Le gardien du Fury, Maxime Crépeau, poursuit son sensationnel début de saison.

Crépeau poursuit sa magie

Un autre match du Fury, un autre jeu blanc de Maxime Crépeau. Mais surtout deux arrêts spectaculaires, coup sur coup, lors d’un tir de pénalité.

Une séquence impliquant le gardien québécois qui a été diffusée un peu partout. Que ce soit au petit écran ou sur les médias sociaux.

Ça se passait samedi soir en Caroline du Sud. Plus précisément contre le Battery de Charleston.

Crépeau a glissé à sa gauche à la 50e minute pour repousser le tir initial pris par Ataula Guerra. Puis il a sorti la jambe droite pour stopper le rebond redirigé par Nicholas Rittmeyer.

Deux arrêts qui ont permis au Fury de revenir à la maison avec la nulle de 0-0 et demeurer invaincu dans une quatrième partie consécutive.

« Ce fut un moment marquant du match », a avoué Crépeau, lundi, avant l’entraînement du Fury à la Place TD.

« Mais comme je dis depuis le début de la saison, mon rôle est de garder le match à zéro. L’équipe joue super bien devant moi. On a un beau bloc quand on est en bas du terrain. Les chances de marquer sont rares. Puis lorsqu’il y a un penality comme ça, je dois répondre. C’est dans mes mains. »

Et jusqu’ici, l’athlète de Greenfield Park, qui a été prêté au Fury par l’Impact de Montréal, ne déçoit pas. Il a blanchi l’adversaire lors des 373 dernières minutes de jeu.

Crépeau, 23 ans, dit avoir réagi « instinctivement » sur le tir de pénalité.

Habituellement, les gardiens du Fury vont passer en revue des vidéos des tireurs de l’équipe adverse avant une partie.

« Mais Charleston n’a eu aucun penality depuis le début de la saison. Je me suis fié à mes instincts », a-t-il raconté.

Ce dernier s’est aussi rappelé que Guerra s’était pointé devant lui quelques minutes auparavant.

Qu’il avait tenté une frappe à la gauche du gardien.

Puis il y avait le non verbal de l’attaquant du Battery.

« Je le regardais dans les yeux (avant le tir de pénalité) et il regardait vers le bas. J’avais l’impression qu’il s’en allait là », a relaté Crépeau, qui ne s’est pas trompé.

Ses coéquipiers ont tous défilé afin de le féliciter après ces deux arrêts. C’est sans compter les appels et courriels reçus après le match.

« J’ai eu beaucoup de messages de félicitations », a confirmé la nouvelle coqueluche du Fury.

« À la fin de la journée, on sort de là-bas avec un match nul. Je suis content qu’on a pu ramener un point à la maison (...) Notre préoccupation numéro un, c’est le classement. Il faut accumuler des points. »

Le Fury occupe le 14e rang avec une fiche de 2-4-3.

Charleston, lui, flirte avec le sommet. Tout comme le prochain adversaire à débarquer vendredi à Ottawa, le Steel FC de Bethlehem (4-4-2), qui se trouve en cinquième position.

Cette partie aura lieu pour une rare fois en soirée à la Place TD.

« J’ai hâte. Habituellement, nous jouons les samedis à 14h », a rappelé Maxime Crépeau.