Deux athlètes de la relève du soccer canadien, Callum Irving et Maxime Crépeau lutteront tous les deux pour le poste de gardien titulaire du Fury d’Ottawa en 2018.

Fury: un filet, deux gardiens

Un seul joueur a participé à tous les matches du Fury d’Ottawa en 2017.

Callum Irving a fait encore mieux que ça. Il a disputé chacune des 2880 minutes de jeu de l’équipe. Ce n’est pas pour rien qu’il a été le choix des partisans pour le titre du joueur le plus utile à l’équipe à la fin de la saison.

En 2018, le gardien britanno-colombien de 24 ans devra trimer beaucoup plus dur pour avoir le privilège de garder les buts de l’équipe ottavienne dans la USL. Le Fury a obtenu un prêt de l’Impact de Montréal au cours des dernières semaines et pas n’importe lequel. Maxime Crépeau est considéré comme un gardien d’avenir dans l’esprit des dirigeants de l’équipe nationale canadienne.

Le gardien québécois de 23 ans a même sept matches d’expérience sous la cravate dans la MLS. En 2017, il a disputé trois matches de saison régulière avec l’Impact et quatre autres dans le championnat canadien.

Au camp d’entraînement du Fury qui s’est ouvert la semaine dernière, la lutte la plus intéressante et la plus féroce se fera devant le filet. Même si tous les yeux seront rivés vers cette lutte, les deux joueurs concernés assurent qu’ils se livreront une saine compétition.

Irving a été un des premiers joueurs à s’entendre avec le Fury en vue de la saison 2018. Il aurait pu être secoué d’apprendre l’arrivée de Crépeau, mais sa réaction initiale n’a pas été en ce sens.

« Pour moi, ça démontre que l’équipe est ambitieuse. Elle veut des batailles à toutes les positions. Ça ne peut qu’améliorer l’équipe. J’ai connu Maxime dans le programme national. Je le respecte comme athlète et comme personne. J’ai hâte de travailler avec lui. Je ne vois que du positif avec sa venue. Quand tu atteins un certain niveau, tu commences à croiser les mêmes visages et tu réalises que tu seras toujours en compétition avec eux. Si tu ne peux pas embrasser ce défi, tu vas avoir de la difficulté à lutter pour ton poste. »

De son côté, Maxime Crépeau sait que son passage à Ottawa va bouleverser le quotidien d’Irving, mais pour lui, le temps est venu de voir plus d’action.

« Quand la direction de l’Impact a congédié tous les entraîneurs à la fin de la dernière saison, j’ai rencontré le nouvel entraîneur Rémi Garde. Il a été très franc. Il m’a dit qu’il n’avait pas de minutes de jeu significatives à me donner. J’étais heureux, car j’avais besoin de connaître la vérité. À partir de là, j’ai demandé un transfert, ce qui m’a été refusé. Pour l’Impact, un prêt d’une saison à Ottawa était la meilleure option. »

Dans la capitale nationale, il devrait jouer davantage qu’en 2017.

« Tu as beau t’entraîner 365 jours par année, pour t’améliorer, tu dois jouer. Ce sont les situations de match qui sont payantes. Je sais que Callum est établi ici, mais je suis content de travailler avec lui. Déjà, on s’aide tous les deux en apportant des correctifs à l’autre. Callum est un bon gars. Il est sérieux et compétitif. La compétition interne sera bonne pour le club. »

Irving, lui, se doute bien qu’il ne jouera pas autant en 2018, mais il assure que la dernière saison a été cruciale à son développement.

« C’était ma deuxième année professionnelle. J’ai connu des hauts et des bas. J’ai appris à rebondir après les bas. C’était rassurant de savoir que je jouerais à nouveau après un moins bon match. »

Assurément, sa marge de manœuvre sera réduite cette année.