Julian De Guzman aura l'occasion de saluer ses partisans correctement en sortant de sa retraite mercredi.

De Guzman sort de la retraite

L'organisation du Fury d'Ottawa a cru bon d'offrir un premier match contre l'Impact de Montréal à ses partisans à la Place TD mercredi soir.
Comme si ce cadeau n'était pas suffisant, l'équipe a annoncé que son ancien capitaine, Julian De Guzman, sortirait de sa retraite l'instant d'un soir pour saluer ses partisans une dernière fois.
Le Fury attend plus de 7000 spectateurs pour la visite du club de la MLS mercredi soir. La présence de Julian De Guzman, membre de l'équipe canadienne le plus titularisé sur la scène internationale, ajoutera au piquant de la soirée. Meilleur joueur de l'histoire du soccer canadien, De Guzman a évolué dans les meilleures ligues européennes lorsqu'il était au sommet de son art.
Âgé de 36 ans, il a terminé sa carrière en disputant ses deux dernières saisons avec le Fury d'Ottawa. Blessé plus souvent qu'à son tour en 2016, il avait choisi d'accrocher ses crampons en janvier sans avoir eu la chance d'effectuer un dernier tour de piste devant ses partisans. Il fait maintenant partie de l'équipe d'entraîneurs du Fury, mais il s'est mis à s'entraîner avec les réguliers de l'équipe récemment en prévision d'un retour au jeu dans le match amical contre l'Impact.
« Paul Dalglish (l'entraîneur-chef) avait mis cette idée sur la table au début de la saison quand ce match contre l'Impact était en train de se dessiner, puis le sujet a été mis sur les tablettes. Récemment, il s'est mis à m'en parler à nouveau. Je me suis dit pourquoi pas ? Je suis prêt à faire ce qu'il faut pour aider le club à divertir nos partisans ou pour aider à mousser la popularité du soccer canadien. Ça va toujours rester un honneur et un plaisir pour moi », a dit celui qui s'attend à entrer en scène dans la deuxième demie du match amical où la majorité des joueurs verront de l'action.
Le milieu de terrain ne veut toutefois pas créer de faux espoirs à ses admirateurs. Ce match contre l'Impact ne représente pas la première étape vers un retour au jeu permanent.
« En raison de la position que je jouais, j'ai assez couru pendant ma carrière ! Ce n'est pas en m'entraînant pendant quelques semaines que je pourrai jouer assez bien pour entretenir l'idée de revenir au jeu. Nos entraînements sont assez intenses. Ça ne me manque pas ! J'apprécie mon repos. Mon objectif, à long terme, est de devenir un entraîneur plus efficace. »
Celui que l'on surnomme « Capitaine Canada » a également trouvé difficile d'annoncer sa retraite au beau milieu de l'hiver après avoir raté la fin de saison du Fury. L'idée de jouer une dernière fois devant la foule de la Place TD lui plaisait.
« J'ai terminé ma carrière ici. Ottawa occupera toujours une place spéciale dans mon coeur. C'est devenu ma ville d'adoption. J'ai hâte de jouer ce match contre une équipe de la MLS. Mes coéquipiers aimeraient me taquiner parce que je serai le plus vieux joueur sur le terrain, mais ils pourront le faire seulement si je me plante. Je n'ai pas l'intention que ça se produise ! »
À titre de joueur, De Guzman aura eu la chance d'offrir une victoire au Fury contre les Whitecaps de Vancouver en 2016. Comme entraîneur, il a vu son équipe vaincre le FC Toronto en 2017.
« C'est toujours bien d'offrir un match contre une équipe de la MLS à nos partisans. Ce match contre l'Impact leur permettra de voir un troisième club de la MLS à Place TD et je suis content de pouvoir faire partie du spectacle. »
Match offensif à prévoir
Bien malin, celui qui pourra prévoir le dénouement de la première visite de l'Impact de Montréal à Ottawa.
Ce duel entre le club de la MLS et celui de la USL ne comptera pas au classement. Il n'aura aucun impact dans le championnat canadien. Il n'y aura aucune limite aux nombres de changements que pourront effectuer les entraîneurs.
Chez le Fury, l'entraîneur-chef Paul Dalglish a déjà manifesté son intention d'accorder du temps de jeu à tous ses joueurs en santé. Il reposera cependant le gardien Callum Irving et son capitaine Lance Rozeboom, deux joueurs qui ont disputé beaucoup de minutes cette saison. Carl Haworth, qui revient à peine au jeu, pourrait aussi profiter d'une journée de congé.
L'Impact, lui, débarquera dans la capitale avec 18 joueurs. Même s'il compte lancer quelques bons éléments dans la mêlée pour le plaisir des partisans ottaviens, l'Impact sera privé de son meilleur attaquant, Ignacio Piatti (blessé) ainsi que de Patrice Bernier et Anthony Jackson-Hamel qui représentent le Canada à la Gold Cup.
« Ce match est surtout une célébration du partenariat entre les deux clubs. Montréal nous a prêté quatre joueurs cette année. Quand il n'y a rien à l'enjeu et que les joueurs n'ont pas à craindre de faire des erreurs, ils peuvent démontrer l'étendue de leurs habiletés. Le jeu pourrait s'ouvrir, particulièrement en deuxième demie, car j'ai l'intention de commencer la première demie avec mes joueurs réguliers et offrir du temps de jeu aux autres en deuxième moitié », a indiqué Dalglish.
Chez l'Impact, le défenseur aux citoyennetés canadienne et française Wandrille Lefèvre affirme que le 11 Montréalais s'amène à Ottawa avec une approche sérieuse.
« C'est un match important pour nous. Ça ne sera pas un match de gala. Nous avons eu un calendrier chargé, mais nous avons une petite pause maintenant avec l'arrêt international. Nous ne sommes pas où nous voulons être au classement. Les résultats ne sont pas là. Nous voulons gagner pour bien commencer notre deuxième moitié de saison. »
Lefèvre aime aussi la saveur canadienne du duel. « Nous connaissons les joueurs de notre organisation à Ottawa, mais il y en a d'autres que nous avons connus avec le programme national. C'est sympathique. Nous n'avons pas l'habitude d'être vus par le public d'Ottawa et nous voulons jouer un rôle de pionnier pour promouvoir le soccer canadien. Si nous pouvons donner le goût à leurs partisans de venir nous voir à Montréal, tant mieux. »