Le gardien des Leafs Frederik Andersen a établi un record d’équipe avec 38 victoires cette saison.

Frederik Andersen garde la tête froide

TORONTO — Frederik Andersen a été l’un des gardiens les plus occupés dans la LNH en 2017-2018. Ça n’empêche pas le portier des Maple Leafs de Toronto de faire du temps supplémentaire sur la patinoire en prévision du duel inaugural de la série de premier tour contre les Bruins, jeudi (19h) à Boston.

«J’imagine que j’ai un côté perfectionniste. Les détails sont dans les petites choses», a déclaré Andersen.

Le Danois de 28 ans a reçu plus de tirs que tout autre gardien dans la LNH (2211), s’est classé deuxième pour le nombre de départs (66) et troisième pour le nombre de minutes jouées (3888:31). Malgré cela, il dit ne ressentir aucun manque d’énergie et considère que la meilleure façon de se préparer à affronter les Bruins, c’est en tentant d’améliorer les facettes qui peuvent faire défaut en compagnie de l’instructeur des gardiens, Steve Briere.

«Nous nous concentrons sur tous les aspects importants», a déclaré Andersen. «Steve travaille constamment et il fait ses devoirs. Il est très bon quand vient le temps de déterminer les différents scénarios susceptibles de se produire.»

Andersen a connu plusieurs séquences fort productives en 2017-2018. Il a montré qu’il pouvait «voler» des matchs, alors qu’il a affiché un dossier de 9-2-1, une moyenne de buts alloués de 2,14 et un taux d’arrêts de ,938, avec deux blanchissages durant le mois de novembre.

Il a complété la saison avec 38 victoires, un record d’équipe, et il croit que la réussite passe par l’importance de rester calme, autant que par le temps supplémentaire sur la patinoire. Surtout pendant les séries éliminatoires, quand un gardien de but peut faire la différence entre un triomphe qui permet d’avancer au tour suivant ou une élimination.

«Il faut tenter de gérer la pression parce que tout le monde est tellement excité, a noté Andersen. «C’est important de garder la tête froide et se concentrer sur ce quoi il faut se concentrer. Un joueur peut se laisser transporter par l’adrénaline pour réaliser un jeu important ou pour effectuer une mise en échec percutante. Mais pas un gardien de but.»

Saute d'humeur qui rapporte

Selon l’attaquant Nazem Kadri, le calme d’Andersen aide les joueurs s’ils commettent une erreur devant le filet. «Vous ne pouvez jamais dire s’il est vraiment excité ou vraiment frustré. Il est le genre à garder la tête froide, à rester en contrôle. Il réussit à contrôler ses émotions.»

Andersen a connu un sursaut d’émotions en janvier, après une défaite contre les Flyers de Philadelphie. Après ce quatrième revers consécutif, il a remis en question l’attitude de ses coéquipiers. Selon Kadri, les joueurs ont écouté parce qu’il a paru sincère. À partir de ce moment, les Leafs ont présenté une fiche de 24-9-2.

«Je pense que ç’a réveillé tout le monde», a déclaré Kadri. «Lorsqu’il a réagi de la sorte, nous avons tenté de nous améliorer et d’en parler en groupe. Je crois que nous avons fait un bon bout de chemin depuis.»