En 2018, comme en 2017, les Ottaviens étaient privés de leur capitaine. Parce qu’il était blessé, Carl Haworth a été obligé de regarder tous les matches depuis les lignes de côté.

Cette fois, le Fury aura Haworth

On ne sait pas trop si la troisième fois sera la bonne pour le Fury d’Ottawa.

On sait cependant que la troisième fois sera la bonne pour Carl Haworth.

Tout est en place pour la demi-finale du Championnat canadien de soccer.

Pour une troisième fois en autant d’années, les deux principaux clubs professionnels de l’Ontario croiseront le fer. Le premier match de la série sera disputé sur la pelouse de la Place TD, mercredi soir.

On se souvient de ce qui s’est passé lors des deux dernières années. En 2018, comme en 2017, les Torontois l’ont assez facilement emporté.

En 2018, comme en 2017, les Ottaviens étaient privés de leur capitaine. Parce qu’il était blessé, Haworth a été obligé de regarder tous les matches depuis les lignes de côté.

Cette fois, Haworth est en santé. Il est prêt à en découdre.

« C’est excitant », a déclaré le joueur, à quelques heures de l’affrontement.

« J’ai vécu des heures frustrantes, sur les lignes de côté, ces dernières années. C’est pourquoi je suis fébrile. Je crois que ce sera un moment marquant dans ma carrière. J’ai hâte au premier match, mais j’ai surtout hâte au deuxième match qui sera disputé à Toronto », a-t-il immédiatement ajouté.

Haworth rêve au match retour pour deux raisons.

D’abord, parce qu’il aura l’occasion de jouer devant de nombreux parents et amis.

Ensuite, parce qu’il s’agira d’un match crucial dans la jeune histoire de son club.

En 2017, le Fury a réussi à vaincre le Toronto FC à la maison. Il s’est ensuite incliné par quatre buts, sur la route.

Scénario similaire, un an plus tard. Le Fury s’est bien défendu à la maison. Il s’est incliné par un seul but. Une fois de plus, il n’a pas été de taille lors du match disputé au BMO Field.

« Toutes les équipes qui vont nous affronter sur notre terrain auront du fil à retordre, croit Haworth. Nous sommes très durs à battre lorsque nous sommes à la maison. Personne ne devrait être surpris de nous voir obtenir de bons résultats contre des clubs de la MLS quand nous sommes à la maison. »

« Le défi, pour nous, sera de connaître deux très bons matches contre Toronto. Il faudra maintenir un haut niveau de performance pendant 180 minutes. »

Différents facteurs ont permis au Fury de connaître du succès, à domicile, contre des clubs jugés plus forts.

Le FC Toronto n’a pas l’habitude de traîner ses meilleurs joueurs lors de ses déplacements à Ottawa.

Ça pourrait être de nouveau le cas, cette année.

Le club se remet lentement de son dernier match de saison régulière. Il a encaissé un revers de 2-0, samedi dernier, contre les Red Bulls de New York.

On présume que les piliers Jozy Altidore, Michael Bradley, Laurent Ciman, Jonathan Osorio et Alejandro Pozuelo seront laissés de côté.

On dit aussi que le gardien titulaire, Quentin Westberg, obtiendra une soirée de congé.

« On se fiche un peu des joueurs qui composeront leur formation. On parle ici d’un club de la MLS. Même leurs joueurs les moins bien payés touchent un salaire supérieur à nos vedettes. Le Toronto FC sera tout aussi redoutable s’il utilise ses réservistes », croit Haworth.

Les supporters du Toronto FC ont presque fait autant de bruits que les joueurs, l’an dernier, en allumant un incendie dans les gradins de la Place TD en deuxième demie du match à Ottawa.

Cette année, les fans du club visiteur seront déplacés dans une autre section où ils seront isolés, loin des partisans du Fury.