Le gardien de but du Fury, Maxime Crépeau, a remporté le titre de gardien par excellence de la United Soccer League.

Autre honneur pour Crépeau

Maxime Crépeau était un homme occupé dans sa chambre d’hôtel des Caraïbes à St-Kitts-et-Nevins lundi soir.

Fraîchement installé avec l’équipe nationale canadienne en prévision d’un match de la Ligue des Nations de la CONCACAF le 18 novembre, le gardien du Fury d’Ottawa devait répondre à une tonne de messages de félicitations.

Plus tôt durant la journée, le gardien de 24 ans avait été décoré du titre du gardien par excellence de toute la United Soccer League. Au scrutin des entraîneurs et des membres des médias de toutes les équipes de la USL, il a devancé Josh Cohen du Sacramento Republic et Matt Pickens du Nashville SC.

«Les messages n’arrêtent pas de rentrer ! C’est très apprécié et j’essaie de répondre à tous maintenant. C’est un autre bel honneur à ajouter à mon curriculum vitae et j’espère que ça va me permettre de faire avancer ma carrière.»

Prêté par l’Impact de Montréal pour la saison 2018, Crépeau a raflé trois honneurs individuels de fin de saison du Fury, dont le titre du joueur le plus utile. Par la suite, il a été choisi dans l’équipe d’étoiles de la USL. Lundi, son record de 15 blanchissages a fait basculer le vote populaire en sa faveur pour le titre du gardien de l’année.

Le record précédent de la ligue était de 13 jeux blancs. Crépeau a réussi à ajouter deux blanchissages à cette marque. Il a réalisé l’exploit en 31 matches, soit en blanchissant ses adversaires presque une fois sur deux. Le Québécois a arrêté 82 lancers durant la saison. Son pourcentage d’arrêt s’est établi à 72,6 % et il a alloué exactement 1,00 but par match devant la cage du Fury.

Montréal hésite

Cette saison historique ne semble pas avoir été suffisante pour lui ouvrir la voie à un poste de partant avec l’Impact de Montréal.

Crépeau a rencontré l’entraîneur-chef Rémi Garde le 29 octobre et ce dernier a été franc avec lui.

«Rémi m’a dit que si Evan Bush était de retour à Montréal, il allait être le gardien numéro un. À partir de là, moi je deviens juste un numéro et j’ai besoin de minutes de jeu.»

L’Impact a jusqu’au début du mois de décembre pour décider s’il exercera l’option sur la dernière année de contrat de Crépeau. Encore là, le gardien se trouve devant plusieurs interrogations. Le directeur technique Adam Braz et l’Impact ont choisi de se séparer au début du mois de novembre.

«Je ne sais pas vraiment si tous les honneurs reçus pour ma saison 2018 vont me permettre d’avancer. Quand le téléphone sonne à Montréal, qui prend les appels ? J’imagine que je devrais être branché d’ici Noël.»

En attendant, Crépeau se concentre sur le troisième match de qualification à la Ligue des Nations de la CONCACAF contre St-Kitts-et-Nevins.

Les deux clubs ont gagné leurs deux premiers matches. Le Canada occupe le 3e rang du classement du tournoi regroupant 34 pays. St-Kitts est 5e. Crépeau ne saura pas avant la dernière minute s’il va obtenir un premier départ. Milan Borjan et Alessandro Bustin ont obtenu les deux premiers départs.