Callum Irving et Maxime Crepeau, les deux gardiens du Fury.

Dilemme de gardiens pour le Fury

Le Fury n’a pas seulement perdu ses deux premiers matches de la saison régulière. Il a aussi surtout alloué neuf buts à ses adversaires.

Quatre ont été encaissés à Charlotte contre l’Independence puis cinq, le week-end dernier, aux mains des Rowdies à Tampa. Chaque fois, Callum Irving était devant le filet.

Le même Irving est le seul joueur à avoir participé à tous les matches du Fury en 2017. Les partisans l’avaient choisi le joueur le plus utile de l’équipe.

Mais est-ce que sa séquence de minutes consécutives s’apprête à prendre fin ?

Le nouvel entraîneur-chef Nikola Popovic n’a pas encore décidé qui sera son gardien, samedi, à Pittsburgh. Fera-t-il confiance à nouveau à Irving ou se tournera-t-il vers Maxime Crépeau, prêté au Fury par l’Impact de Montréal ?

« Le personnel d’instructeurs va se réunir. Nous allons prendre la meilleure décision pour l’équipe à court terme, a soutenu Popovic, mercredi, après la séance d’entraînement des siens à la Place TD.

«Il y aura toujours des hauts et des bas durant une saison. Nous allons utiliser les meilleures pièces à notre disposition.»

Irving ne s’est pas caché. «Je n’ai pas une bonne moyenne de buts alloués en ce début de saison, a-t-il avoué.

«Nous avons tous notre part de responsabilité dans ce départ. Je suis le premier à reconnaître que je n’ai pas toujours joué à mon plein potentiel. Ça reste tout de même un sport d’équipe. Il faut tous réfléchir à ce que nous pouvons faire de mieux sur une base individuelle pour aider notre club.»

Non loin de lui, Crépeau attendait son tour pour répondre aux questions du journaliste. Il a disputé sept parties l’an dernier chez l’Impact, dont trois dans la MLS et les quatre autres en championnat canadien.

Le gardien québécois a été impliqué dans une bataille à deux avec Irving durant le camp d’entraînement pour le poste de partant. Le Fury a opté pour celui qui était son meilleur joueur l’an dernier.

Crépeau n’a pas rouspété.

«C’était tout à fait normal. Callum était là la saison dernière. J’ai respecté la décision. Je suis un professionnel. En attendant, je profite de chaque opportunité à l’entraînement pour faire mes preuves. Lorsqu’on va me donner un vote de confiance, je compte bien démontrer que je suis capable de faire le boulot.»

Le numéro 16 s’est bien intégré à sa nouvelle équipe après cinq ans passés à Montréal. Il a retrouvé des visages familiers chez le Fury, dont Maxim Tissot, Nana Attakora, Jamar Dixon et Irving.

Ces joueurs ont été des anciens coéquipiers chez l’Impact ou au sein de l’équipe nationale.

Son ami Tissot l’a notamment invité à prendre le souper chez ses parents à Aylmer durant le camp d’entraînement.

À l’image de ses coéquipiers, Crépeau reconnaît que le Fury espérait un meilleur départ à 2018. «Deux défaites... On ne se le cache pas. Tout le monde dans le vestiaire va reconnaître que ce n’est pas un début de saison facile. C’est inacceptable. On a eu une première claque, puis une deuxième, a-t-il souligné.

«Mais c’est maintenant derrière nous. Nous pouvons juste remonter.»

Après le match à Pittsburgh, le Fury reviendra à Ottawa afin de disputer enfin une première partie locale. Il recevra le North Carolina FC le 21 avril à la Place TD.