Le directeur général du Fury, Julian de Guzman

De l’action à prévoir chez le Fury

Le Fury d’Ottawa a eu la frousse juste avant Noël. À un mois de l’ouverture de son camp d’entraînement, la CONCACAF menaçait de ne pas sanctionner sa troisième saison dans la USL en 2019.

L’imbroglio est venu ralentir les négociations du directeur général Julian De Guzman, qui n’a pas annoncé l’octroi de nouveaux contrats en plus d’un mois. Le camp d’entraînement va s’ouvrir le 28 janvier prochain. Pour le moment, le Fury n’a que 10 joueurs sous contrat. Rien d’alarmant selon le DG. Des annonces sont prévues d’ici la fin de la semaine et plusieurs clubs de la USL sont dans la même situation avec une dizaine de joueurs sous contrat.

« Nous avons traversé une période d’incertitude qui a affecté nos partisans, notre personnel, nos joueurs sous contrat et les joueurs avec qui nous sommes en négociations, mais la tempête est passée et tout se replace. Ceux qui croient en notre projet de mettre un club majoritairement canadien sur le terrain sont plus excités que jamais », a expliqué De Guzman au Droit mardi soir.

Comme la CONCACAF semble avoir un penchant pour que le Fury joigne la nouvelle Canadian Premier League avant longtemps, on pourrait croire que les contrats de plus d’un an sont difficiles à négocier pour De Guzman, mais selon lui, ce n’est pas le cas.

« Je regarde encore notre projet comme si nous allions être dans la même ligue pendant deux, trois, quatre ou même cinq ans. Nous voulons que nos joueurs puissent grandir dans cet environnement. Les joueurs et leurs agents sont au courant de notre plan et certains sont toujours séduits par celui-ci. »

L’incertitude qui a plané à un moment crucial de la période de recrutement encouragera le Fury à accentuer son partenariat avec l’Impact de Montréal et même avec les deux autres clubs de la MLS : le Toronto FC et les Whitecaps de Vancouver.

« Nous avons beaucoup de conversations avec les trois clubs en ce moment. On voudrait que 20 à 30 % de nos joueurs nous arrivent en prêts d’une saison comme Thomas Meilleur-Giguère et Maxime Crépeau l’an dernier. On ne veut pas de portes tournantes, mais en même temps, il y a des prêts de courte durée qui peuvent aider tout le monde comme celui de Doneil Henry des Whitecaps l’an dernier. Il a pu se remettre sur pied en attendant d’être prêt et il a aussi aidé notre équipe à grandir. Les clubs de la MLS savent que nous sommes un berceau du soccer canadien maintenant », a ajouté De Guzman.

Enfin, notons que le Fury va passer deux semaines et demie en Floride pendant son camp d’entraînement au lieu d’une semaine comme c’était le cas par le passé.

« Nos joueurs auront la chance de se préparer convenablement pour le calendrier régulier. Nous ne pouvons pas nous permettre de lents débuts de saison comme par le passé. »