Maxime Crépeau pourrait être de retour avec l’Impact de Montréal l’an prochain, mais il voudra obtenir du temps de jeu et pense qu’il pourrait plutôt être échangé à une autre équipe de la MLS.

Crépeau s’attend à être échangé

Le Fury d’Ottawa n’a peut-être pas atteint son objectif de prendre part aux séries éliminatoires de la USL en 2018, mais son «projet canadien» a tout de même servi la cause de huit joueurs québécois cette saison.

La majorité d’entre-eux ont été prêtés par l’Impact de Montréal, mais personne n’aura eu autant d’impact à Ottawa que Maxime Crépeau. Le gardien de 24 ans a inscrit une nouvelle marque de la USL avec ses 15 blanchissages. Les chances de le revoir à Ottawa la saison prochaine sont minces.

Plus jeunes, deux autres joueurs clés ne diraient pas non à un retour à la Place TD en 2019. Le défenseur Thomas Meilleur-Giguère a connu la progression la plus fulgurante chez le Fury alors que Jérémy Gagnon-Laparé a profité de son arrivée à la mi-saison pour obtenir de précieuses minutes de jeu.

Étrangement, le Fury s’entraînera encore pendant deux semaines malgré son élimination des séries. Maxime Crépeau suait encore à grosses gouttes lorsque Le Droit l’a rencontré mardi avant-midi.

Il était soulagé de ne pas avoir à partager son record de blanchissages avec Matt Pickens (14 blanchissages), qui a accordé trois buts à son dernier match de la saison dimanche, au lendemain de la défaite du Fury.

«Je souhaite maintenant que le record tienne un bon bout, mais les records sont faits pour être battus. Je suis fier de ce record et de mes coéquipiers qui ont travaillé devant moi. Nous avons blanchi l’adversaire une fois sur deux. C’est beaucoup. C’est juste dommage que nous n’ayons pas été capables de nous qualifier pour les séries avec 15 jeux blancs. Mon objectif était de donner une chance à l’équipe de gagner. C’est sécurisant pour les attaquants de savoir qu’il y a une bonne défensive derrière.»

Maxime Crépeau attend des nouvelles pour la suite de sa carrière d’ici le 8 décembre. L’Impact a encore une année d’option sur son contrat et devra prendre une décision d’ici là.

«Ils peuvent me ramener, m’échanger ou me soumettre au ballottage, mais je n’attends pas de nouvelles d’eux prochainement. Ils sont engagés dans une course aux séries. Ils doivent d’abord se concentrer sur leur fin de saison. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Au soccer, ça chage vite, mais mon feeling c’est que je serai échangé ailleurs dans la MLS», a expliqué le joueur le plus utile au Fury en 2018.

L’Europe demeure envisageable, mais Crépeau aurait besoin de devenir joueur autonome pour quitter l’Amérique.

«Mon objectif sera de jouer au plus haut niveau possible. Mes statistiques m’ont fait connaître dans la USL et c’est une bonne carte de vente pour la MLS aussi. C’est possible que Montréal garde mon option et me renvoie à Ottawa, mais je ne pense pas que ça va se produire. J’ai connu une grosse saison. J’ai aimé mon année à Ottawa. Ma priorité, c’est d’aller vers l’avant.»

Meilleur-Giguère

Thomas Meilleur-Giguère est plus jeune à 20 ans. Après avoir participé à seulement quatre matches en 2017, il a été employé dans 27 matches avec 2399 minutes de jeu en 2018.

«L’an dernier, j’ai gagné en maturité à l’extérieur du terrain. Cette année, j’ai grandi comme joueur. Je vais toujours me rappeler de cette saison de rédemption. Il me reste une autre année garantie avec l’Impact. Après, ils auront une option. Je suis réaliste pour l’an prochain. J’aime mieux jouer beaucoup. Le plus jeune défenseur central de la MSL à avoir pris part à plus de 50 % des matches de son équipe cette année avait 24 ans. Je m’en vais dans la bonne direction. J’ai apprécié mon année. Si on m’offre de revenir à Ottawa, je vais le faire avec plaisir.»

Gagnon-Laparé

Quant à Jérémy Gagnon-Laparé, il s’est dit comblé par son deuxième séjour à Ottawa. Il était ici en 2015 quand le club s’était rendu en finale de la NASL.

«Les gars m’ont intégré à l’équipe rapidement même s’il y avait déjà une hiérarchie de créée. J’ai joué plus que je ne l’aurais pensé. Le retour à Ottawa était le scénario idéal pour moi cette année. J’avais besoin d’un environnement pour progresser rapidement et c’est ce que je rechercherai l’an prochain.»