L'attaquant Pierre-Rudolph Mayard (à gauche) et le gardien Chad Bush sont parmi les joueurs du Fury présentés à la foule, hier.

Fury: le bain de foule avant les tests médicaux

Ils proviennent de l'Espagne, du Brésil, de l'Irlande et même du Ghana. Ils sont débarqués dans leur ville d'adoption ces derniers jours.
Et hier, c'était leur premier bain de foule à la veille du début du camp d'entraînement de la nouvelle équipe de soccer professionnel d'Ottawa. Les joueurs du Fury ont été présentés, un à un, au public. Plus précisément devant de jeunes amateurs de soccer. Celui de l'école secondaire De La Salle.
Le gardien franco-ontarien Chad Bush a été un des plus applaudis, tout comme le milieu de terrain écossais Nicki Paterson, dont le look de top model a attiré l'attention des étudiantes. «C'est bien de visiter les écoles. Nous devons créer une union entre la ville et l'équipe. Le plus de gens qui viendront nous voir jouer, le mieux que ce sera», a soutenu un des joueurs européens du club d'expansion, Ramon Soria Alonso.
Ce dernier a longtemps évolué dans son pays natal en Espagne, portant même les couleurs de l'équipe nationale chez les U16, U17 et U19. L'idée de fouler le gazon sur le continent nord-américain lui trottait en tête depuis deux ans lorsque l'entraîneur québécois du Fury, Marc Dos Santos, l'a appelé il y a quelques mois.
«Il m'a parlé de son beau projet. Je trouvais ça intéressant, surtout avec le beau stade qui en train d'être construit, a dit Soria Alonso.
«Puis le soccer grandi beaucoup en Amérique du Nord. On le voit en NASL et en MLS. Il y a de plus en plus de joueurs européens qui veulent venir ici.»
Soria Alonso a déjà porté les couleurs des équipes réserves de Villareal et Majorque, lui qui a joué au sein du Gjovik FF Norvégien l'an dernier. Il a noté un changement ces dernières années sur le Vieux Continent.
Pas comme avant
«La situation n'est pas aussi bonne qu'auparavant dans certains pays d'Europe comme l'Italie et le Portugal. En deuxième division en Espagne, tu avais l'habitude de voir le stade rempli. Je ne sais pas si c'est en raison de la mauvaise situation économique, mais il y a moins de monde maintenant aux parties.»
Détenteur d'un diplôme en droit, le numéro2 n'est pas seulement un bon étudiant et un défenseur efficace sur lequel le Fury misera beaucoup. Il s'avère aussi un des trois joueurs de la formation qui s'exprime parfaitement en français, les autres étant Bush et l'attaquant Pierre-Rudolph Mayard.
«Mon père a déjà vécu en France. Il a décidé de m'envoyer dans un Lycée français de l'âge de 3 à 14 ans. J'étais meilleur en français qu'en espagnol», a lancé en riant l'athlète de 24 ans, qui avoue avoir été surpris du bilinguisme dans la capitale canadienne.
«Mes premiers jours ici, beaucoup de gens m'ont parlé en français dans la rue. Je pensais que la ville d'Ottawa était plus anglaise que ça.»
La semaine prochaine, Ramon Soria Alonso et ses coéquipiers pourront découvrir Gatineau. Le complexe Branchaud-Brière accueillera les premiers entraînements officiels du Fury.
D'ici là, les joueurs passeront une série de tests médicaux en plus de participer à des réunions avec les entraîneurs. «Nous allons leur présenter notre modèle de jeu, a souligné Marc Dos Santos.
«Puis vendredi, ils pourront toucher un peu au ballon. Mais le camp commencera officiellement lundi prochain.»
mcomtois@ledroit.com