Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Fury

Le Fury déménage en Floride

Au début du mois de novembre, le Fury d’Ottawa a annoncé qu’il suspendait ses opérations pour la saison 2020.

Un peu plus d’un mois plus tard, le club a annoncé la fin de ses opérations tout court.

Fury

Haworth tourne la page sur son aventure avec le Fury

Le Fury d’Ottawa n’existe plus. Ses meilleurs joueurs vont continuer.

Un membre important du club a réussi à se dénicher du boulot, dans les dernières heures. En 2020, Carl Haworth portera le maillot d’un autre club de la United Soccer League, l’Indy Eleven.

Le départ de Haworth vaut la peine d’être souligné.

L’attaquant de 30 ans, qui a fait ses classes dans la région de Barrie, en Ontario, était le plus ancien membre de club. Il portait les couleurs d’Ottawa lorsque le Fury évoluait dans un circuit de développement semi-professionnel.

Il a porté le brassard du capitaine durant la dernière saison du Fury, en 2019. Durant cette saison, il a marqué 10 buts en 33 parties.

« Carl Haworth possède toutes les qualités qu’on recherche chez un joueur. Sur le terrain, comme à l’extérieur. Il est fort habile quand vient le temps de faire circuler le ballon à ses coéquipiers. Il est aussi capable de terminer le travail dans le dernier tiers du terrain. Sa polyvalence pourrait aussi lui permettre de jouer en défensive, au sein de notre formation. En plus, Carl est un leader naturel. Il nous aidera à développer la culture de notre organisation. Nous sommes très heureux de savoir qu’il travaillera avec nous, à Indy », déclare son nouvel entraîneur, Martin Rennie.

À Indianapolis, Haworth rejoindra une équipe qui possède déjà de très bons éléments. L’Indy Eleven a pris le quatrième rang du classement général avec une fiche de 19-9-6 en 2019.

Fury

Tissot réfléchit à son avenir

La suspension des activités du Fury d’Ottawa est venue chercher Maxim Tissot droit au cœur, mais aussi entre les deux oreilles.

La nouvelle annoncée vendredi a éveillé une réflexion insoupçonnée chez le joueur de soccer gatinois.

Fury

Le Fury meurt après six ans

L’aventure du soccer professionnel est terminée pour le Fury d’Ottawa.

En tardant à lui accorder sa sanction pour évoluer dans la USL en 2020, la CONCACAF a enfoncé le dernier clou dans le cercueil de la seule équipe canadienne de ce circuit de deuxième division américaine.

L’instance qui gouverne le soccer dans 43 nations de l’Amérique du Nord, de l’Amérique Centrale et des Caraïbes est intransigeante. Il y a maintenant une ligue professionnelle domestique au Canada depuis l’arrivée de la Canadian Premier League (CPL) en 2019. Pour la CONCACAF, le Fury n’a plus de raison de jouer aux États-Unis.

En place depuis six ans, le Fury ne voit pas la situation du même angle. Ses propriétaires (OSEG) ont investi 50 millions $ pour construire une image de marque et même s’ils n’ont jamais fermé la porte à la CPL, ils aimeraient s’y joindre quand les conditions gagnantes seront réunies.

« En considérant notre investissement et tous les efforts que nous avons mis pour construire notre programme, nous devrions avoir le droit de décider du moment où nous joindrons la CPL. Là, on veut nous imposer notre ligue. Nous avons déjà payé des frais d’expansion pour joindre la NASL, des frais d’expansion pour joindre la USL (3 millions $) et il faudrait payer des frais pour joindre la CPL. La facture était de 1,5 million $ l’an dernier. Elle est plus salée maintenant. La politique en affaires, c’est une chose. La politique dans le soccer, c’est le pire », a avancé le président-directeur général Mark Goudie vendredi.

Le Fury a survécu à un premier bras de fer contre la CONCACAF l’hiver dernier en menaçant de porter sa cause devant le Tribunal arbitral du sport en Suisse, mais le club n’avait pas l’intention d’en faire une bataille annuelle. Tant qu’à se faire imposer une ligue qui ne correspond pas encore à son modèle d’affaires, le Fury a préféré suspendre ses opérations pour la saison 2020.

Fury

La fin du Fury?

L’avenir du Fury d’Ottawa est en suspens.

Le club a convoqué les médias vendredi avant-midi afin de procéder à une annonce importante au sujet de son avenir.

Fury

Le Fury cherche un autre profil d’entraîneur

En deux ans à la barre du Fury d’Ottawa, Nikola Popovic a rempli son mandat.

Il a instauré un système de jeu pour offrir du soccer plus excitant aux partisans à la Place TD. Le Fury n’a jamais marqué autant de buts qu’en 2019. Il a aussi atteint son premier objectif d’accéder aux séries de la USL.

Fury

Le Fury se sépare de Nikola Popovic

Une semaine après son élimination au premier tour des séries de la USL, le Fury d’Ottawa a annoncé qu’il ne retiendrait pas les services de son entraîneur-chef Nikola Popovic en 2020.

Le directeur général Julian De Guzman n’a pas parlé directement aux médias mercredi. Par voie de communiqué, il a indiqué que sa décision avait été difficile, mais qu’elle s’avérait la meilleure pour le club ainsi que pour Popovic.

Fury

Le Fury éliminé

La magie de 2015 n’a pas été recréée à la Place TD.

Si le Fury d’Ottawa avait pu savourer le meilleur moment de son histoire en l’emportant 2-1 en prolongation grâce à deux buts de Tom Heinemann devant le Minnesota United et près de 9500 spectateurs, l’équipe locale a vécu la sensation inverse quatre ans plus tard en s’inclinant 2-1 après les tirs de barrage contre le Battery de Charleston.

À l’inverse du match de 2015 disputé par un samedi soir de novembre, le premier match des séries du Fury dans le championnat de la USL n’a attiré que 2427 spectateurs par un beau mercredi soir du mois d’octobre. Ceux qui étaient là ont toutefois crié comme s’ils étaient 9000.

Et pourquoi pas ? À part les 30 premières minutes du match contrôlées par le Battery, le Fury a formé la meilleure équipe sur le terrain. Il a notamment dominé la rencontre 17-8 au chapitre des tirs, mais le manque d’opportunisme de la saison régulière s’est transporté dans ce match le plus important de la saison.

Malgré la présence de tous ses canons offensifs et malgré son meilleur 11 de départ de l’année 2019, le Fury n’a marqué qu’un seul but, celui de Mour Samb à la 40e minute de jeu.

Ce but était une réplique à celui de Kataro Higashi marqué à la 27e minute. Mour Samb a bien failli faire un Tom Heinemann de lui-même en ajoutant un deuxième but dans les dernières secondes de la prolongation de 30 minutes, mais il lui a manqué une fraction de seconde pour décocher un lancer à pleine puissance. Plaqué par trois joueurs en même temps, son tir a ensuite pu être bloqué par le gardien Joe Kurzminsky.

Neuf des 10 tireurs ont compté dans les tirs de barrage. Mour Samb a été le seul à rater son lancer quand son ballon a touché la barre horizontale. La saison du Fury a ainsi pris fin dans la déception.

« Ce match, c’est l’histoire de notre saison. Nous avons obtenu un net avantage de 17-8 dans les tirs sans pouvoir marquer plus qu’un but. Les pénaltys, c’est 50/50. C’est une question de chance. Ce soir, le Battery en a eu plus que nous. C’est clair qu’ils poussaient pour se rendre aux tirs de pénalités. De la façon que le match se déroulait, nos chances de gagner étaient de 70/30. Ils ont tué le temps. Pour eux, le 50/50 des pénaltys, c’était mieux », a expliqué l’entraîneur-chef Nikola Popovic, tout de même fier de ses troupiers malgré cette élimination au premier tour des séries de la USL.

Les joueurs du Fury garderont un mauvais souvenir de ce match éliminatoire. Ils ont eu de multiples occasions de prendre l’avance dans le match en deuxième demie. Kevin Oliveira, Mour Samb, Hadji Barry et Christiano François ont tous cogné à la porte des buts sans pouvoir marquer le but décisif. Wal Fall a même touché la barre horizontale.

Une suce dans la bouche

Seul marqueur dans la défaite crève-cœur, Mour Samb aurait pu devenir le héros du match à plus d’une reprise, mais le hasard a voulu qu’il soit le seul à ne pas compter dans les tirs de barrage.

« C’est frustrant. Je voulais marquer en l’honneur de ma petite fille née en fin de semaine, a dit le nouveau père, qui avait sorti une suce pour la mettre dans sa bouche après son but en première demie. J’aurais toutefois mieux aimé compter dans des circonstances gagnantes. Nous avons tout donné, mais la chance n’était pas de notre côté. Dans les tirs de pénalité, c’est le Bon Dieu qui donne la victoire. Ce soir, il ne nous l’a pas donné. Peut-être que si nous avions mieux entrepris le match, nous aurions pu prévenir le premier but de l’autre équipe. »

+

«NOUS SOMMES UN CLUB DES SÉRIES» — POPOVIC

 La première expérience éliminatoire du Fury d’Ottawa dans le championnat de la USL a été de courte durée. Un match décidé dans les tirs de barrage a mis fin à sa meilleure saison depuis 2015 mercredi soir, mais l’entraîneur-chef Nikola Popovic pense qu’il s’agit du début de quelque chose de mieux.

« Ça fait deux ans que je suis ici. Nous avions une équipe à reconstruire. Je pense que c’est fait. Dans mon esprit, il est bien clair que le Fury est maintenant établi comme un club des séries. À partir de maintenant, le Fury devrait toujours faire partie des huit à 10 meilleures équipes de la conférence de l’Est. Ce sont celles qui accèdent aux séries. La prochaine étape sera de remporter des trophées. »

En 2019, le Fury a maintenu une fiche positive de 14-10-10 pour prendre le huitième rang de la conférence à 18 équipes. Ils ont notamment marqué 50 buts en 34 matches. À titre comparatif, leurs adversaires du premier tour éliminatoire, le Battery de Charleston, ont marqué 44 buts pendant la saison 2019. Mercredi soir, c’est une pièce de monnaie lancée dans les airs (les pénaltys) qui lui a permis de poursuivre son chemin et d’empêcher le Fury de se rendre à Nashville samedi soir pour le deuxième tour éliminatoire. Le Battery n’avait gagné que trois matches sur 17 à l’étranger cette saison. Le Fury n’avait perdu que deux fois sur 17 devant ses partisans, mais un manque d’opportunisme flagrant a couru à sa perte.  

Fury

Le Fury à puissance maximale

Il y a quatre ans que le Fury d’Ottawa a joué un match aussi important. Mercredi soir, à la Place TD, il va disputer un premier match éliminatoire depuis 2015 et son duel contre le Battery de Charleston arrive à point.

Pour la première fois en 2019, l’entraîneur-chef Nikola Popovic pourra miser sur tous ses effectifs, incluant Christiano François qui a enfin réglé ses problèmes de visa.

Fury

Le Fury perd son dernier match

La saison 2019 a été plus que satisfaisante pour le Fury d’Ottawa, mais le dernier match du calendrier régulier n’a pas été mémorable.

Sous une forte pluie, avec plusieurs réservistes sur le terrain, il a subi un revers de 3-1 contre l’Independence de Charlotte.

Hajdi Barry a inscrit le dernier but de l’équipe, en complétant une superbe manœuvre de Christiano François. Le gardien Callum Irving a livré une performance intéressante, réussissant une dizaine d’arrêts.

Ce match a été disputé devant une petite foule de 1552 spectateurs.

Le Fury doit forcément s’attendre à mieux pour la prochaine partie. Le Battery de Charleston sera de passage à la Place TD, mercredi, pour le premier match de la ronde éliminatoire.

Fury

Un dernier test avant les séries pour le Fury

Il reste encore une partie à la saison du Fury d’Ottawa, mais les joueurs pensent déjà aux séries éliminatoires qui commenceront mercredi prochain à la Place TD.

L’entraîneur-chef Nikola Popovic ne fait pas exception à la règle. Le duel de samedi contre l’Independence en Caroline du Nord permettra d’abord et avant tout à ses troupes de se préparer pour les séries. Il n’entend pas donner de congé à ses joueurs réguliers.

Fury

Haworth marque, le Fury empoche un point

Si le Fury d’Ottawa a la chance de jouer son premier match des séries éliminatoires à la maison, tout risque de bien aller.

Le Fury a conclu son calendrier régulier à domicile avec un match nul de 1-1 contre le Bethlehem Steel FC, samedi après-midi.

Ce résultat est survenu au terme d’un match où l’équipe a dominé, sans profiter de ses nombreuses chances de marquer.

Le capitaine Carl Haworth (photo) a été l’unique marqueur d’Ottawa. Il s’agissait de son 10e but de la campagne.

Le Fury aura donc conservé une fiche de 10 victoires, deux défaites et quatre nulles devant ses partisans.

Le Fury complétera sa saison en rendant visite à l’Independence de Charlotte, la fin de semaine prochaine.

Fury

Le Fury assure sa place dans les séries

Il a joué avec le feu, mais le Fury d’Ottawa jouera du soccer des séries éliminatoires pour la première fois depuis 2015.

Mardi soir, à Kansas City, même s’il avait eu l’avantage d’un joueur sur le terrain depuis la mi-temps, il a laissé filer une avance de 1-0 avec cinq minutes à faire au match contre les Rangers de Swope Park.

Fury

Le Fury a un pied dans les séries

C’est presque fait.

Avec une victoire de 1-0 contre le Indy Eleven à la Place TD mercredi soir, le Fury d’Ottawa devrait avoir poinçonné son ticket pour les séries éliminatoires de la USL.

Fury

Le Fury encaisse une défaite de 3-1 en Caroline du Nord

Les espoirs de rattraper le North Carolina FC au septième rang de la USL se sont probablement envolés samedi soir au Sahlen’s Stadium pour le Fury d’Ottawa.

Avec quatre matches à jouer à la saison 2019, le North Carolina FC (14-9-8) a creusé l’écart avec le Fury en l’emportant 3-1 sur son propre terrain. La troupe de Nikola Popovic accuse maintenant un retard de cinq points sur ce septième rang. Le club de 7e place aura l’avantage d’accueillir un match du premier tour des séries éliminatoires contre l’équipe de 10e position au classement de la conférence de l’Est. S’il parvient à s’accrocher à sa huitième place, le Fury (12-9-9) amorcerait quand même le premier tour éliminatoire à la maison contre le club de 9e position.

Fury

Barry dompte l’Athletic et propulse le Fury vers la victoire

L’histoire ne dit pas si le gardien Cody Cropper a grandi en admirant Mike Liut des Whalers de Hartford.

Ce qu’on sait, c’est que le jeune gardien a des croûtes à manger avant de devenir une légende de l’Athletic de Hartford après avoir été la victime préférée de Hadji Barry à la Place TD dimanche après-midi.

Fury

Le Fury gagne en prolongation

Il fallait que le Fury d’Ottawa rentre à la maison pour renverser la vapeur.

Avec enfin un peu de chance de son côté, il a mis fin à sa séquence de quatre revers consécutifs quand Wal Fall a profité d’un pénalty à la 90e minute de jeu pour renverser les Rowdies de Tampa Bay 1-0 devant une foule annoncée à 3200 spectateurs à la Place TD mercredi soir.

Fury

Voyage infructueux pour le Fury

La saignée se poursuit pour le Fury d’Ottawa. Pour la première fois depuis 2014, il a été défait dans un quatrième match de suite.

Son voyage infructueux de trois matches s’est soldé par un revers de 2-0 contre le Indy Eleven devant 9047 spectateurs au stade Lucas Oil mercredi soir. Encore une fois, les Ottaviens ont accordé un but tôt dans le match. Cette fois, c’est l’œuvre d’Ayoze Garcia qui a placé les visiteurs en position vulnérable dès la sixième minute. Garcia a déjoué Callum Irving une deuxième fois à la 55e minute pour assurer la victoire au Eleven (16-5-5), un club qui s’en va dans la direction opposée du Fury (10-8-9). Invaincu à ses 22 derniers matches à domicile, il a rejoint le Red Bull-2 de New York en première position de la conférence de l’Est de la USL avec les trois points de la victoire.

Fury

Le Fury s’enlise à Atlanta

Rien ne va plus chez le Fury d’Ottawa. Pour la première fois de la saison 2019, la troupe de Nikola Popovic a plié l’échine dans un troisième match de suite.

Cette fois, les Ottaviens ont perdu 3-2 samedi soir contre le Atlanta United-2, un club de fond de classement de la USL. Assurément, quelque chose ne tourne pas rond dans la préparation de l’équipe.

Fury

Autre revers pour le Fury

La pire défaite de l’histoire du Fury à domicile vendredi dernier a laissé des traces.

Après une raclée de 4-0, le 11 Ottavien n’a pas pu se relever mercredi soir à Saint-Louis où il a été victime d’un but à 10 minutes de la fin du match pour s’incliner par la marque de 1-0. Pourtant, le 24 août dernier, le Fury avait battu ce même St-Louis FC 2-1 à la Place TD.

Fury

Le Fury humilié à domicile par les Riverhounds de Pittsburgh

Le Fury a adopté les couleurs et les rayures des 67’s pour la première et probablement dernière fois de son histoire, vendredi soir, à la Place TD.

L’équipe de soccer de la grande famille d’OSEG a subi sa pire défaite à domicile en six saisons à Ottawa, s’inclinant 4-0 aux mains des Riverhounds de Pittsburgh. Il s’agissait aussi de seulement son deuxième revers en championnat de la USL en 2019 devant ses partisans.

Fury

Le nouveau buteur du Fury se met en marche

Il a été embauché pour son flair offensif. Il s’exprime dans un excellent français et il parle à sa maman avant chaque partie depuis le début de sa carrière dans les rangs pros en 2016.

Hadji Barry disputera déjà son sixième match dans l’uniforme du Fury, vendredi soir, face aux Riverhounds de Pittsburgh à la Place TD. Il a inscrit un premier but avec sa nouvelle équipe, samedi dernier, dans le gain de 2-1 contre le Saint Louis FC.

Fury

Carl Haworth fête et marque

Le Fury a fêté son capitaine avant le match. Puis le capitaine a remercié sa fidèle équipe en la menant vers une autre victoire, samedi, à la Place TD.

Carl Haworth a marqué un huitième but dans un gain de 2-1 contre le Saint-Louis FC devant 5504 amateurs. Il a secoué les cordages sur un coup franc à la 10e minute de jeu.

Fury

Changement payant pour Haworth et le Fury

L’exploit est passé sous silence ou presque la semaine dernière lorsque le Fury a joué la semaine dernière contre le Toronto FC.

Le capitaine Carl Haworth a disputé son 150e match en carrière dans l’uniforme rouge et noir. Il ne dirait pas à un gros gâteau de la part de ses patrons ou ses coéquipiers pour souligner cette étape importante.

Fury

Christiano François honoré par la USL

Un attaquant du Fury s’est taillé une place mardi au sein de l’équipe de la semaine de la USL. Christiano François avait récolté un but et une aide dans un gain de 3-1, samedi, contre le Loundon United FC.

La recrue a aussi complété trois dribles sur cinq en plus de décocher cinq tirs dans cette partie. Le rapide haïtien totalise sept buts en 22 matches réguliers à sa première saison à Ottawa.

Fury

Le Fury victorieux en Virginie

Éliminé en demi-finale du Championnat canadien de soccer professionnel mercredi, le Fury FC d’Ottawa a fait un retour en force dans sa propre ligue, la USL, en allant défaire le Loudoun United FC 3-1 samedi soir au stade Segra Field de la Virginie.

La troupe de l’entraîneur Nikola Popovic ne s’est pas laissée abattre quand la formation locale a ouvert le pointage dès la première minute de jeu par l’entremise de Gordon Wild. Elle a répliqué en comptant les trois buts suivants, ceux de Kevin Oliveira à la 23e minute et de Christiano François à la 30e minute de la première demie, alors que Carl Haworth a ajouté un but d’assurance en deuxième demie (74e minute). Pour François et Haworth, il s’agissait chacun de leurs septièmes buts de la saison, égalant Wal Fall pour le sommet au sein du club.

Fury

Championnat canadien de soccer: le Fury blanchi à Toronto

Le Fury FC d’Ottawa avait besoin d’ouvrir le jeu pour revenir de l’arrière lors du match retour de sa demi-finale du Championnat canadien de soccer professionnel contre le Toronto FC mercredi soir au BMO Field de la Ville-Reine.

Tirant de l’arrière 0-2 après sa défaite de mercredi dernier dans la capitale nationale, la troupe de l’entraîneur Nikola Popovic a cependant vu ses adversaires prendre les devants tôt dans la rencontre grâce au premier des deux buts de Nick DeLeon à la 14e minute et elle ne s’en est pas remis, les Torontois remportant un gain de 3-0 devant leurs partisans.

Fury

Match contre le Toronto FC: pas de pression sur le Fury

Le Fury FC d’Ottawa va prendre l’autobus en direction de la Ville-Reine mardi pour aller jouer le match retour de sa demi-finale du Championnat canadien de soccer professionnel contre le Toronto FC.

À bord du véhicule nolisé, il y aura un passager de moins : la pression de l’emporter ne sera pas là pour le club de la USL face à un club de la MLS, la première division nord-américaine, qui a pris les devants 2-0 avec sa victoire de mercredi dernier à la Place TD.