L’Haïtien Christiano François se réjouit de jouer pour une équipe canadienne dans la USL.

Christiano François choisit le Canada

L’hiver de Christiano François s’annonce plutôt joyeux, merci.

Pour plus d’une raison.

L’ailier de 25 ans s’apprête à quitter son domicile, aux États-Unis, pour se rendre à Haïti. Là-bas, il retrouvera ses parents, qu’il n’a pas vu depuis 2012.

À la fin du mois de janvier, il réalisera son rêve de vivre au Canada. Le Fury d’Ottawa vient d’acheter son contrat à un club rival de la United Soccer League, les Riverhounds de Pittsburgh.

En 2019, en tant qu’ailier, il tentera de relancer une attaque qui a éprouvé des difficultés à marquer des buts.

«À la fin de la dernière saison, j’ai décidé qu’il était temps de rompre les liens avec Pittsburgh. Il était temps, pour moi, de trouver un nouveau domicile. Je l’ai dit à mon agent. Plusieurs équipes étaient intéressées à racheter mon contrat. Je trouvais l’idée d’évoluer à Ottawa particulièrement intéressante», a-t-il expliqué, lundi, dans un entretien téléphonique.

«Je n’ai pas de famille au Canada, mais on me dit que j’aurai la chance de jouer devant plusieurs partisans haïtiens là-bas. En plus, j’ai visité le Vieux-Québec, en vacances, en 2017. Je suis rapidement devenu amoureux de votre pays.»

François a quitté son pays natal à l’adolescence, peu de temps après le tremblement de terre destructeur de 2010. Son talent lui ouvrait des portes. Il a passé deux années dans un prep school du New Jersey avant de se joindre aux Terrapins du Maryland, dans la NCAA.

Dans les rangs professionnels, il a d’abord tenté sa chance du côté de la MLS, avec DC United. Il a passé deux saisons au Portugal avant de rentrer en Amérique du Nord en 2017.

Il a passé les deux dernières campagnes en USL. Les Riverhounds lui ont donné beaucoup d’espace, en 2018, l’utilisant dans 32 parties. Il a marqué quatre buts en plus d’enregistrer cinq passes payantes.

«Il a de belles qualités que nous recherchions chez un ailier. Il peut marquer, il peut créer et sa capacité à affronter des joueurs est l’une des meilleures que vous puissiez trouver dans le Championnat USL. C’est exactement ce que nous recherchons chez un jouant pouvant faire une différence pour ce club», a fait valoir le directeur général du Fury, Julian de Guzman, dans un communiqué.

Hâte au camp

Le camp d’entraînement du Fury prendra son envol à la fin du mois de juillet. François semble déjà très enthousiaste.

«Je serai franc avec vous. Je crois que je peux en faire beaucoup plus, dit-il. Je suis très confiant. Le niveau de jeu dans la USL augmente chaque année. J’ai l’impression que je peux m’améliorer aussi.»