Le Fury a pris une avance de 3-2 après 90 minutes contre les Wanderers de Halifax le 10 juillet. La deuxième manche de ce duel des quarts de finale du Championnat canadien sera disputée mercredi soir.

Des Wanderers à achever pour le Fury

Il y a des scénarios plutôt étranges à l’étape des quarts de finale du Championnat canadien de soccer professionnel.

Unique club de la USL inscrit dans la compétition nationale, le Fury d’Ottawa est aussi le seul à avoir gagné son premier match contre son adversaire de la CPL. Montréal et Vancouver, les deux clubs de la MLS largement favoris pour s’affronter en demi-finale, n’ont pu faire mieux que des matches nuls de 2-2 et 0-0 contre le York 9 et le Cavalry de Calgary, deux autres membres de la nouvelle CPL.

Les matches de retour seront tous disputés mercredi soir et le Fury ne tiendra rien pour acquis face aux Wanderers de Halifax qu’ils ont vaincu 3-2 sur leur propre terrain le 10 juillet dernier. Les visiteurs de la Place TD devront marquer au moins deux buts pour espérer passer à la ronde suivante contre le FC Toronto, champion en titre de la coupe des Voyageurs.

L’entraîneur-chef Nikola Popovic s’est montré quelque peu étonné de voir les équipes naissantes de la CPL tenir tête à des clubs de la MLS dans la première manche, mais il s’est inspiré des médias sociaux pour lancer une boutade.

«C’est toujours difficile d’évaluer le niveau de jeu d’une équipe en provenance d’une autre ligue sans l’avoir affrontée. Avec les résultats de la première manche, on peut déjà dire que la CPL est une ligue forte. York 9 a presque battu Montréal. L’Impact a eu besoin d’un but tardif pour sauver la mise, mais si je me fie à ce que j’ai lu sur les médias sociaux, c’est nous qui avons créé la surprise de la première manche... C’est étrange comme raisonnement, mais pour les amateurs, les deux clubs de la MLS étaient favoris, puis il y avait les clubs de la CPL. En dernier, il y avait nous.»

Avance à protéger

Deux buts de Thiago De Freitas et un autre de Maxim Tissot ont pavé la voie à une victoire de 3-2 du Fury dans le premier duel de l’histoire entre une équipe de la USL et une autre de la CPL. Le Gatinois ne pouvait pas demander mieux à son retour à la coupe des Voyageurs. Il n’avait pas encore passé deux minutes sur le terrain qu’il avait déjà marqué son premier but à son deuxième match en un an.

«J’ai noté une forte rivalité entre les clubs des deux ligues. La foule a bien lancé le bal en nous insultant avec leurs chants. En tant que joueur, c’est toujours plaisant de baigner dans une ambiance pareille et de jouer dans un environnement hostile, mais bon, j’ai marqué notre troisième but et la foule a été obligée de se taire», a dit Tissot.

Tantôt défenseur, tantôt sur la ligne centrale et maintenant en attaque, Jérémy Gagnon-Laparé a été un homme à tout faire chez les Fury cette saison. Il a participé à un match très physique à Halifax il y a deux semaines. Il s’attend à encaisser d’autres contacts mercredi.

«Ce sont tellement des matches importants. Dans le championnat canadien, si tu as un mauvais match, il n’y a pas de lendemain. Tu dois attendre à l’année prochaine pour te reprendre. Personne n’a envie d’attendre une autre année. C’est pour ça que les matches sont si intenses. Il n’y a pas de marge de manoeuvre.»

Halifax fatigué

En disputant un quatrième match en deux semaines, Nikola Popovic n’aura pas toutes ses cartes en main. Mour Samb, meilleur marqueur du club avant d’être blessé il y a trois semaines, est parmi les joueurs qui ne seront pas disponibles. Le coach assure qu’il va quand même tout faire pour envoyer ses 11 meilleurs joueurs disponibles sur le terrain.

Au moins, les Wanderers ont été encore plus occupés dernièrement. Ils en seront à un cinquième match en deux semaines. Ils ont perdu les quatre premiers et ils ont eu à traverser le pays au complet, eux qui jouaient à Victoria samedi.

+
UN RECUL POUR MAXIM TISSOT

Dans un monde idéal, l’entraîneur-chef du Fury d’Ottawaaurait inséré Maxim Tissot dans son alignement de départ mercredi soir dans la deuxième manche du Championnat canadien de soccer.

Le Gatinois a effectué un spectaculaire retour à la coupe des Voyaeurs à Halifax il y a deux semaines en marquant le but de la victoire dès sa rentrée dans le match, mais il a également souffert d’un contretemps dans ce même match. Après un duel aérien, il a été ennuyé par une nouvelle blessure en retombant au sol.

Rien de très sérieux, mais c’est quand même une petite blessure qui nécessite des précautions.

Depuis le match de Halifax, Tissot a joué 29 minutes contre Louisville et 27 minutes contre Swope Park. Mercredi, s’il joue, ce sera entre 10 et 15 minutes selon Nikola Popovic.

«Maxim a eu un recul avec sa blessure (au genou). Il n’est pas rendu au point où nous aurions aimé qu’il soit à ce moment-ci. J’aurais aimé lui faire commencer un premier match demain (mercredi), mais il n’est pas prêt, ni près de jouer 90 minutes. Il faut faire attention. Il nous reste encore 20 matches de ligue à jouer. Nous aurons besoin de lui en santé.»

Maxim Tissot portait un bandage au genou gauche à l’entraînement mardi, mais il demeure persuadé de pouvoir amorcer un premier match en août.

«Nous avons convenu de limiter mon temps de jeu pour l’instant. Sur le coup, j’ai eu peur à Halifax. J’ai limité les contacts et les duels par la suite. J’ai eu un recul, mais nous avons identifié la source du problème vendredi. Ce n’est rien de grave. Je peux avoir la conscience tranquille. Ça va mieux maintenant. Je prends soin de mon corps. Nous avons encore trois matches cette semaine, alors il faut diminuer ma charge de travail.»

Ancien membre de l’Impact, Tissot suit avec intérêt ce qui se passe dans les autres matches du championnat canadien. 

Il n’a pas été très surpris de voir les clubs de la CPL tenir tête aux clubs de la MLS dans la première manche, mais il s’attend à ce que les clubs de la meilleure division en Amérique du Nord rebondissent devant leurs partisans mercredi soir.

«Les trois clubs de la CPL ont joué devant leurs partisans dans le premier match. D’après ce que j’ai vécu quand j’étais avec l’Impact, les équipes de la MLS envoient souvent leur équipe B (contre des équipes du niveau inférieur) pour le premier match à l’étranger, d’abord pour reposer des joueurs, puis pour donner la chance à de jeunes joueurs de jouer. Ça met beaucoup de pression sur ces joueurs. Certains ont de la misère à la prendre. Ce n’est pas nécessairement évident d’être inséré directement dans un match comme ça. Je m’attends à ce que les clubs de la MLS gagnent mercredi, mais les clubs de la CPL ont déjà obtenu de bons résultats.»