Maxime Crépeau réagit après avoir gagné deux de ses trois trophées au gala de fin de saison du Fury d’Ottawa jeudi soir à la Place TD.

Crépeau rafle tout, Tissot confiant pour l’avenir

Nouveau détenteur du record de blanchissages dans la USL, le gardien Maxime Crépeau a raflé la moitié des trophées au gala de fin de saison du Fury d’Ottawa jeudi soir à la Place TD.

Grâce à ses 15 jeux blancs en 31 matches, le Québécois a mis son nom sur les trophées du joueur le plus utile à l’équipe, du joueur par excellence choisi par les partisans et du meilleur nouveau venu de la saison 2018.

Son partenaire David Monsalve a été reconnu pour son engagement communautaire. Le défenseur Thomas Meilleur-Giguère a hérité du titre du meilleur joueur de moins de 23 ans alors que Steevan Dos Santos et Tony Taylor ont partagé le trophée décerné aux meilleurs compteurs avec cinq buts.

« Ça fait chaud au cœur. Je ne m’attendais pas à recevoir trois prix ce soir. C’est tellement un sport d’équipe. Le gardien reçoit le mérite à cause des statistiques, mais j’ai toute une équipe qui a accepté de souffrir devant moi. L’année 2018 a été charnière pour moi. En janvier, je n’avais aucune idée où ma carrière s’en allait. J’avais tout à prouver. Ma saison à Ottawa m’a ouvert des portes pour la suite des choses », a raconté le gardien de 24 ans, prêté au Fury par l’Impact de Montréal cette saison.

C’était la dernière réunion du club avant que chacun parte de son côté. Plusieurs ne seront pas de retour. La direction a d’ailleurs annoncé cette semaine le départ de 15 de ses 25 joueurs. La moitié d’entre eux étaient des joueurs en prêt d’équipes de la MLS. Six joueurs de l’édition 2018 sont assurés de revenir en 2019 alors que le directeur général Julian De Guzman négocie avec cinq autres joueurs, dont le capitaine Carl Haworth, afin de les ramener la saison prochaine.

Le Gatinois Maxim Tissot fait partie du noyau retenu par la direction. Malgré les nombreux départs, il se dit optimiste pour la prochaine saison.

« Quand on voit 15 joueurs partir, c’est un choc, mais la moitié de ceux-ci étaient ici en prêt. Le Fury n’a pas de contrôle là-dessus même si je pense que certains vont revenir. En Amérique du Nord, ça bouge beaucoup pendant la saison morte. Si je me rappelle bien, Cincinnati n’a gardé que huit joueurs de sa dernière saison et ils ont fini premiers cette année. J’ai confiance au plan de Julian De Guzman et Nikola Popovic (entraîneur-chef). Ils ont hérité de quelques joueurs de l’ère Paul Dalglish. Ils pourront construire un club à leur identité. »

Blessé presque toute la saison, Tissot a bien imagé la situation du Fury à la veille de l’ouverture d’une autre période de transferts.

« Julian a dit qu’il voulait ramener 40 % du club. On peut dire que ça équivaut à un 11 partant. Il va se concentrer là-dessus, mais je sais aussi que son projet d’équipe canadienne commence à attirer l’attention ailleurs dans le monde. »