Le FC Toronto II a eu beau contrôler le ballon pendant 78 % du match, il n’a jamais réussi à percer la défensive compacte ottavienne.

Gain du Fury et un record de Crépeau

Il n’a pas eu à faire un seul arrêt mercredi soir à Toronto, mais Maxime Crépeau a fait d’une pierre deux coups dans une victoire de 1-0 du Fury d’Ottawa contre le club de réserve du FC Toronto.

Le gardien de 24 ans a fracassé un record de la USL en enregistrant son 14e blanchissage de la saison. Il a aussi égalé un record de franchise du Fury détenu par Romuald Peiser à l’époque où l’équipe évoluait dans la NASL en 2015.

Le FC Toronto II a eu beau contrôler le ballon pendant 78 % du match, il n’a jamais réussi à percer la défensive compacte ottavienne. Il a bien dirigé quatre tirs vers la cage de Crépeau, mais aucun n’a atteint la cible.

« Nous sommes restés calmes et organisés dans les deux sens du terrain et je pense que c’est pour cette raison que notre club vient de battre le record de blanchissages de la ligue sans que Max ait à faire un arrêt, a dit l’entraîneur-chef Nikola Popovic. Il faut féliciter les 11 joueurs sur le terrain pour la façon dont ils se sont défendus. Le record de Crépeau est fantastique. J’ai toujours dit qu’il représentait l’avenir de l’équipe nationale canadienne. Je suis fier de lui. Comme équipe, je pense que nous nous défendons assez bien. Comme Max, certains de nos joueurs devraient avoir une chance avec l’équipe canadienne. »

Devant rebondir après un revers de 4-0 samedi et deux joueurs suspendus à la suite de cartons rouges, le Fury avait un urgent besoin de récolter les trois points d’une victoire contre le pire club de la USL et il misait sur sa contre-attaque mercredi. La tactique a porté ses fruits puisqu’il a dirigé 10 tirs vers le filet adverse, dont quatre ont été cadrés.

Un pénalty controversé accordé au Fury à la 32e minute aura fait la différence dans ce match. Steeven Dos Santos a inscrit le seul but de la rencontre, son cinquième de la saison, après une décision discutable de l’arbitre qui a signalé une infraction majeure sur une manœuvre contre Adonijah Reid dans la surface de réparation.

L’attaquant du Fury a probablement mis un peu de moutarde dans sa chute près de la porte des buts. Il a notamment soulevé l’ire du gardien Caleb Patterson-Seweel qui l’accusait vigoureusement d’avoir plongé devant lui. Reid a riposté en l’agrippant à la gorge deux fois plutôt qu’une. Miraculeusement, il a évité un carton rouge alors qu’il restait encore 60 minutes à jouer.

Avec les espoirs du Fury de participer aux séries qui ne tiennent qu’à un fil, les émotions étaient à fleur de peau, comme en font foi les quatre cartons jaunes attribués à l’équipe de Popovic. Les locaux ont aussi hérité de deux cartons jaunes.

La victoire a propulsé le Fury (13-14-5) au septième rang de la conférence, mais les équipes qui les pourchassent n’ont qu’un ou deux points de retard avec des matches en main.

Une victoire à Toronto (3-23-4) contre un club éliminé était essentielle en vue des deux derniers matches de la saison qui seront disputés à Ottawa.

Dimanche, après cinq matches de suite sur la route, le Fury (44 points) va accueillir le Steel de Bethlehem (45 points) dans un match qui pourrait décider du sort des deux équipes.