Meilleur-Giguère et ses coéquipiers affronteront Nashville ce week-end.

Coupe CapCity: le Fury a soif de défis

Ce sera un match amical... mais pas complètement.

L’Impact de Montréal sera de retour à la Place TD, à la fin de l’été. Pour une deuxième année consécutive, le club québécois de la MLS croisera le fer avec son club affilié de deuxième division, le Fury d’Ottawa.

Ce match sera disputé le vendredi 7 septembre, en soirée.

L’été dernier, le grand club avait eu le dessus. Au terme d’un match assez chaudement disputé, les visiteurs l’avaient emporté, 1-0.

Cette fois, le Fury aura une deuxième bonne raison de viser un résultat différent. Un trophée sera mis à l’enjeu. Les dirigeants du Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG) ont annoncé, vendredi, la création de la Coupe CapCity.

Elle sera décernée pour la première fois au terme du choc Montréal-Ottawa. Elle devrait être remise à l’enjeu, une fois par an, contre un autre club que le Fury accueillera dans le cadre d’un match gala.

«Nous pensons que c’est une belle façon de célébrer le soccer à Ottawa, explique le directeur général du club, Julian De Guzman. L’idée, c’est de permettre aux gens d’ici de venir au stade, une fois par année, pour savourer le calibre de soccer qu’on voit en MLS. Qui sait? Dans les prochaines années, on pourrait profiter de cet événement pour inviter des clubs qui proviennent d’autres coins de la planète!»

À sa toute première saison, en 2014, le Fury avait affronté un club écossais, les Rangers de Glasgow, dans un match amical. Plus de 8500 personnes s’étaient déplacées dans le Glebe, un soir de semaine, en juillet, pour voir ce mythique club qui a remporté plus de 50 titres nationaux.

Les visiteurs avaient infligé un autre revers de 1-0 au jeune club qui était alors dirigé par Marc Dos Santos.

«J’ai participé à des matches amicaux internationaux durant ma carrière de joueur. C’est quelque chose qu’on voit souvent dans d’autres coins du globe. Je crois que des événements du genre peuvent vraiment aider à développer le soccer, comme sport, dans notre pays», complète De Guzman.

Selon le projet qui a été présenté vendredi, l’OSEG compte profiter du match du 7 septembre pour rendre hommage à des gens qui oeuvrent sur la scène régionale du soccer.

On pourra soumettre les candidatures des «héros locaux», en ligne, prochainement.

Double revanche

La Coupe CapCity a été placée à un drôle d’endroit, dans le calendrier. 

Le 7 septembre, l’Impact se trouvera au beau milieu d’une semaine de relâche.

Le Fury n’aura pas cette chance. La veille, il sera à Toronto, pour un match de saison régulière face au club de réserve du Toronto FC.

Dans leur cher «Projet canadien», De Guzman et son entraîneur-chef, Nikola Popovic, ont réuni à Ottawa une bonne demi-douzaine d’anciens joueurs de l’Impact. Maxime Crépeau, Jérémy Gagnon-Laparé, Thomas Meilleur-Giguère, Jimmy Shammar-Sanon, Maxim Tissot et Gabriel Balbinotti ont tous déjà porté le maillot bleuc, blanc et noir.

Pour se retrouver dans la capitale fédérale, ils ont tous été tassés, à un moment ou un autre.

Cet affrontement doit donc avoir une saveur particulière, pour eux.

«C’est une autre occasion de nous prouver, acquiesce Crépeau. Une saveur particulière? Oui et non. Oui, parce qu’on vient de là. C’est toujours de jouer contre des visages familiers. Non, parce que ce sera un match comme les autres. Un match amical, en plus.»

«Ce match nous donnera quand même une autre opportunité de prouver que la différence de calibre entre la MLS et la USL est vraiment minime», dit pour sa part Meilleur-Giguère.

«Nous l’avons déjà démontré, cette semaine, dans le Championnat canadien. Il ne faut pas avoir de montrer ce qu’on peut faire.

+

MEILLEUR-GIGUÈRE NE CÈDE PLUS SA PLACE

Avant de penser à l’Impact ou même au prochain duel du Championnat canadien contre le Toronto FC, le Fury doit revenir dans le moment présent. Un match de ligue sera disputé sur la pelouse de la Place TD, samedi soir. Un rival direct dans la course aux séries éliminatoires, le Nashville SC, sera de passage.

On présume que Thomas Meilleur-Giguère fera partie du XI Partant.

Il est difficile, ces jours-ci, d’imaginer le Fury sans Meilleur-Giguère en défensive. Le Québécois de Repentigny arrive au septième rang en ce qui a trait aux minutes jouées. Il est devenu un des hommes de confiance de l’entraîneur-chef Nikola Popovic.

C’est un exploit, quand on considère qu’il a passé presque toute la saison 2017 sur les lignes de côté.

« Thomas, c’est avant tout un joueur qui montre l’exemple », affirmait le directeur général Julian De Guzman, vendredi.

« Même l’an dernier, quand il n’obtenait pas de minutes, il était un modèle à suivre. Son histoire, c’est l’histoire parfaite à raconter à tous les jeunes professionnels qui cherchent à débuter leur carrière. Il a toujours été patient. Il n’a jamais arrêté de se battre. Il a toujours cru en son potentiel. Tout le monde peut voir le résultat, aujourd’hui. Thomas peut être fier de lui. »

En réalité, Meilleur-Giguère doit ce revirement de situation à Nikola Popovic. À son arrivée en poste, vers la fin de l’hiver, le jeune entraîneur serbe ne connaissait pas trop les joueurs qui étaient à sa disposition. Il a vite été impressionné par l’ardeur et l’acharnement démontré par certains dans les séances d’entraînement.

« Il me disais que je travaillais bien. Il me félicitait pour mon attitude. Il me disait qu’en continuant ainsi, je finirais par obtenir ma chance », raconte le joueur.

Tous les entraîneurs sont capables de faire de belles promesses.

Tous les entraîneurs ne sont cependant pas capables de les respecter...

« Nikola a tout mon respect, affirme aujourd’hui Meilleur-Giguère. Le monde du foot, c’est assez petit. Il va peut-être diriger une autre équipe, un jour. Je ne serai jamais fermé à l’idée de jouer pour lui. »

Le Québécois a fait le plein de confiance dans les derniers mois. Il s’est aussi amélioré à différents égards, d’un point de vue technique.

« Mon jeu aérien est meilleur, croit-il. Je crois que j’ai aussi amélioré mon temps de réaction. Dans les premiers matches, je trouvais que les adversaires arrivaient vite. Je me suis habitué, depuis. »

Bonne défensive

Meilleur-Giguère et ses coéquipiers affronteront une équipe qui se cherche, ce week-end. Nashville a démontré de belles choses, avec une séquence de 11 parties sans défaites, plus tôt cette saison. Ils présentent une fiche d’une victoire, trois défaites et une nulle à leurs cinq dernières sorties.

Pour gagner cette partie, le Fury devra toutefois se montrer très prudent et conservateur. Nashville a concédé seulement 11 buts, cette saison. Dans toute la USL, seuls les Riverhounds de Pittsburgh ont fait mieux.