Daniel Haber est arrivé à Ottawa dans l’espoir d’animer l’attaque du Fury. Il pourrait voir ses premières minutes de jeu samedi contre le Penn FC à la Place TD.

Haber arrive pour fouetter l’attaque du Fury

Match crucial pour le Fury d’Ottawa à la Place TD samedi après-midi.

Accusant un retard de quatre points sur la dernière équipe qui fait partie du tableau des séries éliminatoires, il affrontera justement un club qui se trouve sur la ligne entre les séries ou une exclusion.

Le Penn FC (6-5-7) arrivera en ville avec des visages connus dont l’ex-gardien vedette du Fury Romuald Peiser et l’attaquant Tom Heinemann pour ce match de « six points ».

Pour tirer profit de l’avantage du terrain, le Fury (6-8-3) devra se mettre à marquer des buts. Le directeur général Julian De Guzman l’a candidement avoué jeudi. 16 buts en 18 matches, c’est nettement insuffisant.

« En tenant compte des qualités de nos marqueurs comme Steevan Dos Santos, Adonijah Reid (trois buts chacun) et Carl Haworth (un but), on s’attendait à plus de buts. Collectivement, à ce point-ci de la saison, nous avions le potentiel d’avoir neuf ou 10 buts de plus. »

Son message ne pouvait être plus clair. Pour remplacer Maxim Tissot sur le flanc gauche de la défensive en raison d’une blessure qui a mis fin à sa saison, De Guzman a plutôt choisi d’ajouter un attaquant à la formation cette semaine.

15 buts en deux ans
Daniel Haber arrive du FC Cincinnati où il n’avait disputé que sept matches, dont deux comme partant après deux saisons où il avait totalisé 15 buts dans la USL.

« Nous pensons qu’il pourrait être une solution à nos problèmes à l’attaque. C’est un marqueur qui est aussi capable de préparer des buts. Il était coincé dans une très bonne équipe qui se prépare à accéder à la MLS à Cincinnati. Il veut juste jouer et avoir l’occasion de redevenir lui-même. »

L’arrivée de Haber ne signifie pas la fin du magasinage du DG. La période des transferts va se terminer le 8 août et il va chercher à ajouter une pièce à sa défensive, mais pour l’instant, Haber arrive pour fouetter l’attaque.

Fraîchement débarqué dans la capitale nationale, le Torontois de 26 ans ne s’attend pas à amorcer le match de samedi, mais il entend profiter de toutes les minutes qui lui seront offertes pour forcer ses patrons à l’insérer dans le 11 partant.

« Il y a une congestion à l’attaque ici, mais ce n’est rien comparativement à Cincinnati où il y avait un surplus de trois joueurs à toutes les positions. C’était bien pour la compétition interne, mais le club allait très bien. Dans ces temps-là, il y a peu de changements. Je commençais à devenir frustré de ne pas jouer après avoir été un partant pendant mes deux saisons précédentes dans la USL », raconte celui qui arrive à s’exprimer en français puisque sa mère est née à Montréal.

Haber se décrit comme un joueur offensif capable d’être créatif dans le dernier tiers du terrain et qui joue avec passion. « J’aime m’exprimer. Je laisse tout sur le terrain. »

Avec un nouveau départ à Ottawa, Haber souhaite devenir un morceau important des succès de l’équipe.

« J’ai été un joueur clé dans mes équipes des dernières années et je veux aider cette équipe à gagner des matches en m’amusant et en exploitant mon plein potentiel », a dit celui qui a déjà joué cinq matches avec l’équipe nationale canadienne senior en 2013 et 2014.

Howarth blessé
Julian De Guzman pense que son nouveau venu n’aura pas à attendre longtemps avant de se faire justice. D’ailleurs, Carl Howarth a été blessé à la fin de l’entraînement de jeudi. La rentrée de Haber pourrait donc se faire plus rapidement que prévu.

« Il est explosif du côté gauche du terrain. Il a les qualités d’un partant. Il l’a été à Vancouver et avec le Real Monarchs. On voudrait qu’il puisse faire la différence dès le début d’un match. »