Lors de la première édition de la Coupe CapCity, plus de 6000 spectateurs avaient assisté au match amical entre le Fury d'Ottawa et l’Impact de Montréal.

Coupe CapCity: Ricci jouera-t-il pour le Fury ou pour l'Impact?

Un « gros » match amical est inscrit à l’horaire du Fury d’Ottawa, la semaine prochaine.

L’Impact de Montréal sera en ville, mardi, pour prendre part à la deuxième édition de la Coupe CapCity. On se souvient que le trophée, acquis l’an dernier par l’Ottawa Sports and Entertainment Group, est devenu le symbole d’une célébration annuelle du soccer dans la capitale.

Bref, le match amical s’en vient et c’est une très bonne nouvelle pour Luca Ricci.

Le milieu de terrain italo-montréalais disputera, enfin, un premier match sur la pelouse de la Place TD.

À 21 ans, il a signé un contrat avec le Fury durant la saison morte. Depuis, il attend son tour.

« Je comprends que d’autres joueurs, qui sont plus âgés et expérimentés que moi, jouent bien en ce moment », dit-il, faisant preuve d’une certaine maturité.

On le sent quand même fébrile, quand il parle du défi à venir. « Je vais jouer dans la Coupe CapCity. On me l’a dit. »

On ne sait cependant pas quel maillot Ricci portera.

Dans le bulletin de nouvelles Sports 30, à RDS, on affirmait cette semaine que Rémi Garde risque d’emprunter « un ou deux » joueurs au Fury pour cette rencontre.

Ricci a été formé à l’Académie de l’Impact de Montréal. Il a quitté la métropole pour une première fois dans la USL, l’an dernier. Il a côtoyé Didier Drogba au sein du Phœnix Rising FC.

Il n’a jamais complètement rompu les liens avec le club favori de son enfance.

Aux prises avec quelques blessures, Garde l’a même rappelé à titre de police d’assurance, il y a une dizaine de jours. Il a regardé le match opposant l’Impact aux Sounders de Seattle depuis le banc de touche du stade Saputo, le 5 juin.

« Ils m’avaient dit que je devais être prêt. On ne sait jamais comment les choses évoluent. L’Impact n’a pas énormément de profondeur à ma position. »

« Heureusement pour l’équipe, malheureusement pour moi, le match a pris une certaine direction. On n’a pas eu besoin de mes services. »

Ricci n’était pas trop déçu de la tournure des événements. Ce gamin qui était un habitué du stade Claude-Robillard et qui portait un maillot de l’Impact du temps de la USL a quand même réalisé un rêve.

« Ma mère, quand je lui ai annoncé que je montais, elle pleurait déjà », raconte-t-il.

Il sera heureux d’obtenir sa première chance de jouer en 2019, mardi. « Je suis fort, techniquement. Défensivement, je suis agressif. Je donne beaucoup de qualités, je pense, des deux côtés du ballon. »

Memphis d’abord

Avant de penser à l’Impact, le Fury devra composer avec le Memphis 901 FC.

Le club d’expansion visitera la Place TD pour la toute première fois de son histoire, samedi.

Le club, qui appartient à l’ancien gardien de l’équipe nationale américaine, Tim Howard, a remporté seulement deux de ses 13 premiers matches.