Fury

Nouveau joueur international avec le Fury

Le milieu de terrain anglais Charlie Ward est devenu le premier joueur à signer un contrat avec le Fury d’Ottawa en 2019.

Le joueur international âgé de 23 ans était dans la mire du directeur général Julian De Guzman depuis un bon moment. L’avenir incertain du Fury découlant d’un imbroglio avec la CONCACAF en décembre avait paralysé les négociations avec plusieurs agents libres. Or, l’arrivée de Ward a rassuré la direction du Fury vendredi après-midi.

« Charlie était un des morceaux les plus importants à ajouter à notre équipe pour connaître du succès en 2019. Au milieu du terrain, il a des qualités qui sont difficiles à trouver dans le marché des agents libres. Sa venue à Ottawa est très excitante pour notre club », a dit le DG par voie de communiqué.

Ward a partagé la saison 2018 entre le Dynamo de Houston où il a participé à un match dans la MLS et le FC San Antonio où il a disputé 12 matches dans la USL. Malgré son jeune âge, il débarquera à Ottawa avec beaucoup d’expérience puisqu’il a déjà joué plus de 4400 minutes dans la USL depuis sa rentrée dans la ligue en 2016. D’ailleurs, cette année-là, il s’alignait avec les Toros de Rio Grande Valley et il avait participé à toutes les minutes de chaque match de son équipe pour mener la USL au chapitre des minutes jouées. Le Fury pense que son énergie et sa constance en feront un élément clé au cours de la prochaine saison.

Produit de l’Académie Aston Villa, Ward a accédé à l’équipe de réserve de Stoke City à l’âge de 18 ans en 2013. C’est là qu’il a été rappelé pour la seule et unique fois de sa carrière dans la English Premier League en mars 2014. Depuis, il a participé à plus d’une centaine de matches professionnels en Amérique du Nord.

Le Fury a maintenant 11 joueurs sous contrat pour la saison 2019. Ward et l’attaquant haïtien Christiano François sont les deux seuls nouveaux joueurs sous contrat. Les neuf autres joueurs sont des vétérans de la dernière saison.

Fury

De l’action à prévoir chez le Fury

Le Fury d’Ottawa a eu la frousse juste avant Noël. À un mois de l’ouverture de son camp d’entraînement, la CONCACAF menaçait de ne pas sanctionner sa troisième saison dans la USL en 2019.

L’imbroglio est venu ralentir les négociations du directeur général Julian De Guzman, qui n’a pas annoncé l’octroi de nouveaux contrats en plus d’un mois. Le camp d’entraînement va s’ouvrir le 28 janvier prochain. Pour le moment, le Fury n’a que 10 joueurs sous contrat. Rien d’alarmant selon le DG. Des annonces sont prévues d’ici la fin de la semaine et plusieurs clubs de la USL sont dans la même situation avec une dizaine de joueurs sous contrat.

Fury

Le Fury jouera dans la USL en 2019

Comme par magie, l’imbroglio a été dénoué. La CONCACAF a fait marche arrière. Elle permettra au Fury d’Ottawa de poursuivre ses activités dans la United Soccer League, en 2019.

Le club de soccer professionnel de la capitale se préparait pour une bataille juridique. Ses dirigeants s’étaient tournés vers le Tribunal arbitral du sport (TAS), plus tôt cette semaine, afin de régler un imbroglio embêtant.

En fin de compte, il n’y aura pas de longue bagarre.

Le TAS n’aura plus besoin de se mêler de cette histoire, selon toute vraisemblance.

La CONCACAF, l’organisme qui supervise tout le soccer professionnel en Amérique du nord, en Amérique centrale ainsi que dans les Caraïbes, accepte désormais que le Fury poursuive ses activités dans une ligue qui concentre principalement ses activités aux États-Unis.

« Si je suis content ? Je ne crois pas que ce soit le mot juste. J’ai l’impression que nous avons gaspillé beaucoup d’énergie négative à travailler dans ce dossier, récemment. Nous aurions facilement pu nous passer de tout cela »,  a fait savoir le directeur général d’OSEG, Mark Goudie, dans une courte vidéo diffusée sur le site du Fury.

La crise, de courte durée, aura néanmoins nui au travail de recrutement du directeur général du Fury, Julian de Guzman. Ce dernier se trouve en plein blitz de recrutement. Il doit embaucher une bonne douzaine de joueurs, au moins, afin de compléter sa formation en prévision du camp d’entraînement.

« Il a déjà eu des conversations avec plusieurs joueurs. Il pourra reprendre ces conversations, maintenant que cette histoire appartient au passé. »

La saison régulière de la USL débutera dans 11 semaines.

Fury

Le Fury lance un appel à l’aide

Aux grands maux, les grands moyens. À un mois du début de son camp d’entraînement, le Fury d’Ottawa a demandé l’intervention du Tribunal arbitral du sport (TAS) dans le but de régler un litige qui met sa saison 2019 en péril au sein du Championnat de la USL.

La semaine dernière, contre toutes attentes, la CONCACAF, l’organisme directeur du soccer en Amérique du Nord, a refusé de sanctionner la participation du Fury dans le championnat de la USL sous prétexte qu’une nouvelle ligue professionnelle venait de naître au Canada.

Fury

Le Fury pourrait quitter la USL dès 2019

Le Fury d’Ottawa devra peut-être faire l’impasse sur la saison 2019.

Tout était prêt, ou presque. Le club de soccer de la capitale s’attendait à disputer une troisième saison dans la United Soccer League (USL).

Fury

Le Fury prolonge le contrat de Julian De Guzman

Julian De Guzman restera à la tête du Fury d’Ottawa pendant trois autres années. L’ancien joueur international devenu directeur général espère mener maintenant son équipe à un titre d’ici la fin de son nouveau contrat en 2021.

« Je vois le Fury comme un club qui aura alors gagné un trophée ou deux. Est-ce que ce sera en championnat canadien ou dans la USL ? Je ne peux pas faire par contre cette prédiction, a lancé de Guzman, mercredi, durant une conférence téléphonique.

Fury

David Monsalve sous contrat avec le Fury

En attendant d’être fixé sur l’avenir de Maxime Crépeau, le Fury d’Ottawa a mis un premier gardien sous contrat en vue de la saison 2019. Jeudi, le directeur général Julian De Guzman a annoncé que David Monsalve, numéro deux du club en 2018, sera de retour.

Âgé de 29 ans, le gardien natif de North York n’a disputé qu’un match la saison dernière en remplacement de Crépeau pendant que ce dernier était avec l’équipe nationale canadienne, mais il compte déjà 13 saisons professionnelles à son actif.

À 18 ans, il avait fait ses débuts avec le FC Toronto dans la MLS. À ce jour, il demeure le plus jeune gardien de l’histoire de la MLS à avoir disputé un match. Monsalve n’a pas rejoué dans la MLS par la suite.

« David va nous apporter de l’expérience. Ses valeurs correspondent à notre culture d’équipe. Nous aimons son engagement et nous sommes contents de l’avoir parmi nous pour une autre année », a indiqué Julian De Guzman par voie de communiqué.

Monsalve compte 120 matches à son actif dans les rangs professionnels. Il a joué en Finlande, en Colombie, au Guatémala en plus de jouer pour le FC Edmonton pendant deux saisons en 2011-12.

Au gala de fin de saison du Fury,  son engagement communautaire a été souligné par un prix.

Monsalve est le neuvième joueur de la saison 2018 du Fury à signer un contrat pour 2019. Le capitaine Carl Haworth ainsi que les milieux de terrain Jérémy Gagnon-Laparé et Chris Mannella ont signé des prolongations de contrat la semaine dernière.

Les vétérans Jamar Dixon, Nana Attakora, Maxim Tissot, Onua Obasi et Kevin Oliveira formeront aussi le noyau de l’équipe ottavienne en 2019.

Fury

Autre honneur pour Crépeau

Maxime Crépeau était un homme occupé dans sa chambre d’hôtel des Caraïbes à St-Kitts-et-Nevins lundi soir.

Fraîchement installé avec l’équipe nationale canadienne en prévision d’un match de la Ligue des Nations de la CONCACAF le 18 novembre, le gardien du Fury d’Ottawa devait répondre à une tonne de messages de félicitations.

Fury

Partenariat accru à prévoir avec le Fury et Dos Santos

Julian De Guzman se souvient encore du moment où il a pris Marc Dos Santos par surprise en l’appelant directement afin de lui offrir ses services pour venir terminer sa carrière de joueur à Ottawa avec le Fury.

C’était en 2015. Marc Dos Santos était encore à trois ans de devenir le nouvel entraîneur-chef des Whitecaps de Vancouver. Même s’il était armé du meilleur curriculum vitae de l’histoire du soccer canadien, De Guzman était venu jouer à Ottawa pour des peanuts.