L'équipe de Julian de Guzman (à gauche) affrontera le club de réserve des Red Bulls de new York, dimanche après-midi.

De Guzman toujours en quête d'une victoire

Trois matches joués. Un match nul et deux revers. Deux buts marqués, sept buts alloués. Jusqu'à maintenant, l'effet Julian de Guzman ne se fait pas vraiment sentir chez le Fury d'Ottawa.
Les têtes dirigeantes du Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG) ont confié le poste d'entraîneur-chef de façon intérimaire à l'ancien capitaine de l'équipe nationale canadienne, il y a une dizaine de jours. À l'époque, on disait qu'un changement était nécessaire pour le club qui n'est pas assuré de participer aux séries.
Le moment d'agir était parfait, croyait-on. L'équipe s'apprêtait à partir sur la route pour une dizaine de jours.
De retour de voyage, de Guzman tient un discours fort différent.
« Il n'est jamais facile de récolter des points dans le cadre d'un long voyage d'une dizaine de jours », a-t-il déclaré, vendredi midi.
Il a lui-même insisté pour affronter la presse locale. Il a vécu son premier bain médiatique alors que débute un autre gros week-end.
Le Fury occupe présentement le 12e rang dans l'Association Est de la United Soccer League. Une victoire dimanche pourrait leur permettre de se hisser au neuvième rang.
Ils accueilleront justement le club de réserve des Red Bulls de New York, qui détient actuellement la neuvième position.
« Ce sera un match d'une importante massive, affirme de Guzman. Les gars sont contents d'être finalement rentrés à la maison. Les 10 derniers jours ont été plutôt intenses, sur la route. On pouvait clairement le voir, dans notre dernier match. La fatigue commençait à se faire sentir. En deuxième demie, les gars ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour revenir. Ils ont  montré leurs vraies couleurs. Ils ont simplement manqué de temps. »
Julian de Guzman n'oserait pas dire que le voyage n'a servi à rien.
« Ce voyage nous a permis de passer beaucoup de temps ensemble. Nous avons connu quelque chose qui ressemblait à un mini camp d'entraînement. »
Il n'a pas nécessairement profité du temps passé dans les hôtels pour rencontrer tous ses joueurs de manière individuelle. « Nous n'avions quand même pas tellement de temps à notre disposition entre nos matches. »
« Nous avons hâte de passer une semaine à la maison. Ça va nous donner la chance d'organiser des rencontres. Nous allons prendre le temps de parler avec tout le monde. Nous voulons que les gars prennent le temps de s'amuser. »
Rozeboom cas douteux
Le nouveau coach a noté des signes d'amélioration lors des arrêts de sa troupe à Orlando, à Tampa ainsi qu'à Cincinnati. Dans toutes ces rencontres, le Fury a dominé ses adversaires au chapitre des lancers au but.
« Ça s'en vient, assure-t-il. Nous avons plus de lancers que nos adversaires. Nous gagnons aussi la bataille de la possession. Tout cela est superbe. Maintenant, il nous en faut juste un peu plus. Il faut aussi obtenir des résultats. »
Dans le récent voyage, le Fury a été privé de son capitaine. Le milieu de terrain Lance Rozeboom était indisposé par une blessure. En son absence, l'attaquant Carl Haworth a porté le brassard.
Selon toute vraisemblance, ce membre important de l'équipe ne sera pas de retour au jeu à domicile, pour le match de ce week-end. « Nous sommes en discussion. Rien n'est confirmé. Nous continuons à discuter avec notre personnel médical. Nous souhaitons qu'il revienne au jeu très rapidement, mais nous n'avons pas fixé la date exacte. »