelques victoires prochainement.
«Nous croyons toujours en Carl. Il crée des chances et il en crée pour les autres. Il doit simplement améliorer son pourcentage de but par rapport aux occasions qu'il a. La bonne chose avec Carl, c'est qu'il excelle en défensive. C'est un facteur non négligeable.»